OUVERTURE 2 – Bourse du Commerce – Pinault Collection

OUVERTURE 2

Exposition inaugurale

Bourse du Commerce – Pinault Collection

Rendre compte de la richesse de cette exposition inaugurale, OUVERTURE, depuis mi-juin à la Bourse du Commerce de Paris dans son exhaustivité est inutile et facétieux. Néanmoins, en présenter les artistes qui m’ont le plus interrogée et auxquels j’ai été sensible reste un choix que j’assume et qui fera que forcément, j’en oublierai d’autres.

Rudolf Stingel

vagabondageautourdesoi.com

Artiste italien né en 1856, Rudolf Stingel fonde son art conceptuel souvent par la peinture sur différents matériaux (caoutchouc, moquette, aluminium, etc).

Lui aussi est un enfant chéri de l’art contemporain où ses œuvres se vantent à prix d’or, alors qu’il est presque inconnu en France ! En mélangeant peinture abstraite, tapis, photo-hyperréaliste, Rudolf Stingel choque et il aime plutôt ça !

Il a profité d’une carte blanche au Palazzo Grassi à Venise en 2013. Lui aussi s’interroge sur ce qu’est une œuvre et ses limites ainsi que la position du visiteur par rapport à l’œuvre.

vagabondageautourdesoi.com

La peinture a reçu des projections que Rudolf Stingel a souhaité conserver.

A la Bourse du Commerce, Rudolf Stingel  propose trois grand format de peinture dont deux présentées ici. Le premier est celui de son ami artiste Franz West et l’autre de la galeriste New-yorkaise qui travaille avec lui depuis ses débuts en 1980, Paula Cooper.

vagabondageautourdesoi.comOn dirait une photographie, mais lorsqu’on s’approche, comme pour les peintures impressionnistes, on découvre les aplats de peinture.

vagabondageautourdesoi.comMais Rudolf Stingel veut faire croire à une photographie au point de mettre dans son œuvre un accroc de déchirure…

vagabondageautourdesoi.comPour rappel, Urs Fischer qui a investit la rotonde de la Bourse du commerce a fait un clin d’œil à son ami, Rudolf Fischer, en le mettant en bougie !

David Hammons

David Hammons ne tourne pas autour des questions sociales et politiques. Au contraire, cet artiste américain de presque 70 ans s’en empare et dénonce.

En 2019, A los Angeles, David Hammons fait entrée la rue dans la galerie où il expose en installant ses sculptures à différents endroits. Sur la tente, l’inscription tente d’alerter  » “this could be u, this could be u and u” (“ce pourrait être toi, ce pourrait être toi et toi”).

vagabondageautourdesoi.com

Ici, plus de trente œuvres sont exposées, dont la moitié pour la première fois en Europe.

vagabondageautourdesoi.com
Le drapeau américain lacéré aux couleurs du drapeau panafricain, intitulé Oh dis tu peux voir (2017) David Hammons

vagabondageautourdesoi.com

En reprenant un panier de basket, objet de la communauté afro-américaine, David Hammons dénonce leur rêve d’émancipation sociale avec ce matériel suranné qui évoque l’opulence des siècles passés mais qui ne reste qu’à l’état d’utopie !

vagabondageautourdesoi.com

La première œuvre répond à la vision folklorique et coloniale du décor peint qui orne le dôme, évoquant l’esclavage dans la section représentant l’Amérique du Nord et décorée d’un drapeau américain éblouissant mais incomplet. La seconde pièce est logée dans l’ancien Hall des Pas Perdus, à la fin du parcours d’exposition, où elle génère une tension particulière avec les vestiges restaurés du décor d’origine: la cage métallique aux dimensions d’une cellule de prison répond à la carte du monde de la fin du 19e siècle, montrant les routes commerciales utilisées au plus fort de l’expansion coloniale de l’Occident. Catalogue

vagabondageautourdesoi.com
Sécurité minimale – 2007 – David Hammons

Kerry James Marshall

Cet artiste américain revisite les standards de l’histoire de l’art en y incluant des personnages afro-américains. Kerry James Marshall est témoin des émeutes raciales de Los Angeles dans sa jeunesse, depuis sa peinture est engagement et dénonciation.

 

 

vagabondageautourdesoi.com

La toile est directement vissée au mur comme un grand tissu. Le noir intense est rendu par de la limaille de fer. Ici, il y a mélange entre la peinture flamande représentant l’intimité d’un couple et la culture vaudou avec notamment les bougies, le cœur, etc. Et, en haut les paroles d’une chanson…

Marlène Dumas

Artiste originaire d’Afrique du Sud, Marlène Dumas surprend par l’intensité de ses œuvres. Sa peinture s’inspire de l’Expressionnisme. Une série de portraits sont exposés dont celui-ci extrêmement dérangeant.

« Ma bouche est une cicatrice rose qui a besoin d’air. »

vagabondageautourdesoi.com
Marlène Dumas – Série Mamma Roma – 2012

Et puis, pour finir

vagabondageautourdesoi.com
Lynette Yiadom-Boakye, The Twitcher, 2009.

vagabondageautourdesoi.com

Pour aller plus loin

Bric à brac de culture Fondation Pinault

Bourse du Commerce Pinault Collection

La présentation de cette exposition s’organise autour de quatre chroniques :

  • OUVERTURE consacrée exclusivement à l’artiste présenté dans la Rotonde, Urs Fischer.
  • OUVERTURE 1 pour les œuvres exposées au rez de chaussée
  • OUVERTURE 2, pour les œuvres repérées dans les étages (David Hammons, Rudolf Stingel, Antonio Obo, Marlène Dumas et Kerry Jame Marschall)
  • OUVERTURE 3 pour les œuvres de Philippe Parreno et la Colonne Médicis

Questions Pratiques

OUVERTURE jusqu’au 31 décembre 2021

Bourse du Commerce Pinault Collectionvagabondageautourdesoi.com

Instagram : @BoursedeCommerce Twitter : @BourseCommerce

2 rue de Viarmes, 75001 Paris

Du lundi au dimanche de 11h à 19h
Nocturne le vendredi et le samedi jusqu’à 21h
Le premier samedi du mois, nocturne gratuite de 17h à 21h
Fermeture le mardi et le 1er mai.

Expositions 2021

Chroniques Culturelles

12 commentaires

    • Oui de belles découvertes d’artistes qui n’ont jamais été exposé en France ! Merci à vous d’être passé

    • Oui la collection Pinault fait comme celle de LVMH la part belle pour les artistes américains engagés 😉

    • Oui leur engagement est militant. Quand je pense que le Musée d’orsay avait mis à l’affiche son expo « Le modèle noir » tentant de rendre compte de la diversité même au 19è siècle, les afros-américains en sont bcp plus loin …

  1. Je reste plus sensible à la peinture qu’aux autres objets et installations mais c’est tout de même très intéressant. J’avais entendu parler de Marlène Dumas dans le roman de Carole Fives, « Térébenthine ».

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.