Le Moulin de La Galette vu par les peintres

Moulin de la Galette – Carte postale

Depuis toujours à Montmartre, il y a le haut avec ses vignes, son air pur et ses anciens moulins et maintenant sa basilique et le bas, avec ses lieux dédiés à la fête et aux guinguettes. On y boit le petit vin blanc. On y guinche assidument. On se rencontre beaucoup, on s’étreint souvent, on s’enlace et plus, bien évidemment.

Paris. Le Moulin de la Galette, vers 1900.

Le moulin était en activité pour la farine de seigle à partir de 1622. L’activité commençant à décliner, les propriétaires ajoutent une notion de divertissement.

Le Moulin de la Galette prend son nom actuel en 1898. De plein air entre deux moulins, la salle se ferme, décorée de lustres en candélabres avec des palmiers nombreux.

Queue devant le dancing du Moulin de la Galette. Paris, 1938-1939.

Cela devient un lieu incontournable de Paris. A tel point que les peintres ont tour à tour proposer leur vision du lieu.

Bal du Moulin de la Galette – Renoir

Le bal du Moulin de la Galette- Pierre Auguste Renoir –

Qualifié de « peintre du bonheur », Pierre-Auguste Renoir ( 1841-1919) réussit à faire partager ici sa joie à décrire ce moment de gaité partagé entre amis. Pourtant le public l’accueille très froidement. Son ami et mécène Gustave Caillebotte l’achète en 1879, puis le lègue à l’État en 1894. Cette peinture est perçu comme un véritable chef-d’œuvre.

Le Moulin de la Galette – Van Dongen

Moulin de la galette – Van Dongen

Van Dongen (1877-1968) choisit de donner une place primordiale aux deux couples qui partagent le plaisir de danser dans la foule du bal. Est-ce que la toile vante les couples officiels ou est-ce déjà le plaisir des relations tarifées dont ici on fait l’éloge ?

Au moulin de la galette – Henri de Toulouse-Lautrec

Moulin de la Galette – Toulouse Lautrec

Pas de doute, ici, Toulouse Lautrec choisit de montrer ceux qui attendent, regardent, restent sur le côté, s’inquiètent. En fait, le petit peuple de Paris, apprentis chanteuses, prostituées, danseuses qui essayent de se divertir rencontrant bourgeois et proxénètes. En tout cas, là encore Toulouse Lautrec montre l’envers de la fête.

Moulin de la Galette – Pablo Picasso

Moulin de la Galette – Pablo Picasso

Lorsque Picasso arrive à Paris en 1900 il n’a que 19 ans. Paris devient rapidement pour lui une ville de désir, de découverte et évidement de plaisir.

Baisers en public, caresses en privé, couples enlacés sous le bec de gaz : nombreuses sont les œuvres sur le thème de l’étreinte que Picasso réalise alors.Un étranger nommé Picasso – Annie Cohen-Solal

Pour son Moulin de la galette, Picasso choisit de montrer un couple de lesbiennes. Ce choix est précurseur pour l’époque mais dénote l’émotion d’une telle scène pour le jeune artiste.

Sources :

Nadine FATTOUH-MALVAUD, « Le Moulin de la Galette », Histoire par l’image

Paris Zigzag

Un étranger nommé Picasso – Annie Cohen-Solal

LIEUX MYTHIQUES EN VRAC

Bric à brac de culture

13 commentaires

  1. Bonjour Matatoune. Ce lieu célébré par les peintres devait être fabuleux. C’est le tableau d’Auguste Renoir que je préfère pour la gaieté et l’insouciance qui s’en dégagent. Bonne journée

    • Vraiment Renoir est le peintre de la simplicité et de la gaité, je suis tout à fait d’accord! Bonne soirée !

  2. hélas, le nouveau restaurant au pied du moulin est un attrape touriste à éviter.

    • Oui, comme la place du Tertre, le Moulin rouge sont aussi des attrape-touristes.

  3. existe t-il encore ce moulin je me demande vu que je suis certes allée a Parsi mais ne l’ai pas vu…Bisous douce semaine

    • Les peintres ont aimé représenter ce haut lieu de la vie parisienne. Bonne semaine !

    • Ce haut lieu de la vie parisienne a attiré nombre de peintres, poètes,etc. Bonne continaution

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.