Alfred H. Barr et Picasso

La grande famille de Saltimbanques –

A l’âge de vingt-sept ans, Alfred H. Barr (1902 / 1981) prend la direction du MoMA, en 1929, Musée d’art moderne de la ville de New-York, ouvert depuis peu. Historien d’Art, il s’est formé à l’école allemande, celle qui voit l’Art non par le biais des origines mais par celui des influences.

Alfred H. Barr a connu Picasso lors de sa collaboration artistique avec Braque et leur création du cubisme. Depuis, il lui rend visite à peu près tous les ans dans son atelier de la rue de la Boétie.

Le 30 juin 1931, 

« Cher Monsieur,Vous vous rappelez peut-être ma visite à votre atelier l’année dernière avec M. Gallatin et M. Mauny. Lui écrit-il en français avec une infinie courtoisie. Ce serait pour moi une honneur et un plaisir de pouvoir renouveler cette visite et voir ainsi vos nouveaux tableaux. Je me permettrais de vous téléphoner demain mercredi et j’espère qu’il vous sera possible sans vous déranger de consentir à mon vif désir. Veuillez agréer, cher Monsieur, mes salutations respectueuses. Alfred Barr. Archives du Musée national Picasso-Paris Citation de L’étranger nommé Picasso Annie Cohen-solal

Depuis l’exposition d’Alfred Stieglitz dans sa galerie 291, le public américain, et surtout les collectionneurs, connaissent Picasso et commence à apprécier sa modernité.

« Picasso est actuellement l’idole des collectionneurs d’art moderne » New-York Time 9 novembre 1930

« Les demoiselles d’Avignon » aurait du rester en France. C’est ainsi que le collectionneur français qui les avait acheté le concevait. Mais à sa mort, le Louvre les refusa ! Trop content, Alfred H. Barr fit tout pour l’acquérir et l’amenait Outre-Atlantique. Il avait déjà  « arraché » « Les Saltimbanques » pour une somme très basse en 1930. Et, bien évidement, Guernica, selon la volonté de l’artiste, est confié au MoMA en attendant de rentrer à Madrid lorsque Franco ne sera plus au pouvoir !

Depuis, il n’a de cesse de convaincre Picasso d’accepter une rétrospective au MoMA. Ce dernier reste dubitatif. Enfin Alfred H. Barr présente « Picasso: Forty Years of his Art » le 15 novembre 1939.

Catalogue de l’exposition

Sur son catalogue, il reproduit son diagramme qu’il a conçu pour « établir un pedigree de l’art moderne ».

Cubisme et art abstrait-1936-Alfred Barr

Barr avait tenu à prévenir Picasso de cette exposition (par l’envoi de 3 exemplaires de la même lettre par 3 messagers différents).

Cher Monsieur Picasso,

J’espère tout d’abord que vous êtes en sécurité et en bonne santé. Peut-être cette lettre vous semblera-t-elle futile, mais sachez qu’en dépit de la guerre – et peut-être précisément aussi pour la défier – nous ne relâcherons pas nos efforts pour que votre exposition soit aussi complète que possible (…) Vous serez sans doute heureux d’apprendre que tous nos prêteurs américains y ont coopéré, par leurs prêts, avec une incroyable générosité. Je voulais vous assurer que tous vos tableaux sont arrivés ici sans dommage et que, à votre demande, nous sommes en train de nettoyer certains d’entre eux avec beaucoup de soin. J’ajoute enfin que le public attend l’exposition avec un immense patience (…)Avec mes plus chaleureuses pensées et très sincèrement à vous, Alfred Barr .Archives du Musée national Picasso-Paris Citation de L’étranger nommé Picasso Annie Cohen-solal

Surtout qu’en France, le mouvement cubiste a été plutôt accueilli froidement. Et Picasso reste un artiste espagnol parmi tant d’autres. Comme le démontre l’exposition inaugurée en grandes pompes à Paris en février 1936 pour célébrer l’amitié franco-espagnole.

Pour aller plus loin

Alfred Stieglitz et son New-York

Être moderne: Le MoMA à Paris – Fondation Louis Vuiton

Sources

Picasso – Forty years of Art

15 novembre 1939-7 janvier 1940

MoMA

L’étranger nommé Picasso – Annie Cohen-solal

7 commentaires

  1. Ton blog est toujours une vraie encyclopédie. Je n’apprécie guère ce peintre et je n’irais pas voir un exposition qui lui est consacrée. C’est vrai que vous avez de tout à Paris. Bonne semaine

    • J’ai une fascination pour son génie, une attirance répulsion pour l’homme et j’avoue découvrir toujours quelque chose dans ses œuvres.

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.