Alexander Starritt – Nous,…

…les allemands

RENTRÉE LITTÉRAIRE 2022

Lauréat du Dayton Literary Peace Prize

vagabondageautourdesoi;com - Alexander Starritt Nous les allemands d’Alexander Staritt est le leitmotiv de ce roman qui raconte l’envers du décor de la seconde guerre mondiale.

En demandant à son grand-père de raconter sa guerre, Callum se heurte à un mur. Aucune réponse. Ce n’est qu’à son décès, qu’une longue lettre vient éclairer les années passées à servir son pays. Alors, Opa Meissner raconte…

Évoquant la victoire sur la France en seulement six semaines, cette armée est devenue un détachement de vainqueurs. Alors, lorsqu’il est recruté par la Weihrmarch presque à la sortie du lycée, il ne s’imagine pas vivre les années qu’il raconte.

En effet, l’armée russe a envahit en 41. Du coup, il est envoyé sur le Front de l’Est pendant quatre ans. Puis fait prisonnier en 45, il est détenu au nord-est de la Mer Noire jusqu’en 48.

Opa Meissner décrit ses espoirs, puis ses désenchantements, puis la survie et le ravalement de sa dignité pour pouvoir survivre.

Ce texte est court, décrivant la réalité de la guerre, crue et sans fard. Je n’ai pu détacher mes pensées de ces jeunes russes, envoyés sans préparation à la guerre en Ukraine, actuellement. Et, rapidement, ne pouvant pas garder une certaine distance par rapport aux mots, ma lecture est devenue de plus en plus douloureuse.

Alexander Staritt réussit à poser l’horreur de la guerre, sans jugement. Ce texte décrit un conflit précis mais les réflexions sont tellement fortes qu’il devient à contrario un pamphlet pour la paix.

Est-il nécessaire de transmettre lorsque la culpabilité étouffe toute transmission alors que l’horreur n’est pas vers celui qui possède l’arme mais celui qui arme …

Roman intense, dérangeant et pas facile à lire, mais dont le récit est nécessaire !

Remerciements

@Belfond  et @NetGalleyFrance   pour #Nouslesallemands de #AlexanderStarritt

Puis quelques extraits

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

Sauf qu’en le lisant, nous les Allemands, nous sommes obligé de penser…Nous avons commis ça.

Mais envahir la Russie, c’était comme déclarer la guerre à la mer : elle nous a tout simplement avalés.

C’est l’enfer ici, et nous sommes les damnés. Quelqu’un a décidé que notre châtiment ne pouvait pas attendre notre mort, et l’enfer est monté se répandre sur cette campagne ukrainienne crépusculaire. Nous devons nous tirer de là.

Quand je me pose la question de savoir si nous étions tous immoraux, aussi nos actes répréhensibles faisaient de nous des êtres mauvais, je me dis que nous avons été flétri par les conséquences de décision prise par d’autres. nul n’a jamais la pleine responsabilité de son propre équilibre moral.t l’impitoyable vérité, la durée antique vérité, c’est que vous pouvez être coupable d’une chose qui ne dépendra pas du tout.

Chacun de nous se dit : Ce n’est pas moi qui ai fondé le parti nazi ; je n’ai déclaré la guerre à personne, moi, je n’ai envoyé personne dans les camps. Mais nous l’avons fait.

La honte, ce n’est pas comme la culpabilité ; elle n’admet pas de réparation. Les juifs dont je parle sont morts. Ceux qui avaient mon âge à l’époque n’auront jamais donné le jour à des enfants, à des petits-enfants. La honte ne s’expie pas ; elle est une dette impossible à acquitter.

Les gardiens m’ont balancé une louche de soupe claire devant les pieds, à même le sol.
La Croix Rouge les obligeait à nous nourrir, disaient-ils, mais pas à nous fournir de la vaisselle.

Mais nous, les Allemands, nous savons dans notre chair – et les Polonais, les Ukrainiens, les Juifs et les Russes le savent aussi – que la guerre à l’Est était la seule vraie : nue, impitoyable, affranchie de toute loi, exempte de toute compassion, une pure affaire de haine et d’annihilation.

Mais envahir la Russie, c’était comme déclarer la guerre à la mer ; elle nous a tout simplement avalés.

Ici en bref

 

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

vagabondageautourdesoi;com - Alexander Starritt
Premier extrait
vagabondageautourdesoi;com - Alexander Starritt
2nd extrait

Du côté des blogs

Les livres d’Eve

Questions pratiques

Alexander Starritt – Nous, les allemands

Traductrice : Diane Meur

Éditeur : Belfond

Twitter : @Belfond  Instagram : @editionsbelfond

Facebook

Parution : 25 août 2022

EAN : 9782714495662

Lecture : Novembre 2022

Littérature contemporaine

Littérature générale

Auteurs commençant par S

Chroniques littéraires

6 commentaires

  1. 2e tentative pour poster mon commentaire!!!
    c’est un livre dur car il entre en résonnance avec la guerre en Ukraine et fait remonter beaucoup d’émotions… Il va hanter ma mémoire longtemps 🙂

  2. il est dur et fait beaucoup réfléchir car il entre en résonnance avec la guerre en Ukraine mais je l’ai beaucoup apprécié il va rester longtemps dans ma mémoire 🙂

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.