A la recherche du temps perdu – BD

A l’ombre des jeunes filles en fleurs

Autour de Mme Swann T2

Adaptation et dessin de

Stéphane Heuet

vagabondageautourdesoi.com - A la recherche du temps perdu - Côtoyer Swann et sa femme, Gilberte et même le jeune Marcel sous le dessin et les couleurs de Stéphane Heuet dans A la recherche du temps perdu adaptée en BD est une pépite qu’il faut découvrir pour gouter la modernité du texte de Marcel Proust : l’émotion de retrouver un souvenir, le désespoir de perdre un être aimé ou le flamboiement d’une feuille au soleil, etc, mais surtout un hymne à la vie !

Vingt-quatre ans de travail, huit albums et deux intégrales ( A l’ombre des jeunes filles en fleur – Du côté de Swann ), Stéphane Heuet découvre la bandes dessinées en relisant Proust. Poussé par son ex-femme, il se met à apprécier toute sa complexité après l’avoir pourfendu. Habitué à dessiner pour son métier de marin, il se met alors à traduire cette histoire en images.

A partir d’une documentation phénoménale, Stéphane Heuet raconte qu’il choisit d’abord le texte. Il passe beaucoup de temps à élaborer son scénario. Puis il organise ses bulles. Par exemple, les photographies de Nadar lui permette de donner vie aux parents de Marcel. Il y a aussi tous les tableaux de peintres et pas uniquement les impressionnistes. les travaux sur Haussmann le documentent sur Paris et sa transformation.

Par ailleurs, concernant le mobilier, notamment la chambre du grand hôtel de Cabourg, il choisit « ses meubles ». De recherches en lectures nombreuses, les bulles sont autant de situations éclairées pour revenir au texte. La précision du dessin augmente d’autant le plaisir des mots. On retrouve les textes longs et les détails d’un Blake et Mortimer mais il y a aussi du Tintin, dans cette recherche là.

Dans ce tome, Marcel découvre qu’il n’aime plus Gilberte malgré tous les efforts qu’il a fait pour avoir sa place auprès de ses parents. Courtisant Mme Swann pour se faire aimer de sa fille , il la perd, irrémédiablement ! Le tome s’ouvre sur la sonate de Vintheuil, œuvre imaginaire d’un Proust farceur qui idéalise une musique pour mieux retrouver cette introspection si importante pour lui. Marcel rencontre Bergotte, son écrivain fétiche, mélange d’Anatole France qu’il appréciait beaucoup et de Paul Bourget.

L’œuvre de Proust décrit aussi la fin d’un monde, souvent de façon humoristique. Après l’affaire Dreyfus, mais surtout la guerre de 14, cette ambiance surannée d’une bourgeoisie oisive qui lorgne vers l’aristocratie de la fin du XIXème siècle jusqu’à la Belle Époque sera complétement dépassée.

Cette recherche-là, même les proustiens purs et durs lui trouvent de nombreuses vertus. Et, cette A la recherche du temps perdu, ne peut pas uniquement convaincre que les profs pour leurs élèves. Pour retrouver une œuvre déjà découverte, comme moi, ou l’appréhender pour la première fois, la justesse des traits d’un dessin, les détails du contexte sont autant d’éléments que Stéphane Heuet pose sur le texte qu’il a choisi de Marcel Proust.

Grand Prix Hervé Deluen

de l’Académie française 2020

Pour aller plus loin

A la recherche du temps perdu, je l’ai découverte au moment d’entrer dans la vie adulte et j’ai toujours été fascinée par la personnalité de Marcel Proust.

Un inédit de Proust

Jocelyne Sauvard – Céleste et Marcel, un amour de Proust

A la recherche du temps perdu – La Comédie Française

Puis quelques extraits

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

 

Ce n’est jamais qu’à cause d’un état d’esprit qui n’est pas destiné à durer qu’on prend des résolutions définitives.

Et une fois que j’étais rentré à la maison, seul, je continuais à fabriquer les propos qui eussent été capables de plaire aux Swann.

– Je ne répète jamais rien.
C’est la phrase rituelle des gens du monde, par laquelle chaque fois le médisant est faussement rassuré.

Comme un chien empoisonné qui dans un champ se jette sans le savoir sur l’herbe qui est précisément l’antidote de la toxine qu’il a absorbée, je venais sans m’en douter de dire la seule parole qui fût au monde capable de vaincre chez mes parents ce préjugé à l’égard de Bergotte.

Et elle continuait à parler tout le temps du ministère comme si ç’avait été l’Olympe.

Quand on aime, l’amour irradie vers la personne aimée, rencontre en elle une surtace qui l’arrête, le force à revenir vers son point de départ ; et c’est ce choc en retour que nous appelons les sentiments de l’autre et qui nous charme plus qu’à l’aller, parce que nous ne reconnaissons pas qu’elle vient de nous.

Les différentes périodes de notre vie se chevauchent ainsi l’une l’autre. On refuse dédaigneusement à cause de ce qu’on aime et qui vous sera un jour si égal, de voir ce qui vous est égal aujourd’hui, qu on aimera demain, qu’on aurait peut-être pu, si on avait consenti à le voir, aimer plus tôt, et qui eut ainsi abrégé vos souffrances actuelles, pour les remplacer, il est vrai, par d’autres.

C’est d’abord que chez ceux qui aiment et sont abandonnés, le sentiment d’attente dans lequel ils vivent se transforme de lui-même, et bien qu’en apparence identique, fait succéder à un premier état, un second exactement contraire.

Ici en bref

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

vagabondageautourdesoi.com - A la recherche du temps perdu -
Premier extrait
vagabondageautourdesoi.com - A la recherche du temps perdu -
Second extrait
vagabondageautourdesoi.com - A la recherche du temps perdu -
Troisième extrait
vagabondageautourdesoi.com - A la recherche du temps perdu -
Quatrième extrait
vagabondageautourdesoi.com - A la recherche du temps perdu -
Les tomes déjà parus

Questions pratiques

A la recherche du temps perdu

A l’ombre des jeunes filles en fleurs

Autour de Mme Swann

Stéphane Heuet

Éditeur : Editions Delcourt

Twitter :   @DelcourtBD Instagram : @delcourt_soleil_bd   

Facebook

Parution : 22 septembre 2021

EAN : 9782413011125

Lecture : Juin 2022

Littérature contemporaine

Bandes dessinées

Auteurs commençant par H, I, J, K

Chroniques littéraires

16 commentaires

  1. Bonjour Matatoune, je viens de lire ton billet ci-dessus avec grand intérêt et pourquoi pas m’offrir cette BD.
    Je te souhaite une belle première journée d’été avec mes amitiés 🙂

    • Les dessins racontent une époque complétement révolue avec précisions. Un vrai plaisir à découvrir. Je te souhaite que cette BD te plaise aussi 🙂

    • Celles et ceux qui aiment Proust ne peuvent qu’être séduit par ce travail de qualité ! Celles et ceux qui ne le connaissent pas, pourront le découvrir par ce biais 🙂

  2. j’ai lu les 2 premiers tomes de cette remarquable BD, je ne peux que conseiller, on y retrouve l’atmosphère du livre avec délectation

  3. superbe chronique! Je note illico, j’adore les planches…
    J’ai commencé à lire la recherche mais je me suis arrêtée aux 2/3 du 2e tome alors si cela peut me donner envie de m’y replonger je suis partante 🙂

  4. J’ai le projet fou une fois ma PAL réduite à presque zéro de me lancer dans la lecture de Proust, Zola (écarté depuis un mauvais souvenir lycéen…) Balzac et autre Grands auteurs classiques et pour Marcel je pense d’abord découvrir sa plume et peut-être qu’ensuite ce type d’ouvrage pourrait compléter ma découverte même si je me suis déjà documenté sur l’homme, sa gouvernante et en plus j’ai passé mon enfance à quelques kilomètres d’Illiers Combray sans jamais (j’avoue) visiter sa maison 🙂

    • Il faut que j’y aille à Combray … Moi c’est le contraire. Les classiques c’est fini, pour l’instant…car il ne faut jamais dire jamais 🙂

  5. Je n ai jamais osé me lancer dans ce monument. Ce livre le rendra peut être plus accessible. Bonne soirée et bon week-end

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.