Léonard Cohen – The partisan

De la complainte du partisan à The partisan

D’Emman

« La complainte du partisan » est une chanson historique écrite à Londres en 1943 par le résistant Emmanuel d’Astier de la Vignerie sur une musique de la chanteuse Anna Marly, ancienne émigrée russe ayant quitté la France en 1940 pour la capitale anglaise.

La chanson raconte l’histoire d’un résistant anonyme. Elle se termine ainsi :

Le vent souffle sur les tombes
La liberté reviendra
On nous oubliera
Nous rentrerons dans l’ombre

Jusqu’en 1950, elle obtient un succès certain. Interprétée tout à tour par Lény Escudéro, Mouloudji, Marc Ogeret, Les compagnons de le chanson et d’autres.

On la confond souvent avec « Le Chant des partisans » également interprété par Anna Marly à l’origine sur un texte russe. A Londres, en 1943, Joseph Kessel, lui aussi d’origine russe, et son neveu Maurice Druon, qui venaient de rejoindre les Forces Française Libres, en écrivit les paroles françaises. Et celui-ci devient l’hymne de la Résistance Française.

Mais, Léonard Cohen choisit de faire dire le contraire à la chanson qu’il a reprise en 1969. 

 » Freedom soon will come, then we’ll come from the shadows » :
« alors nous sortirons de l’ombre ».
 

Sur le mode de la complainte, c’est à dire un récit plaintif chargé de mélancolie, la chanson fait parler un personnage qui, sans joie et sans passion apparente, s’engage dans un combat dont il connaît l’issue certaine: la prison, la douleur, la mort. Mais il refuse de vivre à genoux et sait que la liberté reviendra. On note qu’il n’y a aucune ferveur dans le propos, aucune glorification en est attendue, alors que le prix à payer (perdre femme et enfants) est énorme: quand la liberté reviendra, on retournera dans l’ombre de l’anonymat. ZebRock

 

 

 

 
 

12 commentaires

    • Oui, sa présence est intense. C’est le privilège des artistes d’être présent après leur mort ! Bon dimanche

    • A la fin de sa vie, la voix de Léonard Cohen témoignait de tout le vivant qu’est la vie surtout avec sa chanson posthume Thanks for the danse. Bonne continuation 😉

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.