Promenons-nous dans ce bois – Nele Neuhaus

« Promenons-nous dans ce bois » est le huitième livre de Nele Neuhaus de la série Olivier Von Bodenstein et Pia Kirchhoff, devenue au fil des livres Sanders.

Une caravane prend feu en pleine nuit au bord d’une forêt. A l’intérieur, un cadavre  carbonisé y est découvert. Une dernière enquête pour Olivier Von Bodenstein car il a décidé de s’octroyer une année sabbatique. Il souhaite laisser sa place à sa partenaire, Pia Sanders, mais tout le monde n’est pas de cet avis, notamment sa supérieure hiérarchique! Il ne sait s’il reviendra après !

A la suite de cet assassinat, d’autres meurtres vont suivre en cascade. Et, plus l’enquête avance, plus Oliver Von Bodenstein se sent coincé. Sa ville, il la connait. Il y a grandi et y vit avec sa petite fille délurée mais présente par intermittence comme beaucoup d’enfants de couple séparé. Il connait les personnes depuis longtemps donc. Ce sont ses voisins, ses connaissances car dans cette ville tout le monde sait la vie de l’autre. Et, du coup, tout le monde connait l’histoire qui s’est passée à l’été 1972, où son meilleur ami, Arthur, a disparu sans que sa disparition soit élucidée.

Un secret dans un village ! Situation particulière où l’enquêteur est mêlé jusqu’au cou dans l’intrigue ! Car ce bois est celui de son enfance et de ses souvenirs de jeunesse. Arthur n’est pas le seul à avoir disparu. Son renard apprivoisé, Maxi, a été retrouvé mort aussi à la même période. Lorsque l’enfant rencontre l’adulte qu’il est devenu, c’est une blessure qui se referme car la culpabilité a continué à infuser dans le quotidien tout au long de sa vie de policier.

A force de patience, d’analyse et de réflexions, l’enquête va progresser pour retrouver le(ou les) responsables et mettre à jour des secrets enfouis sur fond de harcèlement et de xénophobie. Deux sujets qui ont de plus en plus d’actualités en Allemagne mais, bien sûr aussi, dans notre veille Europe!

Chasseurs de thriller et d’émotions sanglantes, ce livre n’est pas pour vous ! On prend le temps des descriptions, d’établir les relations entre les faits, on tâtonne et on se trompe, mais on analyse aussi une situation socio-économique en suivant de nombreux protagonistes. Une toile d’araignée explorée patiemment par un lecteur pris en otage par Nele Neuhaus  !

Polar classique qui prend son temps mais construit comme un puzzle géant, « Promenons-nous dans ce bois » est une belle découverte et un auteur à suivre !

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877bMentir, déformer, rejeter la faute sur les autres – autant de réactions instinctives dans les situations incontournables.

A vrai dire, les bandes d’enfants fonctionnent comme la mafia, C’est le plus fort qui décide, tous les autres obéissent et se taisent. Et comme pour la mafia, on ne peut pas s’en sortir de ce genre de bande aussi simplement que d’un club.

On savait que la cruauté envers les animaux était un facteur prédictif de violence criminelle et que ceux qui faisaient souffrir les animaux avaient fréquemment été eux-mêmes victimes de violence un jour.

Avec les années, les traits de caractère négatifs ont même tendance à s’accuser davantage que les qualités.

« Rosie a toujours été …hum…une bonne vivante. Elle aimait bien les hommages. »

Une phrase avait suffi pour abattre, tel un coup de massue, les défenses érigées depuis quarante-deux ans dans l’inconscient de Bodenstein.

a noter

                      pro_reader   Merci à #NetGalleyFrance pour #PromenonsnousDansCeBois

Ce livre m’a été offert en service de presse par Netgalley. Remerciements aux éditions Stock. Ceci est mon avis en toute honnêteté et sans pression, comme d’habitude.

Promenons-nous dans ce bois – Nele Heuhaus

Éditeur : Calman-Lévy

Parution : Octobre 2018

ISBN : 2702164226

Lecture : Décembre 2018

14 commentaires

  1. J’ai lu plusieurs romans de Neuhaus et cette série. J’aime bien mais je les trouve toujours trop long. Comme tu le dis, elle prend son temps et je trouve, pour ma part, que c’est parfois trop bavard.

Un petit mot ...