Nuits d’été à Brooklyn – Colombe Schneck

@vagabondageautourdesoi

Sur fond d’une histoire d’amour, Colombe Schneck dans son nouveau roman « Nuits d’été à Brooklyn » nous décrit trois jours d’émeutes à caractère racial dans le New-York  de l’année 1991.

Dans le quartier  de Crown Heights à Broocklyn, la population d’origine caribéenne assez pauvre est majoritaire. Une minorité de juifs appartenant à la communauté des Loubavitchs cohabite.  Une voiture dérape et tue un enfant. C’est la communauté noire qui est touchée.  Le racisme identitaire et victimaire va se réveiller d’un coup avec la fureur et la violence à la hauteur de l’oppression subie depuis de nombreuses années. Ces émeutes durent trois jours. Un jeune adolescent de la communauté juive va mourir sous les coups de cette violence.

Le roman suit le parcours d’Esther, jeune femme française de 24 ans, issue d’un milieu bourgeois parisien, qui vient à New-York pour un stage de journaliste. Parallèlement à son enquête, elle découvre l’amour avec un professeur spécialiste de Flaubert, Frédérick, de vingt ans son aîné, appartenant à la bourgeoisie afro-américaine de Chicago et marié à une avocate engagée dans le combat politique. Revenir dans le quartier vingt cinq ans après permet à Esther de faire le bilan sur son enquête sociale et politique de 1991.

Au – delà de l’enquête journalistique parfaitement maitrisée par Colombe Schneck, Nuits d’été à Brooklyn explique le repli identitaire des deux communautés, l’inégalité sociale, l’ antisémitisme galopant et le racisme ségrégationniste de l’Amérique, différence importante avec le racisme égalitaire européen. Mais, ce roman décrit aussi un portrait de jeune femme découvrant l’amour et qui aura bien du mal à tourner la page. Une bien belle façon de faire revivre des émeutes que la communauté juive a qualifié de pogrom!

Merci @Netgalleyfrance et @EditionsStock pour #Nuitsdeteabrooklyn

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

 

Et, puis, je ne crois pas aux hommes providentiels qui vont tout changer.

Ceux qui sont debout n’ont plus de noms, d’histoires, de parents, de mots, ils sont des corps déchaînés qui frappent.

Ma technique, c’est de dramatiser à fond l’histoire. Je me fâche. L’amour c’est bien, mais si la haine, ça marche mieux, j’utilise la haine, je ne lâche pas, les caméras de télé débarquent, le raffut est au maximum, il n’y a plus qu’à négocier.

On n’y arrivera pas, ce sera toujours nous contre les autres. Nous avons moins, eux ont tout. La rivalité, l’envie, la comptabilité des avantages et des inconvénients, il ne suffit d’avoir, il faut que l’autre soit réduit, d’un côté comme de l’autre, par une barrière.

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

Nuits d’été à Brooklyn – Colombe Schneck

Éditeur : Stock

Parution : 26 février 2020

ISBN : 2234086353 

Lecture : Février 2020

13 commentaires

    • Merci. C’est une chronique sur un fait réel qui explique bien les tiraillements communautaires en œuvre aux États-Unis à cette période. Bien construit, les chapitres alternent les moments ce qui rend dynamique sa lecture. Bonne soirée Frédéric

    • Moi, il me semblait en avoir déjà lu, mais cela doit faire longtemps. En tout cas, je la suivais dans ses émissions sur FI. C’est ici à la fois une enquête journalistique et une fiction. Le tout s’entremêle avec plaisir ! Bonne fin de journée

  1. J’avoue que je ne sais pas, mais celui-ci imbrique l’histoire d’amour à l’enquête sociale et politique. Bonne journée

    • Il est actuellement sur Netgalley. Alors, tu l’as surement dans ta liseuse. J’attends ton avis . Bonne fin de journée, Renée

    • Il décrit un épisode que je ne connaissais pas. De plus, Colombe Schreck a le talent pour le raconter …Bonne journée Évelyne

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.