Il y a un seul amour – Santiago H. Amigorena

« Il y a un seul amour » est le récit littéraire d’une nuit dans le Musée Picasso au moment où celui-ci présente la superbe exposition Picasso – Giacometti. 

Après Le peintre dévorant la femme de Kamel Daoud et La leçon des ténèbres de Léonor de Recondo, j’étais ravie de découvrir les élans imaginaires de Santiago H. Amigorena.  Premier à avoir vécu cette expérience, Santiago H. Amigorena a mis longtemps à écrire ce récit.

Le titre a transformé en affirmation l’objet des interrogations de Santiago H. Amigorena tout au long de ce court récit où Georges Bataille (« Expérience intérieure ») l’accompagne tout autant que Vermeer.

Cette lettre d’amour est une introspection sur l’amour humain et son rapport à l’art en général et plus précisément à la littérature. Le rêve et la réalité s’entremêlent pour donner une leçon d’amour à celle qu’il a laissé en cette nuit esseulée.

Dans ses précédents livres, son rapport à l’art y était disséqué. Et là, au milieu des œuvres de ces deux géants, Santiago H. Amigorena nous entraine vers l’amour humain, le seul pour lui qui semble en valoir la peine. Ces réflexions sont soutenues par les citations des livres qui l’accompagnent toute cette nuit  particulière sur son lit de fortune.

« Il y a un seul amour  » est un court récit de Santiago H. Amigorena, auteur féru de littérature et d’art, qui dans un musée magnifique déclare son amour poétiquement à la femme qu’il aime.

Merci #Netgalleyfrance et @EditionStock et  pour #Ilyaunseulamour par #SantiagoHAmigorena

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

Pourquoi j’écris ?
J’écris pour survivre à mon passé.
J’écris pour ne pas mourir de la douleur

d’avoir été.
J’écris pour ne pas mourir de la douceur d’avoir été.
J’écris parce que la douleur et douceur, comme l’arc et la lyre, ne sont séparés que par une seule lettre.

La mémoire est toujours une œuvre d’art.

Ce soir où l’amour de la peinture allait tenter d’apaiser l’amour de t’aimer.

Écrire sur des musées, sur des expositions, sur des tableaux, sur des dessins, sur des gravures, est quelque chose que j’ai pourtant tellement fait tout au long de ma vie.

Mais plus j’observais les œuvres, plus elles m’échappaient : visiteur cupide du musée dépeuplé. J’étais là, et j’étais absent, absolument absent. Je voulais voir et mon désir, ma volonté de voir et mon désir, ma volonté de voir aveuglaient mon regard.

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

 

Il y a un seul amour – Santiago H. Amigorena

Éditeur : Stock

Parution : 18 Mars 2020

EAN :  9782234085237

Lecture : Avril 2020

12 commentaires

  1. Je l’ai lu il y a quelques semaines, mais sous un faux titre vu qu’il y avait une erreur dans le fichier Netgalley, je l’ai beaucoup aimé.

  2. une de mes prochaines lectures…
    Je voulais lire « Le ghetto intérieur » avant, pour faire la connaissance de l’auteur et c’est fait, c’est une lecture qui va rester longtemps dans ma tête 🙂

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.