Valérie Tong Cuong – Un tesson d’éternité

Rentrée littéraire 2021

vagabondageautourdesoi;com Valérie tuong Cuong Première rencontre avec Valérie Tong Cuong pour Un tesson d’éternité qui dresse le portrait complexe et meurtri d’une femme moderne à la quarantaine brillante. Son passé qu’elle a tellement tenté d’oublier, et de faire oublier, va remonter décuplé de violence lors de l’arrestation de son fils.

Anna Gauthier est une pharmacienne installée dans le Village. Elle est mariée à Hubert,  journaliste de formation, chargé du département culturel de la ville. Sa villa surplombe la mer. Ils ont un fils, Léo, en classe terminale, qui leur a aussi permis par ses loisirs d’avoir leur place dans la communauté des décideurs.

D’ailleurs comme une prémonition, un reportage sur le vol d’un fond de teint dans la pharmacie, avait permis, grâce à la perspicacité d’Anna, de faire un reportage sur le comportement violent de la femme responsable.

Ce qui va faire basculer cette famille à l’apparence idéale est l’arrestation de Léo ! Celui-ci a carrément tabassé un policier  dans la manifestation de l’après-midi ! Certes, l’officier avait commencé en s’attaquant à une jeune fille, amie de Léo.

Depuis, les chaînes d’infos sont en boucle ! Tout le monde y va de son commentaires repris en boucle sur les réseaux sociaux. Anne et Hubert découvre un monde insoupçonné où il faut obéir sans discuter. Le temps s’allonge dans une dimension irréaliste. Après l’arrestation, la prison devient préventive.

Pour Anna,

Cette épreuve l’amène à soutenir contre vents et marées ce fils qu’elle aime tant ! Mais, à travers lui, c’est son propre passé qu’elle essaye de maîtriser, de contenir pour ne pas revenir à la victime qu’elle était durant son enfance !

Difficile d’en dire plus sans dévoiler l’intrigue écrite de façon froide et même glaçante, qui va entraîner implacablement Anna a tombé le masque. A travers ce tesson ancré à jamais dans le corps de son personnage, Valérie Tong Cuong montre qu’il est impossible d’oublier son passé ou de faire comme si il n’avait pas existé.

Ce personnage qui se cache sous le masque de l’assurance, qui a travaillé ce rôle de composition m’a profondément touchée. Comment ce personnage pense qu’elle peut vivre en faisant semblant, à ce point ? Comme s’il suffisait de « peindre ses yeux » pour être quelqu’un d’autre ! Cette détresse sous-jacente que personne n’a compris et reconnue à l’époque laisse la marque indélébile de la souffrance. Et cette souffrance  est glaçante ! Qu’importe la nature du grain de sable, forcément il y aurait eu basculement ou effondrement.

Du coup,

La fin est inévitable ! Car, en acceptant de ne pas affronter les démons du passé, on ne fait que les cacher sous le tapis et les poussières finissent toujours par se voir ! Le talent de Valérie de Tuong Cuong est de croire à la réalité de son histoire !

L’écriture quasi chirurgicale de Valérie Tong Cuong est d’une efficacité surprenante. L’écrivaine sait prendre dans sa toile le lecteur qui devient complétement captif. Par contre, cette froideur m’a aussi gênée comme si il me manquait du trouble ou de l’ambivalence ! Néanmoins, Valérie Tong Cuong a un talent certain et devient de roman en roman une incontournable.

Merci  à @NetGalleyFrance et @Editionslattes de m’avoir permis de découvrir ce roman #Un TessondEternité de @vtongcuong.

#bonnesfeuilles #extrait #rl2021 #Books #Reading #Lecture #Livres

Puis quelques extraits

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

Chacune de ses décisions, chacun de ses choix résulte d’un calcul visant à supprimer le risque.

– » Ma fille ne vise pas trop haut si tu n’as pas le bon arc »

Ce qu’ils comprennent l’un et l’autre, c’est qu’ils n’ont plus aucun contrôle sur les évènements.

En acceptant que Léo devienne autonome, Anna renonçait à cette petite place, discrète et confortable, ce strapontin de velours depuis lequel elle observait l’existence de son fils.

Moins de soixante douze heures ont suffi à plonger leurs vies parfaites dans l’obscurité.

Ce moment précis où les proches, les familles prennent conscience du point de bascule, ce moment où ils commencent à glisser, avalés par un monde inconnu. Cette seconde où ils comprennent qu’eux aussi entrent en détention, d’une certaine manière. Qu’ils ne pourront plus choisir mais devront obéir. Qu’ils n’auront plus la moindre marge de manœuvre mais dépendront d’une organisation obscure, du bon vouloir d’inconnus – quelle qu’ait pu être leur position sociale jusqu’ici. Qu’ils ne pourront rien épargner à ceux qu’ils aiment, ni violence ni souffrance- ou si peu. Qu’ils ne pourront plus les toucher ni les entendre – ou si peu.

Et encore ici

Au fond, chacun des deux a rempli sa part du marché, il lui a ouvert un monde nouveau où régnaient la gaité, le plaisir, et le confort et elle en a pris les commandes avec brio.

Elle en avait appris le lexique, la grammaire, la conjugaison. Elle s’était parfois découragée, il lui semblait alors que les bien nés avaient cela dans le sang, cette posture, cette assurance, cette fluidité dans le geste comme dans la parole, et qu’elle- même ne serait jamais qu’une pâle imitatrice, qu’elle porterait toujours, bien visibles, les stigmates de son origine sociale et de la violence de son enfance.

La porte de l’autre monde vient de s’ouvrir en grand, comme s’ouvre à ceux qui savent la puissance des rôles et des masques .

La vie ne prête qu’aux riches, songe Anna,et pour les autres c’est Sisyphe

Ici en bref

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

vagabondageautourdesoi;com Valérie Tuong Cuong
Un premier extrait
vagabondageautourdesoi;com Valérie Tuong Cuong
Puis un second
vagabondageautourdesoi;com Valérie Tuong Cuong
Puis le dernier

Du côté des critiques

Paris-Match

D’autres blog en parlent

Mademoiselle litLes chroniques de Korifée

Questions pratiques

Valérie Tong Cuong – Un tesson d’éternité

Site de l’écrivaine

Éditeur : JC Lattès

Twitter :    @EditionsLattes Instagram : @editionsjclattes

Parution : 18  août 2021

EAN : 9782709668644

Lecture : Septembre 2021

Littérature contemporaine

Auteurs commençant par  T

Chroniques littéraires

14 commentaires

  1. J’avais aimé Par amour et Les guerres intérieures et j’ai l’impression que l’auteure reste dans l’étude psychologique et la famille…. J’avais moins aimé Providence, plus ancien. Alors oui peut-être celui-ci 🙂

  2. Ah mais non. Moi aussi j’en ai plus d’une centaine en attente. J’apprécie beaucoup cet auteur et je vais aller réserver ce roman à la médiathèque. Bonne journée

    • Mais, comment faire avec autant en attente … Oui il devrait y être déjà ! Bon week-end

  3. Mais arrête de me tenter sans arrêt J ai déjà plus de 300 bouquins en retard ! Une fois de plus tu me donnes très envie de découvrir ce livre. Bonne soirée

    • 300 bouquins 😊! Je m’arrange pour avoir qq bouquins prévus entre ceux de Netgalley et mes achats… à peine une petite dizaine en ce moment ! Déjà, là c’est trop ! En fait, je n’ai pas de pile à lire ! Ça m’angoisse en fait 😉 Alors 300, je me suicide 🤣

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.