Danielle Thiéry – La souricière

vagabondageautourdesoi.com - Danièle Thiéry - Danielle Thiéry connait bien La Souricière, cet espace entre le 36 quai des Orfèvres, lieu mythique abandonné au profit du Bastion, et le Palais de Justice de Paris. Seulement, la fiction qu’elle nous propose avec ce nouveau roman policier n’a rien à voir avec la réalité, sauf à ressortir du musée de la Police différents éléments de torture sado-maso trouvés lors des enquêtes.

Car, La Souricière couvre un certain nombre de sujets de déviance avec notamment la pédocriminalité, la vengeance, les milieux libertins et même le milieu politique !

Même si le roman s’ouvre sur le suicide d’un tueur en série spécialisé dans le viol de mineurs, ce sont une série de disparitions, notamment une dans le milieu politique, qui va aboutir à la saisine du Commissaire Marion et de son équipe pour enquêter.

L’équipe autour d’Edwige Marion fait toujours corps avec elle. Au début de La Souricière, la Capitaine Valentine Cara se marie avec sa bien-aimée Rose, médecin légiste. Mais, son passé viendra lui éclater en plein visage.  Luc Abadie, en panne de compagnon pour l’instant, loge chez Marion, le temps de voir venir. Alix la psy modère comme elle peut les brusqueries de Cara, mais elle n’a pas son pareil pour décrypter les mots et les silences des suspects. .

La présence d’un tueur nommé Hadès, le dieu des enfers, qui hante la Souricière puis un trio de très bizarres drôles de dames pas du tout drôles complètent l’ensemble.

Ce qui m’a frappé dans ce nouvel épisode c’est la multitude des fils tirés au cours de l’enquête pour arriver  à une résolution finale époustouflante. De plus, Danielle Thiéry  a su alterner la psychologie de ses personnages avec des événements intimes. Elle ajoute aussi à son investigation suffisamment d’horreur et de perversion pour que ça soit quand-même assez gore !

Avec La Souricière, Danielle Thiéry nous promène dans le dédale de son univers où l’enquête complexe et dense absorbe jusqu’à la fin. De plus, la série Marion arrivée sur la 13ème rue devrait permettre à La Souricière d’être une lecture d’été bienvenue !

Pour aller plus loin 

Piquette à la Roquette – Danielle Thiéry

Puis quelques extraits

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

Tous les pays du monde qui avait fait le pari de la castration chimique en était revenu. Lâcher dans la nature un prédateur de ce niveau, c’était prendre un risque énorme.

Le 36 n’était plus le 36. Kerman, comme bien d’autres, avait laissé une partie de lui-même sur les quais de la Seine. Au Bastion, trop propre, trop fonctionnel, le charme n’agissait plus.

Se montrer était la meilleure façon de ne pas se faire voir, il avait appris cela à l’école.

Les secrets sont des poisons.

Ému, le professeur découvrait un monde inconnu. Celui des flics et de ceux qui gravitent autour, un microscope exigeant, sans pitié, où le pire et le meilleur se côtoient au quotidien et génèrent des liens indélébiles, quelquefois plus forts que ceux du sang.

La Souricière, ainsi baptisée par les délinquants arrêtés et déférés au parquet à l’issue de leur garde à vue. Comme du piège à souris éponyme, il n’était plus possible de s’en extraire une fois coincé à l’intérieur. Le couloir nauséabond, l’eau qui ruisselait des murs, les odeurs pestilentielles émanant de partout à la fois, quelques ombres qui glissaient au ras du sol et ces portes closes alignées de part et d’autre (…)

Ici en bref

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

vagabondageautourdesoi.com - Danièle Thiéry -
Premier extrait
vagabondageautourdesoi.com - Danièle Thiéry -
Second extrait
vagabondageautourdesoi.com - Danièle Thiéry -
Troisième extrait

Du côté des critiques

France Bleu

Du côté des autres blogs

Lili au fil des pagesPause Polar

Questions pratiques

Danielle Thiéry – La souricière

Éditeur : Flammarion

Twitter : @Ed_Flammarion   Instagram : @flammarionlivres

Facebook

Parution : 1er juin 2022

EAN : 9782080263940

Lecture : Juillet 2022

Littérature contemporaine

Romans policiers

Auteurs commençant par T

Chroniques littéraires

12 commentaires

  1. Le « 36 » n’est peut-être plus ce qu’il était mais certaines dérives récentes ont sans doute permis de remettre un peu d’ordre dans cette institution dont le fonctionnement aux bordures (pour certains de ses fonctionnaires) prêtait, semble-t-il à caution. Le bilan devenait Maigret. 😉

    • Certes, le fonctionnement aux bordures laissait un peu aller 🙂 Mais, Maigret était un bon flic de polar même s’il avait tendance, de plus en plus, à trop apprécier le petit blanc 🙂

  2. Un livre qui m attire comme un aimant, je le note. J ai déjà lu un livre de cette auteure et je l avais beaucoup aimé. Celui-ci devrait me plaire aussi. Bonne soirée

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.