Elizondo – Amaia Salazar -Dolores Redondo

Une ville – Un flic de polar

++++++++++++++++++++++

vagabondageautourdesoi

Le village de Elizondo de l’inspectrice Amaia Salazar inventée par Dolores Redondo  pour la série Une villeUn flic de polar.

Née en février 1969 dans le pays basque espagnol, Dolores Redondo est entrée dans l’écriture en 2009. Car après des études de droit, elle préfère travailler comme chef de cuisine pendant quelques années.  Auteure de romans historiques et policiers, Dolores Redondo a reçu de nombreuses récompenses dont le prix Planeta 2016 et le Prix Bancarella 2018 pour son roman.

Biographie

« Chacun de mes romans est pour moi une tribune qui me permet d’exprimer ce qui me semble juste et injuste dans la société, proclame-t-elle. Ce qui me réconforte, c’est qu’ils accompagnent parfois des gens en souffrance. Mes histoires leur disent qu’ils ne sont pas seuls… »

vagabondageautourdesoi.com

La trilogie reprend autour de l’histoire de l’inspectrice Amaia Salazar des intrigues policières qui allient le pays basque et sa culture ancestrale.

Amaia sourit aux souvenirs des légendes que lui avait racontées tante Engrasi dans son enfance. Il n’était pas étrange, au milieu de cette forêt, de croire à l’existence de ces créatures magiques qui avait forgé la culture ancestrale de la région. Le gardien invisible

vagabondageautourdesoi.com
Carte d’Elzondo

Le pays basque espagnol

Car, comme dans la plupart de ses romans, le lieu devient un personnage à part entière. Dolores Redondo, née à San Sébastien, a choisi le petit village d’Elizondo en Navarre situé sur la rivière Baztán au pays basque espagnol.

vagabondageauturdesoi.com
Le village et sa rivière

Ce village fut créer pour accueillir les pèlerins qui voyageaient dans la chaîne des Pyrénées. La porosité de la frontière avec la France est déterminante pour comprendre la richesse de la culture.  Longtemps le village a appartenu au diocèse de Bayonne. De plus, de nombreux émigrés sont revenus riches pour investir dans des demeures opulentes.

C’est aussi une ville de belles demeures, ancestrales ou plus récentes comme celles construites par les « indianos », ces enfants du pays revenus d’outre-Atlantique fortune faite. Polars urbains

vagabondageautourdsoi.com
Ancien palais du gouverneur

Dans le Batsan, la nuit était obscure et sinistre. Les murs du foyer délimitaient depuis toujours le périmètre de sécurité, et, en dehors, tout était incertain. Il n’était pas étonnant que cent ans au plus tôt à peine, neuf habitants sur dix au Baztan aient cru à l’existence des sorcières, à la présence du mal se tenant aux aguets dans la nuit et aux incantations magiques pour tenir les uns et les autres au respect. Le gardien invisible

Ainsi, cette culture ancestrale fait partie importante des écrits de Dolores Redondo. Le village a subi l’inquisition espagnole et française avec plus de trente-sept femmes tuées pour sorcellerie. Alors qu’à Salem, ville autoproclamée de sorcières aux USA, il n’y a eu que cinq femme accusées et tuées. Maintenant, avec des études plus poussées, on sait que les femmes accusées d’être sorcières souhaitaient vivre indépendantes et ayant des connaissances sur la nature leur permettant de soigner.

Inspectrice à la police Foral (locale) de Navarre

Dans La face nord du cœur. Amaia est une femme élégante aux cheveux longs, blonds le plus souvent coiffés en queue de cheval. Elle fait une formation à l’académie du FBI de Quantico en Virginie. Elle est intelligente et intuitive mais d’une fragilité extrême qu’elle cache pour se protéger.

Tout juste âgée de  25 ans, elle a suivi sa formation à l’université catholique de Boston en droit et en sciences sociales et comportementales. Spécialiste de communication non verbale  scientifique et criminologiste, elle est sortie première de sa promotion. Mais au lieu de se présenter au FBI, elle intègre la police Foral de son Espagne natale.

…entre le courage et l’impertinence, seul variait le degré de considération envers l’adversaire. La face caché du cœur

Bien sûr, elle a gravi les échelons très vite. Seulement, Amaia possède des failles dont elle va tirer sa force.

Obligée de vivre avec sa tante, Engrasi,  elle était espiègle et faisait des bêtises comme de voler dans les magasins. Sa propre mère disait que c’était le diable ! Son père a été obligé de l’éloigner du domicile mais a besoin de la croiser lorsqu’elle se rend à l’école. Amaia se souvient de rien, au début de sa jeune vie adulte. Mais, les mauvais souvenirs vont revenir !

Dolores Redondo ne revendique pas son personnage comme une féministe. Elle la relie à toutes les femmes du pays basque. Dans cette structure familiale, les femmes sont obligées de développer une force, sorte de résilience, à toute l’âpreté de leur vie montagnarde mais pas que ….

Elle réunit toute la science de toutes les femmes de la vie. Interview Quai du polar

vagabondageautourdesoi.com

Adaptations

Ce qui me fascine, c’est la possibilité du monstre dans la maison

Synopsis

Au bord de la rivière Baztan en Navarre est découvert le corps nu d’une adolescente dans la même disposition que lors d’un crime commis un mois auparavant. Une inspectrice de police, Amaia Salazar, revenue de formation au FBI mène donc une enquête au village basque d’Elizondo, son village natal situé au nord de Navarre où elle s’était jurée de ne plus jamais revenir. Malgré son lourd passé, elle tente de trouver à tout prix le tueur en série, au cours d’une enquête errant entre superstition, sorcellerie et mythologie basque…Wikipédia
vagabondageautourdesoi.com
Insigne de la police Foral de Navarre

Remerciements à Masse critique de @Babelio et @Gallimard

Sources

Pour aller plus loin

Une ville /Un flic de polar

13 commentaires

  1. j’aime énormément ce village depuis si longtemps, s’y balader et découvrir dans le Bastan les jolis paysages, au printemps comme à l’automne, que les artistes peintres de la région savent si bien sublimer ! j’y vais quasiment chaque année depuis (plus de 30 ans !) … par contre, je n’ai toujours pas découvert l’auteur, et ça me manque !

    • Alors, ne commence pas par celui-là. Commence par Le gardien invisible qui implante son intrigie policière au coeur de la région. Le lieu est un personnage à part entière pour l’auteure.

  2. Trilogie du Baztan génial, et la face nord du cœur aussi ! J’aime cette implantation dans le pays basque espagnol, c’est une belle région

    • Oui, et j’ai eu la chance d’écouter Dolores Redondo en parlait … Ça donne envie d’y faire un tour !

    • Moi je connais mal cette région, même si je connais le pays basque français. Alors que je connais bien l’Ariège et jusqu’à la méditerranée. Pourquoi pas pour une prochaine découverte …

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.