Florence Aubenas – L’inconnu de la poste

vagabondageautourdesoi.com

Florence Aubenas se saisit des codes du polar pour raconter un fait divers avec les suites judiciaires et la vie des habitants de Montréal-la-Cluze, le lieu du drame.

Lorsqu’un bourg vit son 11 septembre, tout le monde en parle, forcément ! L’assassinat de la postière, quelque fois dépressive mais de nouveau heureuse, est un événement qui retentit bien au-delà du canton.

Présentation

Surtout que connue de tous, Catherine Burgot ne passait pas inaperçue. Appréciée de tous, elle promenait son bichon blanc au bout de sa laisse assortie à son manteau rouge. Elle appelait chacun par son prénom et avait ses copines dès le matin dans sa mini-poste pour papoter. Et elle savait arranger tout le monde, même ceux venant retirer juste trois ou quatre euros.

Ainsi, elle est retrouvée sauvagement égorgée un matin dans la pièce annexe de son guichet en plein pays des usines de plastique. Surnommée la « Plastic Vallée, » cette économie dégraisse au moment de Noël pour gonfler sa cagnotte. Ses salariés sont mis au chômage juste après cinq minutes d’un entretien, sans aucun respect de la loi ! Alors, vingt-huit coups de couteaux dont six mortels vont réveiller toutes les rumeurs. Surtout qu’un vol de 2600 euros est aussi constaté.

L’enquête s’oriente vers un groupe de marginaux surnommé les Daltons: Tintin, Rambouille et Thomassin. Ce dernier, baptisé La Pionne par sa bande, est un acteur qui a reçu un césar lors de son premier rôle au cinéma.

Pourquoi lire une enquête sur fond de fait divers, alors qu’il y a de bonnes séries ? Parce-que c’est Florence Aubenas qui nous la raconte. Car, la journaliste sait conceptualiser ses personnages en les faisant vivre dans leur univers avec leurs histoires et leurs expériences. Comme une étude sociologique, Florence Aubenas rend compte dans ce village, des tensions, des envies et des luttes de pouvoirs de cette petite communauté.

Mais tourné vers le monde qu’on ne raconte jamais, son regard s’attarde sur la précarité, la marginalité, les abimés de la vie, ceux qui accumulent les problèmes. Car, pour certains la vie s’acharne  ! Florence Aubenas raconte leurs vies saccagées et leurs tentatives de survie. En rapportant les faits, la journaliste fait vivre les ouvriers, les fermiers, les marginaux, les copines de Catherine mais aussi son Ex et le Nouveau. Toute une galerie de personnages décrit avec l’humanité et l’empathie que l’on connait de Florence Aubenas.

En conclusion,

Formidable conteuse, Florence Aubenas dévoile l’enquête et l’instruction qui a envoyé Gérard Thomassin en prison puis la suite entretenant avec talent  le suspens. La vérité n’est pas forcément trouvée mais qu’importe, ce récit ressemble à un thriller mais raconte une vraie histoire !

Puis quelques extraits

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

Une bulle de silence a envahi la pièce. Le mariage a été la grande aventure de leurs vingt ans. Le divorce sera celle de leur quarante ans. Presque toutes en sont là : le faire ou pas.

Ces derniers mois de 2008, la Plastic Vallée vient de prendre frontalement la crise financière , chute de l’activité de trente pour cent, division par dix du personnel dans certains établissements et chômage technique pendant les fêtes de Noël pour beaucoup. Dans sa boîte à elle, la direction a convoqué les salariés un à un – même les chefs- pour leur annoncer s’ils seront gardés ou non. Tout le monde piétine devant la machine a café, dernière ligne de démarcation, où les déjà virés viennent donner le change. Peu de gestes, phrases comptés. Le silence serait total si un cadre ne s’aventurait à une confidence : il ira faire les récoltes de fruits en camping-car si jamais il fait partie des licenciés. Trop vieux pour une autre usine.

Quand l’ouvrière est reçue, une directrice lui annonce qu’elle est sur la liste, précisant d’un ton neutre:  » Je veux dire la liste des départs. » L’autre demande jusqu’à quelle date elle peut venir vider son vestiaire. Voilà. C’est fini. Les deux femmes se saluent.

..le crime a brusquement tracé un cercle autour de lui et sa famille, qui les isole du reste du monde.

Puis encore d’autres citations

Être un inépuisable Père Noël avait toujours fait partie de leurs relations.

Tout ce qu’il a passé sa vie à enfouir va être exposé au grand jour, son intimité étalée, ses secrets éventrés, les plus importants comme les plus dérisoires.

A la lumière des interrogatoires, les gestes les plus banaux paraissent souvent équivoques, chaque mot semble se charger de sens caché.

Dans sa boîte, le nouveau règlement interdit le parfum et les bijoux, mais elle s’est battue pour garder son alliance, sa seule revendication c’en trente ans de chaîne.

 » Raconte-moi où il faut se présenter. Même pour la moitié de la paie, je le fais. Nous, il nous faut plus de trois mois pour toucher ça »

La justice ne reconnaît jamais qu’elle laisse mourir une affaire. Elle pratique plutôt une manière de coma artificiel, consistant à réduire progressivement le nombre d’enquêteurs.

Ici en bref

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

vagabondageautourdesoi.com
Extrait
vagabondageautourdesoi.com
Un autre extrait

vagabondageautourdesoi.com

Du côté des Critiques

Ouest FranceLes Échos OnlaluDiacritik

D’autres blogs en parlent

Baz’art – Le blog de KrolAu fil des livres  – Tu l’as lu ??Bibli in the cityworldcinecat  – Le blog de Denis

Pour finir

Questions pratiques

Florence Aubenas – L’inconnu de la poste

Éditeur : Éditions de L’Olivier

Twitter : @EdLolivier   Instagram : @editionsdelolivier

Parution : 7  janvier 2021

EAN : 9782823609851

Lecture : Mars 2021

Essais

Chroniques littéraires

7 commentaires

  1. Encore un livre qui a l air super. Je le note. Je trouve ces faits divers si révélateurs de notre époque. Bonne soirée

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.