Jonathan Coe – Le royaume désuni

vagabondageautourdesoi.com - Jonathan CoeA la suite de la grandeur déchue d’Hollywood avec Billy Winder et moi, Jonathan Coe raconte dans Le royaume désuni le déclin de la Grande Bretagne en suivant le destin de la  famille de Mary Clarke habitant le petit village de Bournville, réputé pour sa chocolaterie fondée par les Cadbury.

Ainsi, de la fin de la guerre en 1945 jusqu’au lendemain du Brexit, et par petites touches, Jonathan Coe décrit la lente régression de ce pays qui dans l’histoire a connu un rayonnement envié et respecté.

Au moment du covid, Peter prend des nouvelles de sa mère, Mary, âgée, et prend conscience du temps qui passe. Il décide de profiter de ses moments hors temps habituel pour préparer la fête des cinquante ans de mariage de ses parents.

L’occasion de ressortir les souvenirs, les vieilles photos, d’interroger les uns et les autres, et Jonathan Coe raconte ainsi plus de soixante ans de vie de cette famille autour de l’ancrage que constitue pour le Royaume Uni la monarchie incarnée par Élisabeth II.

De l’humour comme toujours avec Jonathan Coe, des tranches de vies parfaitement reconstruites de façon vivantes et variées, un art éprouvé de la narration, Le Royaume désuni est un roman à découvrir !

Pour aller plus loin

Jonathan Coe – Billy Wilder et moi

Puis quelques extraits

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

Les gens qui ont de la chance dans la vie n’aiment pas trop qu’on le leur rappelle.

Vous savez, le pair avec son hermine, la pairesse avec son diadème, et puis hop :  » Passez-moi les Corn-Flakes, Chérie ».

Si tu leur disais que tu combattais le fascisme au juste que tu te battais pour la démocratie ils te prenaient pour un dingue. Pour eux c’était une simple histoire d’autodéfense : les Allemands voulaient nous envahir, nous occuper, un peu qu’on allait les arrêter, merde.

(…) et pour être honnête, si tu les poussais à parler politique, tu t’apercevais que certains avaient des opinions pas si éloignées que ça de celle des nazis.

– Mais il nous faut un roi ou une reine c’est la tradition, c’est l’histoire anglaise, et c’est …c’est essentiel.

Mais ce jour-là, cette cérémonie indigeste, ésotérique et incompréhensible lui faisait l’effet d’une bouffée d’air rance qui ramenait l’assistance à un monde passé, plus solide, un monde qui ne reposait pas sur de douteuses valeurs humaines, qui était entièrement fait d’éblouissantes abstractions et de hiérarchies occultes. Juste devant leurs yeux, la reine elle- même, cette femme passive et insondable de vingt-sept ans qui était au centre du rituel, avait cessé d’être humain au véritable sens du terme pour devenir un pur symbole. Et, c’était totalement juste. C’était sa destinée.

Chaque semaine, elles dévorent des yeux et désirent secrètement ces jolis garçons aux cheveux longs qui se détachent devant la caméra en chemise à fleurs et col pelle à tarte : c’est comme si ces chansons étaient les dépêches d’un autre monde, un monde de mélodies ou de couleurs, de liberté et de légèreté, d’ambiguïté et de transgression.

Et encore,

Peut-être que le danger, quand on gagne une guerre, c’est que ça vous donne un sentiment de triomphe et de réussite – tout à fait justifié – qui porte à croire qu’on peut se permettre de se laisser aller pendant un temps. Alors que la défaite, en particulier une défaite comme celle que nous avons subie, ne vous laisse pas d’autres choix que de vous relever, et de commencer à reconstruire en ne ménageant pas vos efforts pour y parvenir. En tout cas cela semble être la philosophie de notre chancelier. Mr Erhard.

Autrement dit, chose incroyable, la finale de la Coupe du Monde de 1966 se jouera le 30 juillet entre l’Angleterre et l’Allemagne de l’Ouest, au stade de Wembley.
Bien sûr, cette rencontre portera les traces d’une histoire aussi douloureuse que récente, mais pointer cela du doigt constituerait assurément une atteinte aux bonnes manières et au tact anglais.

Durant des années, on se souviendra du geste courtois avec lequel il a essuyé ses paumes en sueur sur son short avant de lui serrer la main, pour ne pas souiller les gants d’un blanc virginal d’Elizabeth II. Il aurait pensé à ça, le capitaine ouest-allemand ? Bien sûr que non. Il n’y a que les Anglais qui savent se tenir !

Ici en bref

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

vagabondageautourdesoi.com - Jonathan Coe
Arbre généalogique de Mary
vagabondageautourdesoi.com - Jonathan Coe
Un extrait
vagabondageautourdesoi.com - Jonathan Coe
Un autre extrait

Du côté des critiques

Le Monde 

Du côté des blogs

Pamolico –  Aire(s) libre(s)

Questions pratiques

vagabondageautourdesoi.com - Jonathan Coe

Jonathan Coe – Le royaume désuni

Éditeur : Gallimard

Twitter : @Gallimard Instagram : @editionsgallimard

Facebook

Parution : 3 novembre 2022

EAN : 9782072990878

Lecture : Novembre 2022

Littérature contemporaine

Littérature générale

Auteurs commençant par C

Chroniques littéraires

16 commentaires

  1. je le note car j’aime bien son écriture et les thèmes qu’il aborde mais je n’ai pas encore lu sa précédente trilogie 🙂

    • J’avais tellement aimé le Billy etc. que je ne pouvais passer à côté de celui-ci même si ma chronique n’est pas aussi fouillée que d’habitude…surtout par manque de temps! Jonathan Coe ne devrait pas m’en vouloir 🤣 puisque je lirai son prochain 😉

    • Il n’à pas son pareil pour raconter les petits moments de la vie et aussi changer de formes littéraires tout en restant talentueux . Bon dimanche 🎄

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.