Cécile Desprairies

La Propagandiste

RENTREE LITTERAIRE 2023

vagabondageautourdesoi.com - Cécile Desprairies -

L’histoire de Lucie, La Propagandiste, permet à Cécile Desprairies de raconter l’histoire de ces Français ordinaires qui ont collaboré avec les nazis et ont continué à servir la France bien après la fin de la guerre, au prix d’un silence intense sur leurs agissements passés. Mais, ces deux parents étant décédés, La Propagandiste entoure de fiction le vécu de la mère de l’écrivaine et de son second mari, son père, mélangeant souvenirs et interrogations sur la réalité de son ressenti.

Il semblerait que la Collaboration soit remise au goût du jour en France, en cette rentrée littéraire, alors autant lire le premier roman de l’historienne Cécile Desprairies, spécialiste de cette période, pour en avoir une vision réaliste.

Le roman commence par le récit du gynécée auquel participe chaque matin sa mère accompagnée des femmes de la famille. À mots couverts, elles s’expriment néanmoins, l’enfant essaye d’y trouver sens. Et cette quête l’amènera toute sa vie à s’interroger sur la véritable implication de sa mère dans le processus de la Collaboration.

Brins d’histoire

Pendant la seconde guerre mondiale, Lucie, ambitieuse, a profité de l’Occupation pour se voir confier la propagande hitlérienne dans la presse, au niveau des affiches et du cinéma. Tâche qu’elle a accomplie avec beaucoup de talent ! Elle n’est pas trop fréquentable cette parentèle, comme, elle l’appelle. Et, on comprend très vite le vertige ressenti auquel, par cette forme romanesque, Cécile Desprairies cherche des réponses.

Car, dans ce jeu des 7 familles, “sa famille nazie” comporte ” l’amour de sa mère” pour un “savant fou alsacien, la mère collabo, le grand-père “Pépé F”, la grand-mère droguée à la morphine, “la fillette perturbée et le fils dépassé. ” Les détails racontés au fil des pages sont glaçants. Aucun ne peut être choisi comme exemple tellement au fil de la découverte de cette famille, l’antisémitisme décomplexé et l’attirance pour le régime hitlérien se font jour. Heureusement, Céline Desprairies a l’humour facile ce qui permet de faire passer le malaise d’une pirouette et continuer la découverte de l’ignominie et de la décomplexion la plus débridée.

Cette Lucie est un génie du “als ob”, du comme si, sauf lorsqu’il s’agit de l’amour d’une vie, pour ce Friedrich, même si Charles, son second mari, qui lui a fait 4 enfants, comme une bonne famille hitlérienne. Friedrich, le scientifique, était promu à de si belles découvertes qui pouvaient tellement changer le monde, comme le pensait Mengele avec qui il était en contact. Pour blanchir cette période, Lucie utilisa, sans vergogne, un subterfuge qui la fit paraître plus propre que propre.

En résumé

Cécile Desprairies montre comment Lucie fut un stratège hors norme en forçant ses relations et sa propre famille à se taire à jamais sur ce passé où ils avaient été. Le vertige de l’enfant puis de la chercheuse apparaît au fil des pages. Spécialiste de cette période, le lecteur perçoit le défi que fut pour elle la compréhension d’une époque à partir des archives et des sources et l’explication de ses ressentis, des silences, expressions détournées, etc. que ses souvenirs comportaient.

La Propagandiste est un témoignage bouleversant sur une époque où on ne peut réduire la Collaboration avec une quelconque attirance sexuelle, une révolte adolescente et une suite d’un traumatisme vécue. Cécile Desprairies ne se confie pas. Elle applique à sa propre famille et à ses souvenirs, la froide analyse de son métier. La Propagandiste m’a passionnée et terrifiée à la fois.
Un roman qui je l’espère sera récompensé.

Puis quelques extraits

Par un des interstices de l’enceinte, “un juif” avait tendu à ma grand-mère “une montre en or, en échange d’un verre d’eau”. Ma grand-mère avait pris la montre, mais n’avait ” pas donné le verre d’eau ” . C’était dit sans émotion.

À les écouter, le monde de “l’Occupation” avait été une sorte de conte de fées. Elles répétaient de façon énigmatique : “On n’est pas passé à côté “. J’ai mis des années à comprendre ce que signifiait cette expression.

Plus tard, je comprendrai que le jaune est la couleur attribuée aux juifs depuis le Moyen-Âge et par la propagande, la couleur de la rouelle comme celle de l’étoile distinctive.

Elle n’ignorait pas que, dans l’Ordre noir, la SS, chaque membre devait payer une capitation pour tout enfant manquant à une fratrie de quatre.

Et encore,

Celle qui a quelques semaines plutôt était encore l’auteur de l’un des derniers slogans de la “Propaganda” (” Les ” libérateurs”! La libération ! Quelle libération ?”) est désormais protégée par un travail du “bon côté”. Lucy n’est pas à une contradiction près quand il s’agit de sauver sa peau et d’éviter la honte et l’infamie. Ces femmes tondues au front marqué au fer rouge, enduites de mercurochrome, brisées, promenées à travers la ville à demi dénudée, elle préfère éviter d’y penser.

Est-ce que le Débarquement ne se dit pas Invasion, en allemand ?

Ses oncles sont désormais installés dans leur nouvelle vie à la blancheur Persil.

Une technique sans intrusion. On en enlève une languette d’écorces sur le griffon et le porte-greffe. On applique les deux plaies l’une en face de l’autre en les faisant bien coïncider, puis en ligature la greffe et on la recouvre de mastic. C’est la greffe allemande. Une “personne — relais est chargée d’enseigner la nouvelle méthode dans son verger. C’est aussi ça, la collaboration. On s’approche, le plus près possible, on relaie, et cela fait beaucoup d’enfants.

Ici en bref

vagabondageautourdesoi.com - Cécile Desprairies -
Incipit
vagabondageautourdesoi.com - Cécile Desprairies -
Un extrait
vagabondageautourdesoi.com - Cécile Desprairies -
Puis le dernier

Du côté des critiques

Télérama

Du côté des blogs

Alex Mots à MotsJu lit des motsLa dimension du sens que nous sommes

Questions pratiques

vagabondageautourdesoi.com - Cécile Desprairies -

Cécile Desprairies – La Propagandiste

X: @Deprairies – Instagram @deprairies1

Éditeur : Seuil

X : @EditionsduSeuil @ Instagram : @editionsduseuil

Facebook

Parution : 18 août 2023

EAN : 9782021523720

Lecture : Octobre 2023

Littérature générale

Mes lectures en 2023

Auteurs commençant par D

Chroniques littéraires

15 commentaires

  1. Coucou Matatoune,
    Désolée de ne pas être venue plus tôt te remercier pour le lien vers mon avis 😉 Je te rejoins c’est un livre passionnant et bouleversant à la fois !

    • C’est un roman autobiographique, pour moi, mais puisque Cécile Desprairies est historienne, ces souvenirs se confrontent à ses connaissances et comme c’était dans son enfance, n’est-ce pas des biais cognitifs…En tout cas, ce qu’elle raconte est glaçant. Mais ce qui m’a le plus choqué c’est cette capacité à se taire après la libération et même à faire le contraire de ces valeurs. Une duplicité là encore glaçante.

    • Oui, il est sorti de l’ombre en opposition avec celui de Julie Héraclès. De plus, il y a eu Blois 2023 qui vient de se finir et Cécile Desprairies est une historienne reconnue. En tout cas, une quête difficile fait de souvenirs et d’analyse fiable et historique.

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.