Actualités

ACTUALITÉS CULTURELLES

Présentation des actualités dans tous les domaines qui font la diversité de ce blog :  littérature générale, roman policier, essais lus et chroniqués dans le mois courant, dernières visites et voyages ainsi que des actualités culturelles effectuées.

Remerciements sincères aux nouveaux abonnés et aux anciens pour leur fidélité.

Actualités Littérature contemporaine

Pour commencer, les romans lus en avril

Édouard Louis  – Combats et métamorphoses d’une femme

Entrer en littérature avec les mots d’Édouard Louis procure à la fois des émotions mais aussi de l’admiration ! Et, encore, lorsqu’il décrit les déterminismes d’une classe dont on ne parle que trop peu. Combats et métamorphoses d’une femme raconte le chemin d’une femme, sa mère, pour sortir des dominations qui l’enchaînent.

A partir d’une photographie de sa mère retrouvée lorsqu’elle avait vingt ans, Édouard Louis part à la reconquête de ses souvenirs pour décrire les soumissions diverses qu’elle a accepté plus tard. Jusqu’aux injures d’un père pourtant presque absent ! A partir de son récit du quotidien, la jeune fille pleine d’espoir de la photographie décline vers la femme dominée, inexistante, avec son mariage pour seul horizon, les maternités obligées et la violence du mari. La suite ici

Franck Chanloup – Les enchainés

vagabondageautourdesoi.com

Transportés, déportés ou relégués, qui sont ces hommes, et femmes, qui ont connu la Nouvelle-Calédonie au travers de son bagne  ? Avec son roman Les Enchainés, Franck Chanloup  leur donne une identité, une force et une espérance en mettant en scène le passé de ces îles.

Victor Chartieu rêve de s’installer cordonnier. Il lui suffit de vingt-quatre francs pour acheter des outils. A raison de cinq centimes d’économie par mois, Victor sait qu’il se doit d’être patient ! Seulement, du haut de ses quinze ans, il sait aussi obéir à son père. La suite ici

Delphine De Vigan – Les enfants sont rois

CommeL’univers des Youtubeurs qui mettent en scène des enfants, le sujet du roman Les enfants sont rois de Delphine De Vigan m’était complétement inconnu. Je connaissais l’univers des mini-miss qui datent quand-même un peu. Je connais le réseau Tik Tok.  On y croise toutes les trois minutes des jeunes adolescentes qui exposent leurs corps avec une sensualité assumée. Mais les chaînes qui exploitent les enfants en déclarant Pleins de bisous d’étoiles et Bye bye les happy fans existent vraiment, je les ai regardées. Elles donnent le vertige et un dégout certain lorsqu’on a dépassé l’âge des jeunes abonnés.

Delphine De Vigan présentent deux portraits de femme qui vont se croiser dans Les enfants sont rois. L’une cherche à devenir célèbre et aimée en utilisant les procédés de la téléréalité. L’autre vient d’entrer dans la police en qualité de procédurière. Elle aime l’ordre, la précision et les faits. Mais, comme tout à chacun, toutes deux ont des failles. La suite ici

Puis, les derniers romans lus en mars

Jocelyne Sauvard – Céleste et Marcel, un amour de Proust

vagabondageautourdesoi.comAvec Céleste et Marcel, un amour de Proust, Jocelyne Sauvard raconte un peu plus de quatre années de vie presque commune entre un écrivain fou de sa nécessité d’écrire et une jeune femme, sa gouvernante, dévouée au point de mettre toute sa vie personnelle à son service.

Odilon menait Proust dans les rues de Paris. Un jour, il lui propose les services de sa jeune femme, Céleste, d’abord comme courrière. Du coup, en charge à la fois de porter courriers, invitations et billets doux, elle ramène Paris à Monsieur. Jocelyne Sauvard choisit de raconter ce huit-clos des quatre dernières années de la vie personnelle de l’écrivain où Céleste est devenue bien plus qu’une servante..La suite ici

Yamina Benahmed Daho – A la machine

vagabondageautourdesoi.com A la machine, tout petit roman, qui permet à Yamina Benahmed Daho de nous immerger dans le monde ouvrier du XIXè siècle mais aussi dans son histoire familiale, qui ressemble à beaucoup d’autres.

Barthélémy Thimmonier a choisit de se trancher les premières phalanges de l’index et du majeur pour ne pas rejoindre l’armée Napoléonienne. En effet, Barthélemy est plutôt ingénieux car de ces guerres, ceux qui en sont revenus ont perdu plus que deux phalanges ! La suite ici

Actualités Essais

Pour commencer, les essais lus en avril :

Maxime Le Forestier – Brassens et moi

J’ai découvert Maxime Le Forestier avec son premier album, Mon frère, vers 1975. J’ai eu la chance de voir Brassens à Bobino, lors de son dernier récital, à peu près à la même période. Il faudra attendre la reprise que Maxime Le Forestier propose des chansons de Brassens, vers les années 2000, pour comprendre que ces deux-là étaient proches.

Avec  « Brassens et moi » , Maxime Le Forestier raconte leur rencontre, le partage d’une scène puis le premier dîner et les reprises à deux guitares, puis cette amitié très paternelle de Brassens pour son protégé. La suite ici

Puis les derniers essais lus en mars :

Florence Aubenas – L’inconnu de la poste

vagabondageautourdesoi.com

Florence Aubenas se saisit des codes du polar pour raconter un fait divers avec les suites judiciaires et la vie des habitants de Montréal-la-Cluze, le lieu du drame.

Lorsqu’un bourg vit son 11 septembre, tout le monde en parle, forcément ! L’assassinat de la postière, quelque fois dépressive mais de nouveau heureuse, est un événement qui retentit bien au-delà du canton.

Surtout que connue de tous, Catherine Burgot ne passait pas inaperçue. Appréciée de tous, elle promenait son bichon blanc au bout de sa laisse assortie à son manteau rouge. Elle appelait chacun par son prénom et avait ses copines dès le matin dans sa mini-poste pour papoter. Et elle savait arranger tout le monde, même ceux venant retirer juste trois ou quatre euros. La suite ici

Actualités polars

Arnaldur Indriðason  –   Les fantômes de Reykjavik

Choisi lors de la Masse critique romans policiers du mois de mars sur Babelio, Les fantômes de Reykjavik de Arnaldur Indriðason lu par Martin Spinhayer fut une expérience très enrichissante.

Arnaldur Indriðason retrouve son personnage Konrad qui était apparu dans Ce que savait la nuit. Flic à la retraite, il est tout aussi perturbé qu’Erlendur  Sveinsson, son enquêteur attitré.  Car son passé semble difficile à assumer. Le deuil récent de sa femme, après de nombreuses années de vie commune, l’a rendu encore plus vulnérable. La suite ici

Pour finir, les derniers polars lus en mars

Dolores Redondo – La face nord du cœur

vagabondageautourdesoi.com

Pendant presque sept cents pages, Dolores Redondo enchante avec son polar « La face nord du cœur » en faisant voyager aux États-Unis, et plus particulièrement à La Nouvelle-Orléans pendant l’ouragan Katrina, mais aussi à Elizondo, un petit village du pays basque espagnol.

A l’académie du FBI de Quantico en Virginie, la sous-Inspectrice Amaia Salazar, en formation, s’apprête à suivre une conférence de l’Agent spécial Dupré, 44 ans, originaire de Louisiane. Directeur depuis un an d’un des trois département des sciences comportementales du pays, il fait autorité dans l’étude de la victimologie avec ses formations en droit, économie, histoire de l’art, criminologie et psychologie. La suite  ici

Et, pour compléter cette lecture

Elizondo – Amaia Salazar -Dolores Redondo

vagabondageautourdesoi

Le village de Elizondo de l’inspectrice Amaia Salazar inventée par Dolores Redondo  pour la série Une villeUn flic de polar.

Née en février 1969 dans le pays basque espagnol, Dolores Redondo est entrée dans l’écriture en 2009. Car après des études de droit, elle préfère travailler comme chef de cuisine pendant quelques années.  Auteure de romans historiques et policiers, Dolores Redondo a reçu de nombreuses récompenses dont le prix Planeta 2016 et le Prix Bancarella 2018 pour son roman.

La suite ici

Histoires en vrac de La Commune de Paris

Pour le 150ème anniversaire de la Commune de Paris, série d’articles

Louise Michel

vagabondageautourdesoi.com

On ne peut parler de La Commune de Paris, sans parler de la figure devenue incontournable de Louise Michel.

Né en 1830 en Haute-Marne dans un manoir où sa mère est servante, elle est issue d’une liaison ancillaire. Néanmoins, sa mère n’est pas répudiée et les châtelains acceptent d’aider Louise à grandir.

La suite ici

Dugudus et ses communards

vagabondageautourdesoi.com

Graphiste, illustrateur et affichiste, Dugudus, de son vrai nom Régis Léger, se spécialise dans l’image à portée sociale. Militant engagé au parti communiste, il effectue plusieurs voyages à Cuba. Il entreprend alors de raconter pour la première fois l’histoire de l’affiche cubaine. Puis, il passe par l’argentine où il sérigraphie ses affiches en direct pour les donner aux manifestants. La suite ici

Le temps des cerises

vagabondageautourdesoi.com

Pour évoquer la commune de Paris, la chanson Le temps des cerises en illustre l’espoir au XXIè siècle. Car, la Commune que l’histoire a retenue, c’est l’insurrection de Paris qui a duré 72 jours du 18 mars au 28 mai 1871, bien que d’autres communes ont eu lieu dans des villes de province et même à l’étranger.

Toutes les révolutions, les insurrections socialistes du XXè  siècle se sont voulues, de quelques manières, fille de l’insurrection parisienne de 1871. Jacques Rougerie La suite ici

Sacré Cœur

@vagabondageautourdesoi L’idée de construire une nouvelle basilique que l’on nomme Sacré-Cœur revient à deux laïcs  influents qui attribuaient la défaite devant la Prusse, à Sedan en 1870, à un manque de conscience des français.

Ainsi, Alexandre-Félix Legentil, propriétaire d’un grand magasin et Hubert Rouault, peintre, se promettent de construire une église pour provoquer une réaction morale et politique, pour un sursaut national et le retour d’un nouvel ordre moral. La suite ici

Séverine, la princesse du journalisme

En souvenir de la commune de Paris dont on fête aujourd’hui le début du 150ème anniversaire, l’envie de faire connaître certains personnages oubliés. Aujourd’hui,  Catherine Rémy dite Line et Séverine (1855-1929) est la première femme directrice d’un journal.

Pourtant rien ne la prédestinait à une telle carrière. Issue d’une famille bourgeoise et conformiste, elle rêve D’être actrice. Mais, impossible dans cette famille ! Alors, elle se marie à 16 ans et a un fils. Elle le quitte et vit de petits boulots et profite de la légalisation du divorce pour se séparer officiellement. La suite ici

Et, finalement, actualités, Bric à brac de culture en vrac

D’ores et déjà, ces jours-ci

Georgia O’Keeffe Moderne et muse à la fois

Indépendante et déterminée, Georgia O’Keeffe , née dans le Wisconti en 1887, s’essaye à la peinture. En s’installant à New-York, elle découvre la galerie 291 d’Alfred Stieglitz. Cette galerie présente l’art moderne européen de 1905 à 1917.

Âgé de 42 ans, Alfred Stieglitz est marié à une riche héritière. Il espère qu’un art américain verra le jour. Mais, pour l’instant, il expose Marcel Duchamp et son urinoir, des tableaux de Picasso mais aussi de Matisse, Cézanne, Picabia et certains dessins de Rodin.  La suite ici

Archives de Zola Émile Zola, photographe

Ainsi de 1894 jusqu’à sa mort, Émile Zola se passionne pour la photographie. Désormais, écrivain célèbre, il se distingue par son attrait pour ce nouvel outil de création.

Ainsi avec plus de 7000 plaques photographiques réalisées, le regard d’Émile Zola reste naturaliste. Alors, il emprunte ses sources d’inspiration tout d’abord à son environnement proche. La suite ici

Joyeuses Pâques

Pour ce Lundi de fêtes, un petit film d’animation Happy Easten soit Joyeuses Pâques.

En premier dans la boutique d’une chocolaterie, quatre lapins troquent leurs airs gentillets pour des bandanas et chaînes en or de gangster. Ils partent livrer une rançon pour libérer leur boss. La suite ici

Télarama

Beaux-Arts

9 commentaires

    • Merci Renée. Très bonne idée ta cybercarte pour remercier les abonnés de ton blog ! Je te pique l’idée pour l’an prochain, si je m’en souviens 😉 Bravo. Très bonne fête !

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :