Christine Oddo – Mary Reynolds

vagabondageautourdesoi.com - Christine Oddo - Christine Oddo raconte la vie de Mary Reynolds, une femme américaine immigrée en France en même temps que la « génération perdue » selon Gertrude Stein, devenue artiste grâce à son compagnonnage avec Marcel Duchamp. Son histoire traverse le XXè siècle et le mouvement artistique du Paris de l’Entre deux guerres qui reste la ville lumière et attire encore nombre d’artistes par ses excès et sa liberté.

New-York délirante !

Originaire de Minneapolis, Marie Reynolds est rétive aux volonté parentales. Elle ne veut rallier les conditions de vie de la haute-bourgeoisie dont elle est issue. Conquérant son indépendance, elle s’installe à New-York en plein quartier de Greenwich Village. Elle y découvre le foisonnement d’idées au moment de l’Armory Show.

Elle aime les nuits dansantes au rythme du jazz naissant avec à ses côtés Matthew, un jeune et beau jeune homme. Seulement l’engagement des États-Unis dans la première guerre mondiale amène le deuil.  Elle n’était pas fidèle à ce jeune devenu soldat et mort de la grippe espagnole au Luxembourg. Néanmoins, elle noie son chagrin lors de l’après guerre et s’habitue aux bars clandestins depuis qu’en octobre 1919 la vente et la distribution d’alcool est interdite. Son amant du moment est français et lui parle de l’art et de la France.

En mai 1921, Mary s’embarque pour un voyage en Europe, qui passera par l’Italie pour la découverte de l’art, la France pour y retrouver son amant, Laurence Vail, et la Suisse. En novembre, elle arrive à Paris. En 1925, ils seront 40 000 américains à fouler le sol parisien.

Quartier Montparnasse qu’elle ne quittera plus

Mary s’enivre dans tous les sens du terme. Comme beaucoup de ses compatriotes, Mary découvre la liberté sexuelle, l’alcool qui coule à flots et même la drogue. Montmartre s’efface peu à peu pour le quartier Montparnasse, lieu de l’avant-garde artistique.

Elle découvre le cabaret Le Bœuf sur le toit, lieu de rendez-vous de Jean Cocteau et de tout le milieu intellectuel et artistique de Paris, situé dans VIIIè arrondissement. Elle en fait son quartier général du haut de son mètre soixante-treize, son fume cigarette, ses cheveux courts plaqués en arrière. Elle offre à boire à tous.

Mary fait la connaissance de Breton, Eluard, Soupault, Aragon et le peintre Picabia et tant d’autres. Mais surtout, elle rencontre Marcel Duchamp, ténébreux mais irrésistible séducteur, malgré son teint gris-vert, et son corps émacié. Il a trente-six ou trente cinq, peut-être. Elle l’engage pour apprendre à comprendre les subtilités de notre langue. Puis, peu à peu, plus car affinités !

Ami de Picabia et amant de Gabrielle Buffet, un temps, Duchamp introduit Mary au cœur du mouvement surréaliste et dadaïsme. Man Ray devient un habitué, Brancusi, un ami. Mais surtout des liens indéfectibles relient Marcel à Henri-Pierre Roché, dandy artiste et collectionneur. Tous deux passionnés de libertinage partagent tout y compris les maîtresses. Étrange, Duchamp ne cesse de l’être même lorsqu’il se fait appeler

Au cœur de la modernité littéraire, musicale et artistique du cubisme, surréalisme et dadaïsme, Marie Reynolds devient une relieuse d’art reconnue.

La guerre

Refusant de retourner aux États-Unis, malgré l’insistance de Duchamp, elle entre dans un réseau de la résistance enrôlée par la fille de Picabia, Jeannine, dès mars 1941. Elle l’engage car elle a confiance en cette femme sûre comme elle avait engagé sa mère l’indomptable Gabrielle Buffet Picabia, compositrice de musique et avant-gardiste.

Les liens avec Gabriel Buffet Picabia sont nombreux. Malgré la liberté dont elles se revendiquent, elles se dissimulent toutes les deux derrière leurs amants et les poussent dans la lumière. Leurs passions sont dévorantes. Mais, elles se dépasseront par leurs parcours de résistantes.

Une biographie réussie

Journaliste littéraire chez Elle, Christine Oddo écrit des biographies historiques. Elle a « rencontré » Marie Reyrolds au travers de la correspondance de son frère, travaillé lors d’une précédente biographie. Elle vivait à Paris au cœur de la seconde guerre mondiale. Elle disait dans ses lettres qu’elle aidait les autres. C’est ce qui a intrigué Christine Oddo car elle a tout de suite pensé à un réseau de résistance. Du coup, elle s’est immergée dans cette vie si haute en couleurs.

Médiatrice des arts pour les uns, intermédiaire entre les gens, Marie Reynolds est une figure que je ne connaissais pas mais qui ne s’oublie pas.

Le récit de Christine Oddo foisonne de détails et de précisions concernant une vie hors du commun. Elle propose un portrait de femme indépendante, libre et attachante. Au fur et à mesure qu’elle vieillit et avec son implication dans la résistance, elle acquiert toute l’admiration du lecteur.

Au cœur du milieu intellectuel parisien, Marie Reynolds témoigne de multitude de rencontres. C’est une foule de personnalités connues ou non que Christine Oddo présente au cours de situations vivantes décrites avec épaisseur.

C’est passionnant et attachant tant le portrait est passionné ! A découvrir vraiment !

Puis quelques extraits

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

L’Europe, et particulièrement la France, apparaissent comme des contrées moins matérialistes où les choses de l’esprit ont de la valeur, où la tolérance existe, loin du puritanisme de mise outre- Atlantique.

Toute une génération » perdue », selon Gertrude Stein, a choisi l’exil pour trouver ce qui fait défaut en Amérique : la liberté de s’exprimer, de vivre selon ses penchants, d’écrire, de boire. Les hommes viennent oublier l’horreur des combats qui les a dégoûtés, traumatisés. Les femmes, écrivaines, journalistes, artistes sont quand à elles bien décidées à s’émanciper, à se réaliser, à s’épanouir.

Si elle pouvait concéder une certaine élégance dans le maintien, comment pouvait-on trouver cet homme séduisant avec cette suffisance qui émanait de lui ?

Passer d’une zone à l’autre relève de l’exploit, l’obtention d’un permis étant exceptionnelle. Les citoyens anglais doivent se rendre quotidiennement dans les commissariats pour vérification.

Quitter la capitale est dangereux. Américaine, donc ennemie de l’occupant depuis décembre 1941, Mary présente un défaut supplémentaire : son accent.
Impossible de se faire passer pour une Française même si elle s’exprime bien.

Elle appartenait à cette cohorte de veuves de guerre et elles étaient légions. Jeunes pour la plupart, avec une perspective d’avenir écorné, elles avaient perdu le pilier de leur vie affective et souvent financière.

 

Ici en bref

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

vagabondageautourdesoi.com - Christine Oddo -
Premier extrait
vagabondageautourdesoi.com - Christine Oddo -
Puis, un second
vagabondageautourdesoi.com - Christine Oddo -
Puis, dernier extrait

Du côté des critiques

Le Monde 

D’autres blog en parlent

 

Questions pratiques

Christine Oddo – Mary Reynolds

Éditions Tallandier

Twitter :  @Ed_Tallandier Instagram : @editions_tallandier

Parution : 9 septembre 2021

EAN : 9791021044906

Lecture : Octobre 2021

Essais

Auteurs commençant par 0-P-Q 

Chroniques littéraires

11 commentaires

  1. Bonjour Matatoune. Cette femme a eu une vie trépidante et j’aimerais la découvrir, mais pas tout de suite car j’ai beaucoup de livres en attente. Bonne journée

    • C’est une vie de roman ! Vraiment ! Car, fantasque et indépendante, elle a côtoyé nombre d’artistes, les a connus, les a aidés. Une foule de détails dans cette biographie ! Bonne soirée

    • Oui mais c’était dans sa jeunesse. Ses activités de résistante forcent vraiment le respect ! Bonne soirée

    • C’est un travail historique sur l’art surréaliste assez impressionnant . En tout cas, j’ai bcp aimé m’immerger dans ce monde !

  2. à découvrir… Mais pas tout de suite, trop de retard dans mes lectures et mon ordi joue les récalcitrants depuis quelques temps … alors difficile de me remmettre à jour pour les commentaires sur les blogs aussi

    • Bon courage pour les lectures qui semblent attendre nombreuses ainsi que pour cet ordi actuellement récalcitrant 🙂

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :