Auteurs commençant par D

Pasternak était poète, dit Olga. Tu aimes la poésie ?
— Pas tellement, reconnut Melchor qui avait lu peu de poésie. Les poètes, pour moi, ce sont des romanciers paresseux.
Olga eut l’air songeur.
— Peut-être, dit-elle. Mais pour moi, presque tous les romanciers sont des poètes qui écrivent trop .Javier Cercas

Auteurs commençant par D catégorie littérature

Alain Dulot – Tous tes amis sont là

Dans Tous tes amis sont là,  Alain Dulot prend prétexte de raconter les derniers jours et l’enterrement du poète pour nous dévoiler une biographie romancée de Paul Verlaine.

En s’adressant directement à l’écrivain, Alain Dulot dévoile le vécu d’un homme au talent reconnu mais au caractère impossible. Il commence son récit à partir des derniers années où Verlaine s’abime dans l’alcool allant de maisons de santé où on lui réserve un sort privilégié en estaminets sordides. Ses contemporains le surnomment le Villon des temps modernes, seulement, lui n’était ni un voleur, ni un criminel. Verlaine aurait préféré la référence à Ruteboeuf. Car, il y a une chose dont il était sûr c’est de son talent ! D’ailleurs, ses compagnes le savaient qui allaient porter poèmes, articles et autres écrits à son éditeur et aux journaux pour en retirer quelques subsides.

L’affront qu’a vécu sa femme, Mathilde, sur le quai de la gare de Bruxelles, est oublié depuis longtemps. Les années ont passées. L’amour tumultueux avec Rimbaud lui a coûté quelques mois de prison. Car Verlaine ne sait qu’aimer de façon violente, exclusive et jalouse. Certes, c’est souvent l’alcool qui le porte vers ces extrémités qu’il regrette amèrement lorsqu’il a dessaoulé.  Sa mère lui a toujours pardonné ces accès de violence qui m’ont profondément choquée. Rimbaud, non. La suite ici

François-Henri Désérable -Mon Maître et mon vainqueur

Grand Prix du roman de l’Académie Française 2021

vagabondageautourdesoi.com François-Henry Deserable Pour le titre de son nouveau roman Mon Maître et mon vainqueur, François-Henri Désérable choisit un extrait d’un poème de Chanson pour elles par Verlaine pour décrire une passion amoureuse des temps modernes où la littérature y est complètement imbriquée.

Le narrateur est convoqué devant le juge d’instruction pour aider à comprendre Vasco, son ami, et éclairer ses intentions à partir d’un carnet manuscrit sorte de journal de sa passion amoureuse, composé de poèmes et de haïkus. Il a été retrouvé ainsi avec un révolver et ses mains comportant des résidus de poudre.

Tina, Vasco et Edgar ou alors Tina, Edgar et Vasco ! Pour le juge, Vasco c’est Vincent Ascot. Et, pour ce dernier, Tina est sa princesse andalouse ! Edgar, lui, il l’appelle La doudoune. Mais, Tina, elle, s’appelle, sur ses papiers d’identité, Albertine. La suite ici

Agnès Desarthe – L’éternel fiancé    Sélection du Prix Goncourt et du Prix Renaudot

vagabondageautourdesoi.com - Agnès Desarthe L’amour est totalement présent dans le dernier roman de Agnès Desarthe, L’éternel fiancé. Car, lorsque une déclaration d’amour a lieu à tout juste quatre ans, difficile de ne pas en garder un goût nostalgique tout au long de sa vie et un sentiment de ne jamais plus être à la hauteur de cette amour enfantin.

En effet, la narratrice se retrouve à l’école maternelle, haute comme trois pommes, confronter à recevoir un message d’amour d’un autre enfant, Étienne, à peu près du même âge, lors de la fête de l’école.

– « Je t’aime parce que tu as les yeux verts  » lui dit-il,

–  » Je ne t’aime pas. Parce que tu as les cheveux de travers » lui répond-elle.

En fait, elle regrettera toute sa vie cette réponse qu’elle aurait aimé ne pas avoir prononcé.

Et, voilà une vie racontée au fil du temps qui passe, interrompue par des rencontres avec Étienne sans qu’il ne se souvienne de ses propos. Comment apprécier le goût du quotidien lorsque plane sur sa tête cette immensité de tendresse qu’on a refusé ? La vie a-t-elle le même goût lorsque on se met ainsi d’emblée en réserve. Heureusement, comme un morceau de musique accompli par le groupe familial, il y a une harmonie à trouver. La suite ici

Grégoire Delacourt – L’enfant réparé

vagabondageautourdesoi.com Grégoire Delacourt Grégoire Delacourt convie avec L’enfant réparé à un voyage littéraire au pays d’un traumatisme si important que l’esprit  en a effacé toute trace consciente. Il faudra une enquête pour écrire un roman pour que l’oubli se déchire petit à petit et révèle la souffrance. Il aura fallu presque toute une vie pour en reconnaître la réalité !

La soixantaine acquise, Grégoire Delacourt revient sur sa vie à l’occasion de la prochaine parution de Mon Père, publié en 2019 que je n’ai pas lu. Ce récit autobiographique présente le séisme produit lorsqu’un enfant est violenté par un prêtre. Lorsque un de ses lecteurs lui écrit qu’il faut avoir vécu une telle expérience pour la raconter aussi bien, quelque chose se révèle confus et trouble…

Au départ, rien dans ses souvenirs ne vient corroborer cette affirmation. Pourtant le malaise devient de plus en plus prégnant sans qu’il puisse en comprendre la cause. L’écran du souvenir va commencer à se fendiller. Il s’est souvent interrogé sur ce père si lointain, absent et dont il se souvient d’aucun geste de tendresse. Idem pour sa mère qu’il se rappelle fumant ses mentholés perdue dans le silence. D’ailleurs, ce couple l’a envoyé dès l’âge de cinq ans, en pension, en colos, en bref s’est débarrassé consciencieusement de lui ! Du moins, c’est ainsi qu’il l’a vécu et qu’il en a souffert tout au long de sa vie. Mais, l’écran du souvenir commence à affleurer ! La suite ici

Jean-Baptiste Del Amo – Le fils de l’homme       –          Prix du livre Fnac 2021

vagabondageautourdesoi.com Jean-Baptiste Del Amo Avec Le fils de l’homme, Jean-Baptiste Del Amo propose une fable moderne sur la nature ancestrale de l’humain qui au fil de l’histoire élimine les extrêmes pour ne garder que ceux capables d’assumer la perpétuation de l’espèce.

Pas souhaité le lire dès sa parution, à cause du déterminisme que je pressentais, contraire à mes convictions ! Mais, le Prix Fnac lui est remis. Alors, le courage au bord des yeux, j’ai commencé à lire et je l’ai dévoré presque d’une traite.

« Et la rage des pères revivra chez les fils à chaque génération » Sénèque-Incipit du roman

Jean-Baptiste Del Amo propose, en une dizaine de pages, un prologue de scènes de survie des hommes primitifs confrontés aux éléments naturels et aux combats pour la vie comme une invite à comprendre le cheminement du monde.

Un couple, et un enfant assis à l’arrière, sont en route. Le voyage est long jusqu’à la maison isolée, les Roches, en pleine forêt loin des hameaux. Le 4×4 doit être abandonné bien avant l’arrivée car un tronc d’arbre se trouve en travers de la route. Il faut finir à pieds. Puis, la maison au confort spartiate, se découvre. Là, il faudra vivre quelques jours, un été, plus peut-être … La suite ici

Christophe Donner – La France Goy

vagabondageautourdesoi.com Christophe Donner - A partir de l’histoire de sa famille, Christophe Donner plonge avec La France Goy au cœur de la France nationaliste et populiste du milieu du XIXè siècle jusqu’à la fin de la première guerre mondiale.  Ce roman est le récit de la transformation de la judéophobie en antisémitisme avec l’importance grandissante d’un Édouard Dumont, personnage assez hideux au talent polémiste hors norme, de son fils spirituel, Léon Daudet, jusqu’au fourbe François Maurras et son journal l’Action française.

Son arrière grand-père, Henri Gosset, découvre ses talents de guérisseur tout à fait fortuitement à l’adolescence. Pour répondre à la volonté de son père, il devient soignant et croise le jeune Léon Daudet. C’est cette proximité tout au long de la Troisième République puis après, que Christophe Donner raconte. La suite ici

Clara Dupont-Monod – S’adapter

vvagabondageautourdesoi.com Clara Dupond-Monod Clara Dupont-Monod m’a happée avec son nouveau roman S’adapter paru chez Stock pour cette rentrée littéraire 2021. Je n’avais pas prévu de le lire tout de suite, un autre roman était prévu. Mais, dès que j’ai lu la première page, je n’ai pu reposer ma liseuse que lorsque je l’ai eu fini !

Rare sont les fictions qui se penchent sur une personne en situation de handicap ! Encore plus rare sont les romans qui se placent à hauteur de la fratrie ! Clara Dupont-Monod choisit de raconter en trois chapitres, les réactions des trois enfants afin de montrer le bouleversement de leur vie, les retentissements du handicap sur leur vécu et leurs comportements. Ainsi, nous suivons l’aîné, puis la cadette et enfin le petit dernier, né après !

Comme souvent, il y a d’abord l’inquiétude des parents : une maman, Elle, qui remarque en passant une orange devant les yeux de l’Enfant, que son regard ne bouge pas comme d’ailleurs, le reste de son corps. Il ne parle pas.  Il sourit. Il est silencieux la plupart du temps. « Abimé » « Inachevé » non « Inadapté » !

Il n’a pas de nom, c’est l’Enfant ! Les deux autres enfants réagissent chacun avec leur caractère, leur âge, leur personnalité, leur place dans la fratrie. Et chacun va évoluer dans ses réactions selon son vécu jusqu’à pouvoir s’inscrire dans leur vie d’adulte. La suite ici

David Diop – La porte du voyage sans retour

Première sélection du Prix du roman Fnac 2021

vagabondageautourdesoi.com David Diop -Pour la rentrée littéraire 2021, David Diop, tel un griot, nous raconte l’histoire de l’amour platonique d’un Orphée et d’une Eurydice au pays de La porte du voyage sans retour. Est ainsi surnommée l’île de Goré , située dans la baie de Dakar,  tristement connue comme île des esclaves d’où partaient les bateaux chargés de leur funèbre cargaison vers l’Europe et les Amériques. Envoutante, bouleversante et puissante, le style de David Diop nous plonge en plein dix-huitième siècle pour mieux nous interroger sur notre monde.

Michel Andanson (1727-1806) se voit mourir ! Il a compris depuis longtemps que courir après un savoir de botaniste pour créer une encyclopédie universaliste, comme le conseillaient les penseurs humanistes de son époque, était pure vanité. Dans sa folie de conquête du savoir, il avait oublié de décrire son espèce car il avait compris trop tard que rien ne pouvait exister sur notre terre sans l’intervention humaine pour lui donner du sens. Alors, il décide que pour sa fille il va révéler son savoir intime. La suite ici

Yamina Benahmed Daho – A la machine

Delphine De Vigan – Les enfants sont rois

Emmanuelle Dourson – Si les dieux incendiaient le monde

Fatima Daas – La petite dernière

Un jour viendra couleur orange- Grégoire Delacourt

L’énigme de la chambre 622 -Joël Dicker

Soir de fête – Mathieu Deslandes – Zineb Dryef

Boy Diola – Yancouba Diémé

Dernière sommation – David Dufresne

Arabe – Hadia Decharrière

Les inéquitables – Philippe Djian

Auteurs commençant par D catégorie essais

Raymond Depardon -New York Aller et Retour

vagabondageautourdesoi.com Raymond Depardon - Un beau-livre au format d’un poche, les éditions Points l’ont réalisé en rassemblant des photographies de Raymond Depardon sur la ville de New York.

Comme l’explique la préface du biographe, Philippe Séclier, la ville de New York est un lieu emblématique dans l’œuvre de Raymond Depardon. Lieu de passage lorsque le journaliste reporter couvrait les différentes guerres du globe, New York est devenue la ville qui l’a fait naitre à la Street Photography.

Après la mort d’un ami journaliste au Vietnam et le départ de Gilles Caron, le photographe en autres de Mai 68, il a peur d’être le prochain et recherche une autre façon exercer son talent. Admiratif d’un Garry Winogrand et d’un Walter Evans, en passant par une Susan Meiselas, Raymond Depardon se cherche une écriture ou « un regard » dit Philippe Séclier. Les photos de New York Aller et retour témoignent des déambulations d’un homme décidé à changer d’expression, presque de métier. La suite ici

En finir avec les violences sexistes et sexuelles – Caroline De Haas

 

Auteurs commençant par D catégorie polars

Chrystel Duchamp – Le sang des Belasko

J.P. Delaney – La femme parfaite

 

Auteurs commençant par D catégorie jeunesse

 

 

Télérama

Classement par auteurs

Chroniques littéraires