Évelyne Sellés-Fischer – Le figuier stérile

vagabondageautourdesoi.com Evelyne Sellés-Fischer Évelyne Sellés-Fischer propose avec Le figuier stérile une dystopie sur une société où l’infertilité menace l’espèce humaine. Et ce roman ne se situe pas dans un futur éloigné mais tout proche de nous, dans la seconde moitié des années 2000. Ses personnages nous ressemblent dans leurs recherches de solution pour assouvir ce désir d’enfant menacé.

Le fil rouge de ce roman est un couple. Nicolas et la narratrice souhaitent avoir un enfant vers les années 2080. L’infertilité de l’un va conduire le couple vers le dédale des procédés substitutifs pour réaliser ce désir d’enfant devenu au fil du temps obsédant et même obnubilant.

Le figuier stérile est aussi l’occasion pour Évelyne Sellés-Fischer de s’interroger sur le monde d’aujourd’hui et son évolution supposée. En chapitres courts, l’écrivaine brosse le parcours du combattant de la population occidentale confrontée à une infertilité grandissante. Tout est alors envisagé par les pays concernés pour pallier ce fléau qui fait redouter la fin de plus en plus proche de l’espèce humaine.

Devant ce phénomène important impossible à endiguer, Évelyne Sellés-Fischer démontrent que des gourous de toutes sortes exploitent le désarroi des couples. De plus, à partir d’exemples, l’écrivaine explique que l’argent véhiculé attire des donneurs et mères porteuses dans la misère.

Cette dystopie ressemble étrangement au monde dans lequel nous vivons. A partir de ses personnages secondaires, Évelyne Sellés-Fischer cerne les dérives qui peuvent s’imposer au fil des démarches. Le lecteur découvre le destin Halva et sa GPA particulière, celui d’Aïcha et ses coutumes ancestrales, Henry le scientifique si particulier, etc.

Ce roman pose la question fondamentale de savoir jusqu’où aller pour satisfaire l’envie d’une descendance. En évoquant la GPA et même l’eugénisme,  Évelyne Sellés-Fischer décrit parfaitement les différentes dérives occasionnées par un besoin de plus en plus fort non satisfait. La politique s’immisce dans la sphère intime jusqu’à devenir intrusive et restrictive de liberté. Ce que nous vivons avec ce foutu  virus, nous fait appréhender la possibilité de tels abus !

Pour conclure,

Heureusement, le roman se finit bien. Car au cours de celui-ci, les descriptions sont si proches de notre réalité que la vision de notre monde devient vite déprimante ressemblant à tous les messages qui nous alertent sans que quelque chose soit acté pour un véritable changement.

Le figuier stérile est un roman où la fiction est un prétexte à présenter une documentation fouillée travaillée par des citations nombreuses et l’explication des innovations scientifiques récentes qui donnent une véritable valeur ajoutée à ce récit futuriste.

Néanmoins, il m’a manquée un soupçon d’inattendu ou de mystère pour faire de ce roman un véritable coup de cœur. Évelyne Sellés-Fischer sait immerger son lecteur dans un univers qui ressemble beaucoup au notre en nous proposant des réflexions pertinentes et variées.

Merci aux éditions L’Harmattan pour la découverte de #Lefiguierstérile de #EvelyneSellesFischer

Puis quelques extraits

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

Quand on pleurera la perte du dernier enfant…

On s’est habitué à la misère des autres pour qui le mépris n’a d’égal que l’égoïsme.

Les gens, atomisée, égarés, sont rompus, soumis depuis des années au jour avilissant d’émissions débilitantes de télé dite réalité qui n’a de réalité que le nom.

Sais-tu que des médecins peu scrupuleux prélèvent des ovocytes sous la contrainte, par intimidation ? On vole aussi des embryons et des utérus sur de jeunes opérées.

Renoncer à la vie sexuelle c’est dur, mais nous n’avons même pas besoin de renoncer, désormais la nature fait ça à notre place, à force de le faire pour avoir un enfant on n’en a même plus envie.

La virginité de Marie efface le péché d’Eve, c’est biblique.

Et, encore…

–  » Nous sommes condamnés à donner naissance à des dégénérer qui seront tôt ou tard mis au rebut, pleure-t-elle quand elle se retrouve seule avec bébé dans les bras. « 

Le désir d’enfant  » de qualité » va-t-il jusqu’à mépriser l’humain ? Trafiquer le génome, non plus dans un but thérapeutique mais dans un désir d’amélioration selon les préférences, les choix de chacun, engagé la liberté de l’être à venir.

Qui sait ce que l’homme, à l’instar de Pandore, peut sortir de sa labyrinthique boîte à outils synaptique, son cerveau à idées!

Ici en bref

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

vagabondageautourdesoi.com Evelyne Sellés-Fischer
Un premier extrait
vagabondageautourdesoi.com Evelyne Sellés-Fischer
Puis un second
vagabondageautourdesoi.com Evelyne Sellés-Fischer
Puis encore un autre
vagabondageautourdesoi.com Evelyne Sellés-Fischer
Puis le dernier

Questions pratiques

Évelyne Sellés-Fischer – Le figuier stérile

Éditeur : L’Harmattan

Twitter :  @HarmattanParis Instagram : @editions.harmattan

Facebook : @Editions.Harmattan

Parution : 17 novembre 2021

EAN : 9782343247977

Lecture : Décembre 2021

Littérature contemporaine

Auteurs commençant par S

Chroniques littéraires

20 commentaires

    • Oui, je ne sais si c’est le sujet ou la projection dans le futur pourtant très proche, mais de petites réserves …

    • C’est vrai et suffisamment inquiétant pour ne pas en rajouter ! Mais, celui-ci est passé et bien malgré tout . Bonne soirée !

    • Toi aussi ! Profitons de cette fête pour oublier 2021 et espérer que 2022 soit plus légère 🙂

  1. Je le note également, je prend goût aux dystopies et je n’ai encore jamais lu de roman sur ce sujet… Merci pour cet article !

    • Merci d’être passé ici ! Oui un sujet particulier bien développé ! Bonne fête de fin d’année !

  2. je le note mais si j’ai peur de flipper encore plus ! j’ai parfois l’impression de m’être trompée de planète (il a dû y avoir une erreur de livraison de cigognes! ) tant l’inaction,et la passivité devant le désastre en cours sans oublier l’égoïsme qui règne en maître me révoltent …
    il pleut en moyenne montagne, la limite pluie-neige est à 3500 mètres !!!!! on a des températures de printemps 🙁 🙁

    • Oui c’est assez terrible ! Mais, j’ai tendance à me dire que les choses sur lesquelles je ne peux rien, j’essaye de les éloigner de mon esprit …J’essaye 🙂 Belle fête de fin d’année !

  3. Cette dystopie ressemble beaucoup à notre monde actuel. Des problèmes qui vont devenir de plus en plus cruciaux dans les décennies à venir. Merci de cette présentation Matatoune !

    • Oui, et c’est terrible Mais cela se finit bien! Belle fête de cette fin d’année !

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.