Rosa Bonheur – Le marché …

vagabondageautourdesoi.com - Rosa Bonheur -
Le Marché aux chevaux. L’exposition ne présente pas l’original qui, trop fragile, ne peut plus voyager de son domicile des États-Unis. Ici, c’est un tableau réalisé aussi par l’artiste mais au format plus petit.

…aux chevaux

Pour fêter le bicentenaire de la naissance de Rosa Bonheur (1822-1899), le Musée d’Orsay organise une grande rétrospective présentant cette femme qui a su affirmer son talent en même temps que sa liberté.

Le talent de l’artiste éclate dans cette exposition, très visitée. Ses tableaux sont d’un réalisme époustouflant ! De plus, affirmant son amour pour Nathalie Mica depuis son adolescence, elles ont vécu ensemble jusqu’à la mort de cette dernière. Elles s’associent pour devenir autonomes et échapper à la dépendance d’un père ou d’un mari.

Pour présenter le travail de Rosalie Bonheur dite Rosa, impossible de ne pas présenter ce tableau Le marché aux chevaux qui incarne parfaitement cette communion entre l’homme et l’animal et la rudesse du travail.

vagabondageautourdesoi.com - Rosa Bonheur -
Portrait de Rosa Bonheur fait conjointement avec Édouard Dubufe – 1857 – Versailles – Rosa fait le taureau et Édouard fait son portrait.

Labourage nivernais

vagabondageautourdesoi.com - Rosa Bonheur -
Succès phénoménal au Salon de 1848.

À son époque, l’artiste se forme, non plus en faisant le « grand tour » vers l’Italie, mais en fréquentant les écoles autour de son domicile. Ainsi Rosa suit l’École de Barbizon. Nous sommes à l’époque de La mare au diable de Georges Sand, qui est proche de Rosa mais aussi de Jean-François Millet avec ses Glaneuses.

Répondant à une commande d’État, Rosa Bonheur présente son Labourage nivernais en 1848. Il va lui assurer la reconnaissance comme peintre animalier incontournable.

Elle a fait un stage dans la région. Pour plus de commodités, Rosa demande un permis pour porter le pantalon. En effet, depuis 1800, il y a une interdiction à le porter qui sera abrogé en 2013 ! Aucune demande féministe, plutôt une façon plus commode d’aborder ses sujets d’études.

vagabondageautourdesoi.com - Rosa Bonheur -
Détail

Un projet ambitieux

Le Duc de Morny, résidant à Chantilly, alors Ministre de l’Intérieur, lui commande un tableau de grand format. Lorsque Rosa Bonheur lui présente ses études du futur Marché aux chevaux, il refuse complètement l’évocation de ce type d’animaux. Pourtant, il lui achète une fresque de 20 000 francs de l’époque mais passe à côté de celui-ci.

vagabondageautourdesoi.com - Rosa Bonheur -
Esquisse du tableau final

Rosa Bonheur a l’intuition que ce tableau est important. De formation classique, elle multiplie les études et retravaille l’ensemble.

vagabondageautourdesoi.com - Rosa Bonheur -
Isodore Bonheur (1827-1901) Étude de tête de cheval écorné

Le Marché aux chevaux

Rosa Bonheur se rend régulièrement au Marché aux chevaux, boulevard de l’hôpital près de l’Asile de la Salpêtrière à Paris.

vagabondageautourdesoi.com - Rosa Bonheur -
Détail

Le tableau est très bien accueilli par les critiques et le public. Son format est impressionnant : 5m/2m. Rosa Bonheur voudrait le vendre au Musée de Bordeaux, sa ville natale, pour une valeur presque symbolique de 1500 francs. La ville refuse !

Alors Ernest Gambart (1814- 1901), marchand d’art, l’achète pour 40 000 francs. Il lui fait faire une tournée accompagnée de l’artiste et de sa compagne : Londres, Birmingham, l’Écosse, etc.

Le tableau remporte la Médaille d’or à l’exposition universelle de 1855.

vagabondageautourdesoi.com - Rosa Bonheur -
Broche camée offerte à Rosa Bonheur par la Société Royale pour encouragement des Beaux-arts de 1854

Commissaires

  • Sophie Barthélémy, directrice du musée des Beaux-arts de Bordeaux
  • Sandra Buratti-Hasan, conservatrice, directrice adjointe du musée des Beaux-arts de Bordeaux
  • Leïla Jarbouai, conservatrice en chef au musée d’Orsay
  • Avec la collaboration de Katherine Brault, présidente du Château Musée Rosa Bonheur, assistée de Michel Pons.

L’exposition a été présentée au musée des Beaux-arts de Bordeaux du 18 mai au 18 septembre 2022. Orsay

Pour aller plus loin

Le Musée Condé à Chantilly

Sources

Musée d’Orsay

Beaux-Arts magazine

Questions pratiques

vagabondageautourdesoi.com - Rosa Bonheur -

Rosa Bonheur

Du 18 octobre 2022 au 15 janvier 2023

Orsay – Paris

Musée Orsay – Paris

Twitter : @MuseeOrsay    Instagram : @museeorsay

Facebook

Président :  Christophe Leribault

1 Rue de la Légion d’Honneur,

75007 Paris

Du 12 septembre 2022

Jusqu’au 8 janvier 2023

Expositions 2022

Chroniques culturelles

10 commentaires

  1. J’ai entendu parler de cette exposition et j’étais un peu tentée mais il y a trop de belles expos à voir à Paris en ce moment (le soleil à Marmottan, Garouste au Centre Pompidou, Füssli, etc) et je n’aurai pas le temps de voir Rosa Bonheur… Merci de m’en avoir donné un aperçu !

    • Oui, l’exposition qui m’attirait était celle de Munch qui m’a complètement scotchée !

  2. J’ai vu l’Expo. Après Munch , c’est difficile. Peintre naturaliste, un peu romantique et assez classique.

    • J’ai fait l’inverse. D’abord Rosa et après Munch ! Je ne sais si je parlerai ici de ma visite car la  » rencontre » fut intense …

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.