Vladimir Cosma – Mes mémoires

Du rêve à Reality

vagabondageautourdesoi.com - Vladimir Cosma - Si je vous dis « Dreams are my Reality », vous pensez tout de suite à la Boum, ce film français de Claude Pinoteau sorti en 1980 et dont la musique de Vladimir Cosma est indissociable !

Continuons à jouer ! Vous vous souvenez de la danse des Rabbis dans une rue de Paris réalisé par Gérard Oury avec un Louis de Funès endiablé ! Musique, toujours de Vladimir Cosma !

Une flûte de pan et un cymbalon, sorte de xylophone plus ancien, et tout de suite apparaît Pierre Richard avec ses lunettes noires en haut d’un escalier mécanique dans Le Grand Blond avec une chaussure noire de Yves Robert en 1972. Encore de Vladimir Cosma !

Et, Herbert Léonard chantant Puissance et gloire de Chateauvillon, toujours de Vladimir Cosma !

A peu près deux cents films et les arrangements, on ne les compte plus ! Alors, à 82 ans, Vladimir Cosma choisit de nous raconter ses mémoires, et bien sûr, ce sont non seulement des instantanés du cinéma français mais surtout un témoignage rare sur le monde musical de la seconde moitié du XXè siècle englobant aussi les vingt premières années du notre.

Ce sont en fait les mémoires d’un prodige que cet essai raconte. Né en 1940 à Bucarest, mais de façon fortuite, Vladimir Cosma appartient à une famille paternelle de musiciens. Premier succès à 15 ans, sa carrière s’est construite autour de l’orchestre, l’arrangement et le violon. On croise du « beau monde » et impossible de les citer tous !

Ce sont ses secrets de composition que Vladimir Cosma nous confie, mais aussi comment un musicien travaille remettant son talent à l’épreuve à chaque création. Alors la satisfaction est immense lorsqu’il entend une de ses compositions siffler dans la rue !

Pour conclure,

Beaucoup de plaisir à découvrir cet essai de plus de cinq cents pages. Sa carrière étant si intense, l’éditeur a pensé mettre en fin d’ouvrage, plusieurs filmographies chronologiques selon les catégories, une sélection des œuvres principales, des partitions et un index.

Un beau livre avec les photos personnelles à offrir autant à un musicien qu’à un amateur éclairé de cinéma et même à tous ceux qui ont eu plaisir à découvrir que « une bonne musique de film, c’est une bonne musique tout court  » dixit Vladimir Cosma.

Remerciements

à Constance de @editionsplon pour #MesMémoires de #VladimirCosma

Puis quelques extraits

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

À cette époque, projeter un départ de Roumanie était la pire des infamies, et on vous envoyait en prison pour moi que cela.

Si j’étais conscient de détenir un certain talent pour la musique, je savais en revanche n’en avoir aucun pour le bonheur. Je n’ai connu dans ma vie que très peu de périodes où je me suis sentie vraiment libre et heureux.

Jeune immigré roumain au chômage, vivant dans une chambre d’hôtel avec un père malade ayant eu un infarctus, Sainte Rita ne pouvait que croiser mon chemin !

Comme souvent les Russes « blancs » ayant quitté leur Russie natale, j’ai ressenti, comme eux, cet indicible sentiment d’avoir définitivement abandonné ma jeunesse sur un quai de gare.

Et encore,

Si j’insiste sur mes problèmes de vue, c’est parce que la musique ne concerne pas que l’oreille. La composition passe, dans mon cas du moins, par l’étape des notes qu’il faut coucher sur des partitions, et qui sont parfois aussi minuscules que des pattes de mouche.

L’écriture de cette scène avec l’orchestre est l’exemple type d’une musique ou l’action doit être complètement scénarisée et minutée avec précision. (Pour Le grand blond à la chaussure noire)

On a souvent reproché à Francis Veber de construire ses scripts comme des équations mathématiques parfaites, mais dépourvues d’humanité et d’émotion.

Quand je travaille sur des productions américaines, je ne me déplace jamais.

Yves Robert écrivait en parlant de La valse d’Augustine : « Je ne peux l’entendre sans avoir les larmes aux yeux. Les larmes de Marcel Pagnol, quand Augustine est partie et qu’il tenait si fort serrée, la main de son petit frère… »

Au milieu d’un cinéma français en pleine mutation et en marge d’un système traditionnel, il (Jean-Pierre Mocky) a en plus réussi, contre vents et marées, à faire vivre ses films dans ses propres salles de cinéma, Le Brady, dans un quartier très populaire et coloré du 10è arrondissement de Paris, puis le Despérado, plus classe, situé dans le Quartier latin.

Ici en bref

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

vagabondageautourdesoi.com - Vladimir Cosma -
Incipit
vagabondageautourdesoi.com - Vladimir Cosma -
Premier extrait
vagabondageautourdesoi.com - Vladimir Cosma -
Puis le dernier

Du côté des critiques

La matinale avec Vladimir Cosma

Du côté des blogs

Littérature –

Questions pratiques

vagabondageautourdesoi.com - Vladimir Cosma -

Vladimir Cosma – Mes mémoires

Twitter : @cosma1 Instagram : @vladimircaosmaofficiel

Éditeur : Plon

Twitter : @editionsplon Instagram : @editionsplon

Facebook

Parution : 13 octobre 2022

EAN : 9782259304825

Lecture : Novembre 2022

Littérature contemporaine

Essais

Auteurs commençant par C

Chroniques littéraires

12 commentaires

  1. J’adorais scruter dans les génériques de films si la musique était de Vladimir Cosma. Il y a bien longtemps qu’elle en l’est plus.

  2. Bonsoir Matatoune. C’est un grand compositeur et musicien, et j’aime écouter ses musiques de films, mais son autobiographie ne me tente pas. Bonne soirée

    • Pourtant, elle regorge de petits détails et précisions qui sont autant d’i formations que je ne connaissais pas . Bonne soirée 🙂

    • Oui, je crois qu’on se souviens de ses principaux films et la musique y est pour bcp ! Bonne soirée

  3. Que de beaux souvenirs avec ces films inoubliables ! On connaît tant de ses musiques qui nous rappellent nos jeunes années. Bon journée

    • Tout à fait, c’est comme un brin de nostalgie agréable qui vient te titiller l’oreille 🙂

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.