Guillaume Clicquot -Prenez-moi

 pour une conne…

vagabondageautourdesoi;com - Guimllaume Clocquot - Après avoir signé les romans qui ont inspiré les films « Papa ou Maman » et « Joyeuse retraite », Guillaume Clicquot, nous offre dans ce nouveau livre « Prenez-moi pour une conne… » le récit d’une femme blessée, abandonnée par son mari au lendemain du mariage de sa fille, qui va réagir !

Avec réalisme et surtout beaucoup d’humour, il analyse ce fait de société, tellement commun, où, à la cinquantaine, les femmes qui ont entretenu une famille, servi de faire valoir à leur mari et élevé leurs enfants, se retrouvent souvent abandonnées par la fuite du mari volage avec sa jeune maîtresse après le départ des enfants.

Au lieu de décrire l’anéantissement, Guillaume Clicquot raconte, avec beaucoup d’humour, la vengeance d’une de ces femmes, qui va passer de l’invisibilité à la reprise en mains de sa vie, quitte à aller jusqu’au crime.

Brins d’histoire

Giscardienne habitant Versailles, Oriane s’est délocalisée à Ouistreham, son ancienne résidence secondaire, depuis l’abandon de son mari au lendemain du mariage de son dernier enfant.

Mère au foyer, habituée au bénévolat de toutes natures, elle perd tout d’un seul coup. Non seulement, elle doit quitter son foyer, ses relations mais elle se voit imposer une demande de divorce qu’elle n’a ni choisie, ni anticipée.

De plus, son mari n’a pas eu le courage de rompre de vive-voix mais a préfère lui envoyer une lettre expliquant sa motivation ! Cet acte d’une profonde lâcheté va lui servir de levier pour envisager une autre suite à cet événement traumatisant.

Orlane va vivre une dépression dont son amie Nathalie et sa psy -vraiment pas conventionnelle- vont essayer de l’en sortir. L’envie de vengeance s’impose à elle et même devient une véritable obsession. Elle envisage toutes sortes de possibilités et en choisit une qu’elle va mettre à exécution.

Alors,

La narratrice raconte son lent parcours, tout d’abord vers le souhait de vengeance puis vers le crime qu’elle imagine pour soutenir son moral et pour finir, celui qu’elle va commettre. Saura-t-elle réaliser le crime parfait, c’est vraiment la question !

Dès le début, le lecteur connait les intentions d’Orlane puisque les chapitres sont entrecoupés du récit du décompte des heures après le drame.

Le suspens se situe au niveau de la méthode pour que Orlane ne soit pas accusée. Le lecteur espère qu’elle arrivera à son but, bernant ainsi son entourage et même les autorités. Guillaume Clicquot sait nous rendre sympathique cette femme abusée par son goujat de mari !

De plus, Guillaume Clicquot glisse des réflexions sur notre monde, résumées par des formules « chocs » assez réussies.

C’est savoureux, et même jubilatoire, facile à lire avec ses nombreux dialogues. Le rendu psychologique est réaliste et la fin du roman ne peut que satisfaire pleinement le lecteur, même s’il n’est pas moral.

En conclusion,

Si vous n’avez jamais, ne serait-ce qu’une fois, rêver de tuer un proche, quelqu’un de votre entourage, ce livre n’est pas fait pour vous  !

Par contre, s’il vous est venu à l’idée de trucider quelqu’un que vous avez apprécié et même aimé, alors avec Prenez-moi pour une conne…, n’hésitez-plus !

Et, remerciements sincères à Guillaume Clicquot d’avoir décelé chez chacune d’entre nous cette capacité à duper son monde en répondant point par point à ce que l’on attend de nous : bête, écervelée, incapable de réfléchir ou d’avoir une conversation sérieuse, ayant uniquement les capacités reconnues à gérer un ménage et élever les enfants… Oui, tant que certains (es) croiront à ce trait de caractère commun à la gente féminine, nous continuerons à « faire la conne » pour mieux duper notre monde !

Sûr que Prenez-moi pour une conne… sera adapté au cinéma !

Remerciements

à Guillaume pour sa confiance.

Puis quelques extraits

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

« , décidément, les hommes n’ont pas besoin de savoir mentir. nous les femmes, on leur invente toutes les excuses. »

C’est ça qui est amusant, c’est de jouer contre l’imagination de l’auteur, essayez de l’anticiper, devinez qui a tué mais comment les flics ont réussi à coincer le meurtrier . C’est comme un jeu de société.

Catherine. la pharmacienne, n’était pas très psychologue comme nombre de ses confrères du corps médical. Ses approches étaient cliniques, ses paroles rarement pondérées et ses diagnostiques brutaux. Ainsi, la fiction n’avait aucune place dans ses lectures.

Le fantasme criminel était-il le remède aux frustrations des femmes, une méthode pour exorciser ses aigreurs, un moyen virtuel de passer à l’acte et d’apaiser son âme ?

L’actualité regorgeait de faits divers, de violences quotidiennes, d’accidents et de catastrophes naturelles. La télé me rappelait la chance que j’avais d’avoir une vie paisible et l’obligation que j’avais de cesser mes jérémiades égocentriques.

Vous voyez Orane, il faut beaucoup de patience, d’abnégation et d’intelligence pour passer pour une conne.

Tu sais, cette tactique qui consiste à dégainer une de ces missions urgentes de dernière minute qui créent le chaos et te permet de dominer tes esclaves, trop débordés pour pouvoir se révolter.

Ici en bref

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

vagabondageautourdesoi;com - Guimllaume Clocquot -
L’incipit
vagabondageautourdesoi;com - Guimllaume Clocquot -
Un premier extrait sur le décompte de l’après drame
vagabondageautourdesoi;com - Guimllaume Clocquot -
Puis, un dernier !

Questions pratiques

vagabondageautourdesoi;com - Guimllaume Clocquot -

 Guillaume Clicquot – Prenez-moi pour une conne…

Éditeur : KDP/Amazon

Twitter : @AmazonKDP

Facebook

Parution : 30 juin 2022

EAN : 9782882507488

Lecture : Septembre 2022

Littérature contemporaine

Romans policiers

Auteurs commençant par C

Chroniques littéraires

4 commentaires

    • Combien de fois encore des regards nous submergent au mieux compatissant devant une méconnaissance ou pire, injurieux, parce que nous sommes une femme 🙂 Alors, c’est jubilatoire de voir le renversement de situation …Bon dimanche

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.