Cindy Sherman

Cindy Sherman

@vagabondageautourdesoi
Présentation de l’exposition

Une rétrospective

1975 – 2020

Fondation Louis Vuitton

 Après une rétrospective présentée au MoMA de New-York en 2012, la Fondation Louis Vuitton organise une rétrospective de 170 clichés de Cindy Sherman avec, en plus, des œuvres récentes et celles des débuts. L’accrochage n’est pas chronologique.

@vagabondageautourdesoi
Cindy Sherman at MoMA on June 25, 2015 in New York City.

Yeux bleus, cheveux noirs qu’elle a pris l’habitude de teindre en blond, menue, pas très grande, elle paraît plus jeune que son âge, 66 ans. Connaissance des arts

L’artiste se revendique de l’art conceptuel, un mouvement de l’art contemporain apparu dans les années 1960 mais dont les origines remontent à Marcel Duchamp au début du XXe siècle. L’art est défini non par les propriétés esthétiques des objets ou des œuvres qu’il présente, mais seulement par le concept ou l’idée même de l’art.

@vagabondageautourdesoi

Voici donc Cindy Sherman : celle qui se prend en photo depuis quarante ans et ne se ressemble jamais d’une prise à l’autre, si bien que l’on ne parvient même pas à imaginer quelle est son apparence ordinaire. Elle tire le portrait de quelqu’un qui n’existe pas, elle-même. Ce paradoxe suffirait à troubler. Le Monde du 3mars 2012

Précédemment exposée au Jeu de Paume en 2006, Cindy Sherman est une photographe, née en 1954, vivant et travaillant à New-York. Depuis 1970, l’artiste se consacre uniquement au portrait.

Paradoxalement, c’est en disparaissant – maquillée, sous sa perruque, affublée de postiches, vêtue de costumes, posant dans des décors – que Cindy Sherman est devenue une icône. Livret de l’exposition

Formée à la peinture, Cindy Sherman connait les autoportraits de peintres qui se déguisent (Rembrandt-De Chirico). Seulement, la photographie présente habituellement la réalité, surtout lorsqu’il s’agit de portraits. L’art de Cindy Sherman est de permettre d’y revenir en présentant une image travaillée à l’extrême en vue de dénoncer un certain nombre de points.

Processus de création ou le changement d’identité

Costume et maquillage préparés, viennent les réglages de lumière, d’angle, de distance, de format de l’image – panoramique, carrée, en hauteur, etc. Très vite, Cindy Sherman a acquis une telle maîtrise de ces paramètres que l’on ne peut manquer de se dire que, si elle l’avait souhaité, elle aurait été l’un des plus brillants photographes de mode et de publicité de son temps. Un clair-obscur vaporeux, une tendre harmonie à dominante rouge, un gros plan médical, une plongée ou une contre-plongée, un cadrage centré ou décentré, elle joue de ces solutions optiques avec la plus grande aisance. Philippe Dagen – Le Monde – Cindy Sherman et ses 171 métamorphoses – 2012

Cindy Sherman photographie le reflet donné par son corps maquillé, travaillé et apprêté.

« Untitled Film Stills » entre 1977 et 1980

Cindy Sherman instaure un protocole encore inchangé aujourd’hui : devant l’appareil, elle est à la fois actrice, costumière, modèle, technicienne, éclairagiste, truqueuse, accessoiriste, retoucheuse et …artiste. Livret de l’exposition

@vagabondageautourdesoi
Untitled Film Stills  – Crying girl Sans titre #27 – 1978

Œuvre complétement créé de toutes pièces. Elle montre des émotions fortes, sans lien avec la réalité. L’artiste regarde un miroir qui la reflète et elle se répète « Je te déteste ». Ce visage remplit de larme m’était cathartique.

Un film still est une image produite pendant le tournage d’un film. Celles de Cindy Sherman n’évoquent pas de films connus et pourtant, elles paraissent appartenir à notre univers.

Petit film montrant Cindy Sherman essayant de composer un personnage.

Flappers entre 2010 et 2018

Cindy Sherman qualifie de Flappers les personnages qu’elle incarne dans cette série. Le terme, équivalent à « garçonnes » situe ses héroïnes entre les deux guerres, comme des héroïnes libérées entre les deux guerres.

vagabondageautourdesoi.com
Untitled Film Stills  –  Sans titre #11 – 1978

Ces grandes dames posent devant des décors qui sentent la réussite. Sa réussite est mise en scène avec le lamé et le porte-cigarette, par exemple.

vagabondageautourdesoi.com
Untitle #584 2018
vagabondageautourdesoi.com
Untitled #582 2016

Dans un album de photographies d’enfance, Cindy Sherman inscrit sur toutes les images la représentant :

« That’s me ! »

« C’est moi ! »

Mais cette affirmation narcissique se transforme plusieurs années plus tard en une métamorphose de la jeune femme sérieuse en star aux lèvres rouges.

vagabondageautourdesoi.com
Untitled #674 2016

 

Premières Œuvres – Entre 1975 et 1977

Les œuvres de jeunesse sont fondatrices par la diversité des techniques (films, photos, collage) et par les thèmes abordés : identité, déguisement, fiction, mode.

vagabondageautourdesoi.com
Cover Girl (Vogue) 1975 -2011

En se glissant dans le rôle, d’un mannequin, l’artiste aborde le sujet de l’image de la femme dans la mode.

A play of selves en 1976

 

vagabondageautourdesoi.com
vagabondageautourdesoi.com – Sherman

Cette installation, composée de 72 scènes montrant 244 silhouettes découpés et collées, marque une nouvelle phase du travail de l’artiste. Elle aborde la fiction en multipliant les personnages et en imaginant un scénario de fiction.

Il s’agit d’un drame sentimental en quatre acte et un final.

En jouant tous les rôles, l’artiste déploie à la fois son talent mais aussi son humour.

Centerfolds en 1981

Ces photographies devaient être publié en double page dans Artforum, comme les magazines de charme. Ici, uniquement des jeunes femmes rêveuses et amoureuses.

vagabondageautourdesoi.com
Untitled #92 1981

Fashion en 1983

En 1983, Cindy Sherman réalise une série destinée à faire la promotion de la boutique Dianne B. dans le magazine Interview.

vagabondageautourdesoi.com
Untitled #132 1984

Les vêtements sont signés Jean-Paul Gauthier ou Comme les garçons. L’artiste amplifie l’ambiguïté déjà présente chez les créateurs qui ont interrogés avec leurs vêtements les normes culturelles du corps de la mode.

vagabondageautourdesoi.com
Untitled #138 1984

History Portrait – Entre 1989 et 1990

vagabondageautourdesoi.com

Vêtue de costumes confectionnés à partir de vêtements achetés aux puces mais aussi de prothèses et de perruques ainsi que des accessoires divers. Ici, une photographie qui rappelle Le jeune Bacchus malade de Bacchus.

vagabondageautourdesoi.com
Untitled #216 1980
L’artiste dénonce la tradition en occident du portrait peint.
vagabondageautourdesoi.com
Untitled #216 1980

Les clowns

L’artiste s’approprie les codes de la représentation des clowns en les caricaturant.

vagabondageautourdesoi.com
Untitled #413 2003

Avec des chapeaux et des perruques, les personnages sont outrageusement fardés et incarnent les différentes représentations :clown joyeux et hilare, celui triste et déprimé ou encore, celui cruel.

 

vagabondageautourdesoi.com
Untitled #411 2003

Cette série introduit l’usage d’un appareil numérique, uniquement ici, pour lesfonds.

vagabondageautourdesoi.com
Untitled #549 2010

Society Portraits en 2008

Ce sont dans cette série des portraits d’apparat. L’univers est classique et luxueux. Et pourtant, il faut chercher le détail qui perturbe l’ambiance générale.

vagabondageautourdesoi.com
Untitled

Ici ce sont les sandales roses qui trahissent. Après quatre ans d’arrêt, Cindy Sherman passe complétement au numérique.

« A présent, il ne s’agit plus de rajouter des rides mais d’utiliser celles que j’ai pour raconter autre chose. »

vagabondageautourdesoi.com
Untitled #475 2008

Ici, ce sont les rides et les mains vieillis qui sont utilisés.

Men – Entre 2019 à 2020

Ici, cette série se caractérise par un changement de genre. C’est la première fois qu’elle y consacre tout un ensemble.

vagabondageautourdesoi.com
Untitled #614 2019

Ce sont les vêtements homme de Stella McCarney composant des silhouettes androgynes avec des paysages variés.

vagabondageautourdesoi.com
Untitled #614 2019

Ici, le décalage est opéré parce que le personnage déguisé porte un tee-shirt à l’effigie de Cindy Sherman. Ce personnage, comme la plupart de cette série, a un double féminin. C’est donc une façon de réinventer une certaine masculinité, volontairement ambiguë, qui brouille les frontières entre les genres.

 

@vagabondageautourdesoi

Questions pratiques

Fondation Louis Vuitton

Du 23 septembre 2020 au 3 janvier 2021

 

CHRONIQUES CULTURELLES

15 commentaires

  1. Bonjour Matatoune. C’est une exposition très originale et ton article m’a beaucoup intéressée. Un tel égocentrisme est tout de même surprenant.

    • Complétement bluffant, cet art de la métamorphose pour faire bouger les ressentis Bonne soirée

    • C’est une expo assez exceptionnelle avec son travestissement en grand format, une omniprésence cachée !

    • Oui le travail de préparation est énorme ! Et, la métamorphose ou le transformisme subjugue !

    • Oui, moi aussi, cette façon de se transformer dans cette métamorphose si particulière est très originale.

    • Oui, c’est assez particulier mais j’ai pris bcp de plaisir aussi à découvrir cette exposition très complète.

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.