Camille Lefebvre – A l’ombre …

Camille Lefebvre – A l’ombre de l’histoire des autres

vagabondageautourdesoi.com - Camille Lefebvre - Camille Lefebvre est historienne, directrice de recherche au CNRS. Elle étudie dans A l’ombre de l’histoire des autres les quatre branches de sa famille dont la rencontre a eu lieu dans les années cinquante. Les points communs entre eux sont le milieu modeste, les trajectoires d’immigration ouverte vers une ascension sociale mesurée pour certains, plus conquérante pour d’autres et le militantisme politique.

Camille Lefebvre choisit de confronter les témoignages des membres de sa famille aux faits historiques étayées par les recherches actuelles. Derrière ce nom de famille bien français, quatre histoires se dessinent : Une branche juive d’Europe centrale, une autre d’Algérie avec des juifs séfarades, la troisième implantée en Normandie au cœur du bocage et la dernière issus de réfugiés espagnols lors de la guerre civile.

De ces recherches dans A l’ombre de l’histoire des autres se dessinent des histoires de vie, souvent difficiles, avec des zones d’ombre mais vivantes et riches d’une diversité revendiquée. Le style est scientifique, argumentée de références littéraires et scientifiques. Mise à distance, la sensibilité familiale s’exprime par la rigueur de la scientifique.

Depuis quelques années, plusieurs historiens ont choisi comme Camille Lefebvre de prendre pour étude leur famille. Parce que son travail a servi à de thèse, A l’ombre de l’histoire des autres regorge de références historiques pour resituer l’environnement au cœur de sa démarche.

Pas besoin d’être féru de généalogie pour se plonger dans A l’ombre de l’histoire des autres ! Camille Lefebvre utilise la méthode historique pour explorer les branches de sa famille et réussit à nous passionner pour ces destins qui semblent hors-normes alors qu’ils racontent le quotidien des grands-parents de beaucoup de familles.

Puis quelques extraits

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

Chaque génération focalise son récit sur les deux générations qui la précède.

Ces démarches remplissent différentes fonctions: réparer le passé, s’interroger sur la manière dont ont été pensées juridiquement les spécificités et l’ampleur des crimes commis contre les juifs, analyser ce que signifie devenir ou être français dans le cadre de la migration, de l’esclavage ou de la colonisation, étudier la manière dont la violence de guerre a inscrit sa marque sur plusieurs générations ou encore retrouver des trajectoires d’émancipation féminines.

La possibilité de briser le silence après deux générations ne se limite pas au contexte de la shoah et marque de nombreuses expériences traumatiques. La où ses parents ont eu des enfances où rien n’était dit, où il fallait effacer la différence et où l’on ne posait pas de questions pour ne pas faire souffrir, la troisième génération est, elle, plus libre et cherche à reprendre la parole par différents moyens, notamment la littérature ou la reconstitution de parcours individuels ou familiaux, devenue en soi une forme de genre littéraire et scientifique.

Ici en bref

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

vagabondageautourdesoi.com - Camille Lefebvre -
Premier extrait
vagabondageautourdesoi.com - Camille Lefebvre -
Puis un second
vagabondageautourdesoi.com - Camille Lefebvre -
Puis le dernier

Questions pratiques

Camille Lefebvre – A l’ombre de l’histoire des autres

Twitter : @Camil.Lefebvre Instagram :

Éditeur : Éditions de l’EHESS

Collection Apartés

Apartés : des mots qu’on semble réserver à soi-même, mais qui, en réalité, s’adressent au public.

Twitter : @EHESS_fr  Instagram : @ehess_photos

Facebook

Parution : 20 janvier 2022

EAN : 9782713228902

Lecture : Avril 2022

Littérature contemporaine

Essais

Auteurs commençant par L

Chroniques littéraires

10 commentaires

  1. Bonjour Matatoune. J’aime les histoires et l’émotion, les portraits, les relations entre les gens : pas sûr que ce livre, plus documentaire que roman, m’intéresse. ?Bonne journée

    • C’est la recherche d’une historienne, donc c’est vrai pas romancé ! Bonne continuation 😉

    • Oui la famille vue par une historienne, du coup le genre « Tata Fernande que Maman n’aimait pas. » ..n’a pas sa place ici 😊

    • J’ai bcp aimé. En plus, c’est d’une richesse documentaire dans quatre domaines différents. Bon week-end

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.