Persona – Maxime Girardeau

@vagabondageautourdesoi

Franck Somerset est l’enquêteur de Maxime Girardeau, un nouveau dans l’univers du polar français. Premier roman, Persona, reprend les éléments classiques du genre : un crime sans cadavre, et même plusieurs à élucider, un enquêteur suffisamment intuitif pour ne pas passer à côté d’éléments importants, une équipe où chacun tient sa place par rapport à ses compétences et une intrigue qui grandit au fil des pages. 

Mais la nouveauté tient surtout dans l’univers décrit par Persona. Dans le marketing, la « Persona » est une personne fictive construite pour représenter les caractéristiques psychologiques et sociales d’un groupe cible.  Au cœur des décideurs du monde, le roman évolue dans les GAFAM qui décident dans une bulle de notre sort et celui de la planète.  Le Persona est aussi le masque que portait l’acteur de théâtre pour faire porter sa voix. Carl Gustav Jung a repris ce mot pour désigner la façon que chacun a de fondre sa personnalité dans le rôle social que les autres veulent le faire jouer. Le polar va jouer sur tous ces aspects.

Mathieu Girardeau entraîne son lecteur sur de fausses pistes, le trimballe de droite à gauche au gré de son intrigue dans « sa » Paris.  La description des tortures subies par les victimes est difficilement supportable. Le monde aseptisé des entreprises du numérique fait froid dans le dos. Et, pourtant, l’âme humaine reste la même ! 

Bien construit, à l’intrigue bien menée, Persona devrait inaugurer d’autres romans avec ce flic particulier, fils d’une mère au syndrome autistique qui lui a appris à décoder les autres à partir de cette communication verbale et non verbale qui l’angoissait tant ! Que de nouveautés dans Persona !

Merci #Netgalleyfrance et @EditionsFayard et @mazarineedition

pour #Persona

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

 

La persona est ce que quelqu’un n’est pas en réalité, mais ce que lui-même et les autres personnes pensent qu’il est.

Depuis l’avènement des réseaux sociaux, de l’information en cent quarante caractères, de l’égalité des points de vue entre un chercheur d’université et Kevin du 93, les dominateurs se montraient à nouveau, soufflant sur les braises de l’ignorance et la colère.

Il donnait son prénom suivi de  » Polytechnique » . Il trimballait ses études comme l’aristo sa particule.

Chez Google, on ne travaille pas, on invente et on collabore.

Google achetait la paix sociale en fournissant des confiseries introuvables à ses chers petits génies.

J’élabore ces « persona », ces personnages imaginaires qui représentent des groupes sociaux, qui deviendront ensuite des clients fidèles. C’est là que la magie opère.

..c’est la visualisation graphique du réseau professionnel de Philippe. Chaque point est l’un de ses contacts. Chaque contact est un point qui a lui-même des liens avec d’autres contacts de Philippe, c’est ce qui crée cet effet de toile. Ensuite , l’ordinateur l’organise sous la forme d’une sphère virtuelle pour que l’on puisse identifier plus facilement les connexions importantes et naviguer à l’intérieur.

Toutes les données publiées sur vos réseaux sociaux ne vous appartiennent plus juridiquement, elles appartiennent aux plateformes sur lesquelles vous les laissez, et de ce fait vous les rendez publiques et visibles par tous…

Le souci avec les sadiques, c’est que l’on ne peut pas vraiment les soigner. La seule chose à faire, c’ est de les enfermer.

En les masquant, il nous pousse, nous la police, à leur retirer » leur masque social » et à voir au-delà de leur apparence ?

Les auditeurs s’imaginaient chacun à sa manière la scène, prenant la place de Lambert. Ils reconstituaient l’antre selon leurs vécus, leurs effrois d’enfance ou leur langage.

Son autisme exacerbait sa sensibilité aux détails d’une posture, des intonations, des tics et des réflexes qui exposent l’âme de chacun. Maintenant Franck pouvait cataloguer grossièrement des personnalités sur une poignée de mains une phrase de bienvenue ou une bousculade dans la file d’attente.

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

Persona Maxime Girardeau

Éditeur : Fayard / Mazarine

Parution : 12 février 2020

ISBN : 2863747967
 
Lecture : Févier 2020

18 commentaires

    • Bonjour, Brigitte; En effet, il est très bien écrit et je pense que son enquêteur on devrait le retrouver bientôt . Bonne journée

  1. […] Mardi : premier roman ! Matatoune du blog Vagabondageautourdesoi parle du premier roman de Maxime Girardeau, Persona, que l’on voit partout ! Rdv sur Persona – Maxime Girardeau […]

  2. Merci beaucoup Matatoune pour cette belle chronique de Persona et toutes les citations que vous en avez extrait. Je suis heureux que vous ayez relevé la relation de Franck et sa mère. Je ne fais que l’esquisser dans Persona. Elle sera développée dans une prochaine enquête. Je vous souhaite une bonne semaine.

    • Merci beaucoup d’être passé et de laisser un si gentil petit mot. Il y aura bien une autre enquête, j’en suis ravie ! Comment ne pas être intéressée par ce lien particulier ? Assez unique, me semble-t-il dans l’univers du polar ! Ouvrir des portes est de notre responsabilité à tous quelque puisse être notre place. Bon courage pour les événements à venir car ce roman devrait connaître une belle réussite selon les avis unanimes de la blogosphère. Merci encore infiniment.

  3. J’ai beaucoup aimé! D’actualité, c’est un sujet très novateur et intéressant! Je te rejoins sur le côté un peu froid, mais qui étrangement ne m’a pas dérangée!
    Future chronique à venir aussi ^^

    • J’attends ta chronique avec impatience. J’aime bien cet auteur. Bonne semaine, Gwen !

    • En ce moment, c’est le chouchou des blogueurs. Marketing bien organisé …Je lirai ton avis avec plaisir . Bonne soirée

    • Alors, j’attends ta chronique ! Il devrait te plaire même si au début ce fut un peu froid pour moi mais, c’est venu et bien venu !

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.