Nuit sombre et sacrée – Michael Connelly

Dernier roman paru en France « Nuit sombre et sacrée« , Michael Connely présente son nouveau duo avec son héroïne René Ballard apparue dans En attendant le jour  et Hyeronimus dit Harry Boch, héros récurent dont la dernière apparition était dans La vérité à deux visages. 

Son doux prénom signifie Pâquerette, pourtant Daisy Clayton est une jeune fille bousillée par la vie qu’elle a brulé par tous les bouts (drogue, sexe et fugues) du haut de ses seize ans. Son meurtre reste une affaire non – classée au mobile sexuel qui obsède Boch d’autant qu’il a sorti sa mère de la culpabilité en lui offrant un équilibre fragile et aussi la chambre d’ami inoccupée de son appartement. Il y a aussi une  effraction, une violation de domicile alors sous scellè. Et, voilà toujours deux enquêtes qui s’imbriquent pour donner « Nuit sombre et sacrée« .

Est-ce que Harry Boch peut fonctionner sans être borderline par rapport à la loi ? Non, même à la retraite. Sa devise « Everyone counts or nobody » (Tout le monde compte ou personne) le rend toujours aussi sympathique même s’il joue toujours autant au super héros d’une époque révolue, celle des années Reagan et aimant bien les armes. Mais, justement, Michael Connelly le place toujours au bord de son abîme qui fait que ses certitudes ne valent pas grand chose par rapport à ses obsessions.

Rénée Ballard est de la même trempe mais adaptée à notre époque. Métis portant elle aussi ses fantômes, elle travaille à la dernière séance, ce quart de nuit où toutes les horreurs sont possibles. Chez Michael Connely cela s’appelle le « quart du cimetière ». Renée est libre, téméraire et déterminée et fait son métier selon ses valeurs quitte à ne pas se faire que des amis. Nomade, elle vit dans son van pour faire du surf ou dans une chambre d’hôtel pour dormir quelques heures ou encore chez sa grand-mère, pour vider le ballon d’eau chaude en prenant une bonne douche et tenter d’ôter les odeurs de putréfactions rencontrées.

Et puis, il y a Los Angeles, un personnage à part entière de jour et complétement différent la nuit. Je ne connais pas cette ville mais si vous saviez comme j’aimerais y aller… Car, il y a la vue de l’appartement de Boch,  vue sublime sur cette ville (à voir dans la série). Comment un policier peut-il avoir une vue aussi grandiose? Qu’importe, c’est un détail ! Moi, elle me fascine littéralement. Vous vous imaginez en confinement devant une vue pareille …

Avec « Nuit sombre et sacrée « , la plume de Michael Connely est toujours aussi efficace même si le lecteur découvre la série. Pour l’inconditionnel pas de souci, c’est une madeleine avec nouveau gout et sensations actuelles !

Merci @Netgalleyfrance et @EditionsCalmannLevy et @MichaelConnelyAuthor pour #NuitSombreEtSacrée

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

 

Elle était aussi très bronzée, ce qui lui parut étrange pour quelqu’un de service de cimetière.

Les flics femmes qualifiaient ses punitions de  » mises au coin testostérone » .

Des fois, il se passe des trucs pas bien quand on souffle sur la poussière d’une vieille enquête.

Des coups dans le noir du genre c’est pas gagné, il n’y en avait déjà eu beaucoup dans l’affaire et l’heure était venue que l’un d’eux rapporte enfin quelque chose.

Vous avez des cicatrices sur le visage mais personne ne les voit…

Des coups dans le noir du genre c’est pas gagné, il n’y en avait déjà eu beaucoup dans l’affaire et l’heure était venue que l’un d’eux rapporte enfin quelque chose.

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

Nuit sombre et sacrée – Michael Connely

Éditeur : Calmann-Lévy Noir

Parution : 11 mars 2020

ISBN : 2702165931

Lecture : Mars

 

15 commentaires

  1. Hello!
    Très belle chronique qui me donne envie de lire cet ouvrage, mais aussi de m’évader vers de beaux paysages, comme celui que j’imagine à L-A! J’aimerais beaucoup visiter cette ville.
    Belle soirée, bises!

    • Durant la première semaine de confinement, j’ai cru que je ne pourrais pas lire, mais Michael Connelly était là. Alors ma lecture un peu doudou m’a remise sur pieds et me voilà repartie. Bonne fin de semaine

    • J’avoue que j’aime bien les personnages un peu border line aux valeurs bien trempées ! Bonne fin de journée aussi pour toi

    • Moi j’adore ! C’est comme une lecture doudou ! Je crois bien que ce n’était qu’un livre comme ça que je pouvais lire les premiers jours du confinement.

  2. Comment un policier peut-il avoir une vue aussi sublime ? Dans les premiers romans, Connelly explique que Bosch a été conseiller technique pour une série hollywoodienne, ce qui lui a permis de se payer cette maison. Il y a eu ensuite un pataquès lors du tremblement de terre de 94 mais il a réussi à se la faire réparer par les assurances !

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.