Photographes en Bretagne

tradition & modernité

TOP 10 des BEAUX LIVRES 2022

Alain Croix

Marc Rapilliard

vagabondageautourdesoi - Photographes en Bretagne - Ce beau livre Photographes en Bretagne propose de balayer cent ans de vie bretonne. Du milieu du règne de Louis Philippe 1er, dernier roi de France, jusqu’à la seconde guerre mondiale, des clichés de photographes connus mais aussi amateurs sont présentés afin de chroniquer l’arrivée de la modernité dans cette région de France qui avait gardé ses traditions intactes depuis des décennies.

Avec un texte introductif et synthétique à la fois, Photographes en Bretagne laissent la place au choc des photos. Aucun texte ne les accompagne. Seules leurs légendes font progresser le lecteur à la fois dans la compréhension des enjeux sociétaux, économiques et culturels, mais aussi dans la capacité du lecteur à desceller les détails qui y figurent.

Un brin de présentation

En quatre grandes parties, les auteurs déclinent les transformations profondes que la société bretonne a vécues pour s’ouvrir à la modernité.

Lorsqu’on étudie la Bretagne, décrire les rapports complexes entretenus avec la mer est indispensable. De la pêche familiale jusqu’à l’arrivée de la navigation de masse avec les ateliers de l’Arsenal pour développer La Marine Royale, puis impériale et devenue après nationale, Photographes en Bretagne montrent petit à petit les infimes changements pour ouvrir le pays à la modernité.

Le chapitre sur le développement du tourisme des bains de mers est savoureux. De la cabine de bains oubliée sur la plage aux débuts des activités balnéaires, la perception des habitants s’affine pour découvrir avec les yeux de ses nouveaux touristes la beauté de leur terre.

Seulement la Terre de Bretagne est faite aussi de labours et d’élevage. La date de 1840 choisie par les auteurs correspond à l’intrusion de la première batteuse mécanique. Évidemment, ce changement se fait lentement, comme le montrent les photos, mais inexorablement.

On retrouve aussi l’effervescence des foires très nombreuses où les animaux étaient échangés. Dans cette partie, le travail des hommes est documenté puis complété par le nombre incalculable de photographies montrant le travail caché des femmes.

Et, puis, les photographies de fêtes, mariages ou autres, symbolisent cet esprit de partage qui en fait la spécificité de cette région, encore maintenant.

Les parties suivantes concernent le développement des villes et l’évangélisation des habitants plus portés initialement sur les rites païens. Découvrir l’histoire du pont de Morlaix qui barre encore de nos jours la vue du ciel est l’incarnation du pot de fer contre le pot de terre.

La dernière partie complète cette présentation d’une grande richesse en montrant la capacité de l’Église à mobiliser les foules pour diffuser ses idées et contraindre sur son inadmissible.

En conclusion,

Marc Rapilliard est un photographe professionnel spécialisé dans l’ornithologie. Son œil avisé vient éclairer les légendes des photographies, valeur ajoutée à Photographes en Bretagne. Alain Croix est un historien spécialiste de la Bretagne. Sa connaissance des particularités régionales est précieuse pour la qualité de l’ouvrage. 

Photographes en Bretagne est un beau livre au prix abordable où la qualité et la richesse de la documentation sont des atouts indéniables pour comprendre la grande mutation du XIXè siècle en pays breton. Pour tout amateur d’Histoire, de Bretagne et de photographies anciennes… en fait, pour beaucoup de monde.  🙂

Puis quelques extraits

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

Nous avons résisté – et ce fut bien difficile à la simple beauté d’une œuvre, pour privilégier le sens.

C’est de l’expansion et parfois de la démocratisation de changements providentiels que sont nées les questions que nous avons posées à ces photographies.

Notre chance vient de la coïncidence entre les énormes changements qu’ont vécue nos aïeux de ce siècle-là, 1840-1940, et l’apparition d’un nouveau témoin, la photographie.

La modernité est une chose, mais l’essentiel est ailleurs, dans les représentations que la population s’en fait : la modernité n’existe réellement que lorsqu’elle est perçue comme telle, qu’elle entre dans la vie des hommes et des femmes de ce pays.

Mieux encore : ces photographes sont de leur temps, c’est-à-dire qu’au-delà de la beauté, au-delà de la commande, ils ont eu l’œil attirer parce qu’il était nouveau à leur époque ou dans leur milieu, donc parce que nous appelons la modernité, sans que cela – ou  » la tradition » – implique le moindre jugement de valeur de notre part

La moisson faite, on bat la récolte au fléau. Un travail exténuant : on a pu calculer qu’un batteur abattait son fléau environ 22 000 fois en une journée.

Le luxe des modestes : poser avec son vélo.

Ici en bref

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

vagabondageautourdesoi - Photographes en Bretagne -
Un premier extrait
vagabondageautourdesoi - Photographes en Bretagne -
Puis un autre
vagabondageautourdesoi - Photographes en Bretagne -
Puis un autre
vagabondageautourdesoi - Photographes en Bretagne -
Puis le dernier

Questions pratiques

vagabondageautourdesoi - Photographes en Bretagne -

Photographes, tradition & modernité en Bretagne

Alain Croix

Marc Rapilliard

Éditeur : Locus – Solus

contact@locus-solus.fr

Twitter : @LocusSolusEd Instagram :  @locus.solus.edition

Facebook

Parution : 28 octobre 2022

EAN : 9782368333709

Lecture : Décembre 2022

Littérature contemporaine

Essais

Auteurs commençant par C

Chroniques littéraires

12 commentaires

  1. Alors là Matatoune tu ne pouvais pas tomber plus juste avec ta très belle chronique sur ce livre composés de photos de la Bretagne d’antan. Ma mère et moi nous sommes très intéressés par les photographies anciennes de la Bretagne. Tu le sais je vis près de Lorient. Mon arrière grand mère côté maternel s’appelait Angèle. Elle nous racontait qu’elle était puni à l’école lorsqu’elle parlait breton. Elle portait la coiffe bretonne jusqu’à sa mort à la fin des années 1990. Dans ces années là, nous avions encore quelques femmes âgées qui portaient la coiffe. Et puis, c’est devenu du folklore. Les chapelles sont extrêmement nombreuses en Bretagne et je te rejoins, la foi des Bretons étaient pétries de rituels. Enfant, j’ai vu des pardons et c’est vraiment touchant, beaux. Dans mon village, on a une très belle chapelle du XVème siècle. Rien que dans ma commune, on en compte 7. Il y a encore des pardons, surtout dans le Finistère où les traditions sont davantage présentes que dans le Morbihan. Je note ce bel ouvrage. Replonger dans nos racines c’est toujours émouvant. Merci Matatoune 🙂

    • Moi, mon grand-père maternel était originaire de Pontivy; Sauf que je ne l’ai pas connue ! Alors, je cherche cette famille et d’autres des autres branches avec une autre de mes passions, la généalogie.
      De plus, j’aime aller voir les nouveautés de cette maison d’édition. Lorsque j’ai vu que cet ouvrage venait à paraître je n’ai pas pu résister au plaisir de me le procurer. Ses légendes sont très bien documentées. J’ai adoré me plonger dans cette vie du début du siècle dernier. Si tu as l’occasion de le feuilleter, il ne faut pas hésiter! Un vrai beau livre que je conserve et rouvre avec plaisir 🙂

    • Il est superbe pour ceux qui s’intéressent à la photo, aux société et bien sûr à la Bretagne !

    • Surtout que la collecte de photos anciennes montrent bien les changements. Un beau livre 🙂

  2. Ça semble intéressant mais la Bretagne est vaste et il existe déjà beaucoup de livres. Je suis dans le Trégor, qui ne ressemble pas au raz de Sein ou au sud Morbihan…

    • Les auteurs avaient précédemment fait paraître La Bretagne des photographes que peut-être tu connais. Ici, à partir de photos anciennes, ils s’agit de documenter les changements survenus dans la société bretonne au cours du XIXè s. Un bel ouvrage !

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.