Fabrice Caro – Samouraï

vagabondageautourdesoi.com - Fabrice Caro - Fabrice Caro nous invite dans Samouraï à suivre Alan Cuartero, écrivain en panne d’inspiration, qui traverse une période de déprime suite à sa séparation avec Lisa, qui l’a quitté en déclarant peu de temps avant « Tu ne peux pas faire un livre sérieux ».

Non seulement, il lui faut soigner sa blessure narcissique mais aussi tenter d’écrire un roman qui corresponde aux attentes de son ex, remise en ménage avec un spécialiste de Ronsard !

Un brin d’histoire

Autant dire qu’Alan, double de Fabrice, n’a aucune chance ! Et, Fabrice Caro le décrit désœuvré, blessé et sec de mots. Au début, les chapitres sont courts, pas plus de cinq pages, et s’enchaînent avec un bon mot à la fin.

Pour aider Alan, Fabrice Caro introduit un couple d’amis, Florent et Jeanne, plutôt Jeanne et son conjoint, qui cherche à lui trouver une remplaçante en lui présentant trois femmes qui forment les trois parties de ce roman !

Fabrice Caro raconte la vie qui va, en mettant en avant les moments où le manque de confiance, la colère, la bonne éducation ou l’ennui peut faire déraper et où l’humour tente de rétablir l’équilibre.

Du coup, dans Samouraï, on croise une Claire Chazal renvoyant,, comme au tennis, l’écrivain sur son terrain, l’enterrement de Marc, l’ami d’enfance qui s’est suicidé et une grande piscine qui verdit au fur et à mesure des jours qui passent, et tant d’autres choses.

En conclusion,

Entrer dans l’univers romanesque de Fabrice Caro, c’est être assurée d’au moins un sourire et même un rire au cours de sa lecture, même si quelque fois on se dit que malgré tout le procédé n’est plus efficace. Malgré tout, une fulgurance rappelle le talent d’écriture de l’écrivain. Et, ça fait du bien de pouvoir se moquer un autre nous même qui nous ressemble tant empêtré dans les absurdités du monde.

Pour aller plus loin

Fabrice Caro – Broadway

Puis quelques extraits

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

Toute autre préoccupation ne serait qu’ornement et superflu, chaque instant consacré à percevoir en moi la voix venue du fin fond des âges, celle de mes grands maîtres samouraïs, me dictant la marche à suivre. Et m’occuper d’une piscine. Ça me semble gérable comme programme.

Il y a quelques années, ma mère a décrété qu’on ne se disait pas assez Je t’aime et a fait voler en éclats la règle tacite de notre famille faite de non-dits, de demi-mots, de quarts de regards. Depuis, chaque fois qu’elle m’appelle, sa dernière phrase est invariablement Et n’oublie jamais que je t’aime, et chaque fois je me retrouve, là aussi, complètement déstabilisé, alors que je sais que cette phrase advient invariablement, mais non, je ne sais pas quoi faire avec ça, je ne sais pas quoi faire avec les déclarations d’amour, on ne nous apprend pas à gérer ce genre de situations, balbutiements gargouillis.

Mylène, ne le prends pas mal mais, voilà, je suis atteint de la phobie du volontaire désigné.

On écrit toujours pour quelqu’un, réel, imaginaire, de substitution, l’archer sans cible perd toute raison d’être.

Et encore

Je surestime largement l’attente qu’elle place en moi, comme ces joueurs de foot remplaçants qui entrent sur le terrain cinq minutes avant la fin du match en faisant de grands gestes aux autres, leur donnant mille recommandations, l’air grave et solennel.

Faute d’être un auteur à succès, je faisais un épouvantail formidable.

Si j’avais du choisir une chanson qui le représentait, je n’ aurais pas su, je n’ aurais pas voulu surtout, trop de responsabilité, il faut savoir être humble face au souvenir. Affirmer le jour du grand départ il je vous le dis, Marc c’était ça, ferme, définitif, Marc c’est ce morceau, point barre, c’est non négociable, non, très peu pour moi.

(…) ma libido s’est fait la malle avec mes Illusions, main dans la main, emoji moine marchant sur le chemin de Compostelle.

Ici en bref

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

vagabondageautourdesoi.com - Fabrice Caro -
Premier extrait
vagabondageautourdesoi.com - Fabrice Caro -
Second extrait
vagabondageautourdesoi.com - Fabrice Caro -
3ème extrait

Du côté des critiques

Le Monde

Du côté des autres blogs

One more cup of coffeeLilylit

Questions pratiques

Fabrice Caro – Samouraï

Éditeur : Gallimard 

Twitter : @Gallimard Instagram : @editions_gallimard

Facebook

Parution : 5 mai 2022

EAN : 9782072988110

Lecture : Juin 2022

Littérature contemporaine

Auteurs commençant par C

Chroniques littéraires

6 commentaires

  1. Quand j’ai lu Broadway, j’ai effectivement ri (pas juste des sourires, mais de vrais rires). Il faudrait sûrement que je tente celui-là !

  2. oui, il a le don de faire rebondir l’action à chaque chapitre. « le discours » est hilarant mais évitez le film tiré du roman

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.