Vivian Maier – Musée du Luxembourg

vagabondageautourdesoi.com Vivian Maier -
Affiche de l’exposition

L’exposition Vivian Maier au Musée du Luxembourg présente pour la première fois en France les clichés d’une grand photographe du XXè siècle, restée parfaitement inconnue, jusqu’en 2007. (Voir Vivian Maier )

vagabondageautourdesoi.com Vivian Maier -
Sans lieu, sans date

L’essai d’Ann Mark donne des pistes de compréhension de son art. L’exposition n’en fait pas référence ni même ne replace Vivian Maier dans la grande histoire des Street Photography du XXè siècle.

Néanmoins en cinq parties, l’exposition propose un parcours de découverte du talent de cette femme considérée au départ comme une Marie Poppins photographe mais dont les clichés révèlent un regard sûr, affirmé et réfléchi d’une grande artiste.

Ma présentation prend en compte à la fois les travaux d’Ann Marks et mes propres réflexions sur les cliches qui sont présentés lors de cette exposition.

Autoportraits

Les autoportraits vont figurer dans les archives de Vivian Maier dès l’âge de vingt-cinq ans et jusqu’à sa mort. Alors qu’au début, elle se photographie de face, Vivian Maier continue sa découverte artistique en travaillant ses autoportraits avec des jeux de miroirs ou d’ombres pour figurer sa présence.

vagabondageautourdesoi.com Vivian Maier -
New-York 1955

C’est le cliché qui a illustré la couverture du roman de Gaëlle Josse Une femme en contre jour . Ce qui frappe dans ce portrait c’est le regard affirmé de Vivian Maier. Elle est sûr de son talent. Elle revient du Champsaur (France) où elle a pu retrouver sa famille française. Elle a fait la connaissance d’un photographe, Amédée Simon habitant à Saint Bonnet, qui a pris l’habitude de développer ses négatifs selon ses souhaits. Elle a découvert ainsi avec lui certaines techniques.

A son retour, elle envisage un partenariat à partir de ses photographies de paysages des Hautes-Alpes qu’elle a faites. Elle souhaite en faire des cartes postales qu’elle pourrait vendre à New-York. Ce projet ne sera pas poursuivi.

Vivian Maier s’affirme comme photographe et « regardeuse de la rue ».

Rues

La rue est le terrain de jeu de Vivian Maier. Elle l’arpente seule ou avec les enfants qu’elle garde. Elle court après les lieux de faits divers, se fond dans la masse de journalistes, trouvant souvent un angle particulier.

vagabondageautourdesoi.com Vivian Maier -
Zoo de Central Park – 1959 Ici, la photographe a attendu que le ballon remonte tranquillement pour permettre au regardeur de se concentrer sur le visage de l’enfant qui lui-même essaye d’attraper le ballon devenu inaccessible. 

Alors, est-ce le manque de contacts, de relations de réseau dans le milieu photographique qui a fait qu’elle n’a pas pu faire sa place parmi les journalistes photographes ? Est-ce peut-être aussi son manque d’ambition ? Ou est-ce que le shooting était plus important que le résultat lui-même ?

vagabondageautourdesoi.com Vivian Maier -
New-York 1956 -Dans ce monde fait de lignes verticales (les passants, les vitrines..) et celles horizontales (le macadam) , le personnage central rompt l’équilibre avec sa chaise en équilibre. Tout ne semble pas comme on voudrait que ce soit !

En tout cas, elle ne vend aucune photographie et n’expose nulle part. Elle les garde de manière compulsive. Au début, elle annote les lieux et ce qu’elle a voulu retenir, puis plus tard, plus rien, sinon les 140 000 clichés retrouvés, ses films super 8 et 16 mm et tous ses enregistrements …

vagabondageautourdesoi.com Vivian Maier
Chicago 1957 Outre que Vivian Maier photographie des journaux qui deviendront au fil des années une obsession, ce cliché est particulièrement réussi par l’exacte répétition qu’elle révèle. L’impression est renforcée par le clair-obscur.

« Vivian Maier regarde la vie. Elle l’observe, la suit, la traque parfois et ne laisse rien au hasard. Les scènes qu’elle photographie sont des anecdotes, des coïncidences, des lapsus du réel, des instants résiduels de la vie sociale auxquels personne ne prête attention  ne prête attention mais qui deviennent pourtant le sujet de ses narrations. » Site Musée du Luxembourg

Les gestes interstitiels

L’œil pour capter le détail, Vivian Maier à coup sûr l’avait précis, rapide et efficace. Par un geste, ses photographies racontent une histoire.

vagabondageautourdesoi.com Vivian Maier
Chicago – 1960-  Capter le même geste sur deux personnes différentes. Ça n’arrive au mieux qu’une fois dans une carrière. Seulement Vivian Maier se fait la championne de cette recherche.

vagabondageautourdesoi.com Vivian Maier -1

Sans date Sans lieu- L’opposition entre les deux femmes est éclatante. Elle regarde la même vitrine, peut-être les mêmes objets et pourtant tout les oppose. L’une porte des escarpins et tire son bas fin. L’autre a son bas filé et ses chaussures de marches.

vagabondageautourdesoi.com Vivian Maier -1

Ici, ses photographies parlent de travail, de classes sociales laborieuses, de moments de joie partagée comme ce couple qu’on devine d’un certain âge, lui ouvrier avec ses veines visibles et sa main caleuse tenant tendrement celle de la femme à ses côtés.

Les identités remarquables

Vivian Maier n’avait aucune gène à photographier ses contemporains. L’appareil porté sur le ventre lui permettait de pouvoir regarder dans les yeux son sujet. L’artiste photographie l’instant et capte le regard compréhensif ou non de celui qui est photographié.

vagabondageautourdesoi.com Vivian Maier -1

vagabondageautourdesoi.com Vivian Maier -

« Vivian Maier, dotée non seulement de ce sens de l’humour mais aussi d’un caractère bien trempé, photographie le bon mauvais goût de ces dames tout en saisissant leurs réactions lorsqu’elle fait irruption sur le territoire sans crier gare : visages crispés, grimaces, moues,rictus, elle capte avec zèle le lapsus de ces masques pourtant soucieux de donner la meilleure représentation d’eux-mêmes » Anne Morin Catalogue 

Photos couleurs, films, enregistrements

Vivian Maier s’est ouvert à tous les médiums.

Vue Madison, centre ville de Chicago – Été 1971

vagabondageautourdesoi.com Vivian Maier -

Enfances

Vivian Maier fut la première à prendre l’enfance comme sujet à part entière. Et, c’est plutôt réussi. Dans son travail de gouvernante, elle se faisait appeler Mademoiselle et garder toujours une distance et une froideur qui mettait à distance tous les opportuns ou ceux qui osaient s’approcher de trop près. Pourtant, on peut penser qu’avec les enfants, sa relation était plus détendue. Elle a passé plus de onze ans dans la famille de Chicago dont certainement, elle pensait être devenu un membre de la famille.

vagabondageautourdesoi.com Vivian Maier -

A noter, encore, que lors de ses embauches successives, Vivian Maier ne présentait aucune recommandation. Elle ne laissait aucune trace de son passé.

vagabondageautourdesoi.com Vivian Maier -

vagabondageautourdesoi.com Vivian Maier - Pour finir, les sources

Le site officiel posthume de Vivian Maier

Intagram : @vivianmaierarchive

Pour aller plus loin :

vagabondageautourdesoi.com Vivian Maier -

Vivian Maier

Ann Marks – Vivian Maier révélée

Un des autres nombreux appareils

Du côté des critiques

Télérama

D’autres blog en parlent

Plumes, pointes, palettes et partitionsEnvie d’ailleursPix-VisuKaléïdoscope TravelChoses vues R42 Culture gourmandeARTEEZ | Le monde de l’art en un clic-  Batcol Blog –   Blog histoire Géo

Questions pratiques

Vivian Maier – Musée du Luxembourg

Twitter – Instagram : @museeluxembourg

Jusqu’au 16 janvier 2021

Anne Morin, commissaire d’expositions et directrice de diChroma photography

Exposition organisée par la Rmn – Grand Palais et diChroma photography, en collaboration avec la Collection John Maloof, Chicago et la Howard Greenberg Gallery, New York.

vagabondageautourdesoi.com Vivian Maier -
Dans le métro Luxembourg – Paris

Expositions 2021

CHRONIQUES CULTURELLES 

vagabondageautourdesoi.com Vivian Maier -
Information dans le métro parisien

17 commentaires

  1. J’y vais en décembre, je te lirai ensuite pour ne pas trop en découvrir avant … j’adooore la photo de l’affiche, ces femmes lisant le fait divers dans la presse, avec les lunettes chouette. Extra !

  2. J’aimerais pouvoir aller à cette expo ! J’apprécie ses clichés, pris à l’insu souvent, et son oeil de grande photographe. Dommage qu’elle n’ait pas connu la notoriété qu’elle mérite !
    Merci pour ton reportage et tes analyses. 🌞

    • C’est une expo très bien faite et les photos de cette artiste sont très émouvantes !

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.