Bateaux-lavoirs

Bateaux-lavoirs

vagabondageautourdesoi.com
Bateau – lavoir au Pont des Arts – Paris

Avant notre machine à laver, il y a eu la lessiveuse sur le gaz, et  bien avant en ville lorsqu’il y avait une rivière, en tout cas, les bateaux-lavoirs. Grands bateaux ancrés à la rive d’un cours d’eau, les bateaux-lavoirs se transforment en lavoir public. En 1942, le gouvernement de Vichy décide d’interdire les bateaux-lavoirs sur la Seine.

La Sirène s’installa en premier. En effet, en 1623, le roi autorisa à Jean de la Grange d’installer des bateaux-lavoirs à la seule condition de ne pas gêner la circulation. Toutefois, celui-ci sombra lors des grandes glaces de l’hiver 1830.

Les blanchisseuses furent ravies. Mais au milieu du XIXe siècle, tout était à revoir. Les cours servaient aussi pour la lessive et le linge séchait aux fenêtres. A Paris, tout était trop dense.

Les questions pratiques

L’eau courante n’existant pas, en 1900, Paris comptait 14 bateaux-lavoirs stationnant sur la Seine et 3 sur le Canal St-Martin.

vagabondageautourdesoi.com
Bateau-lavoir à Nogent sur Seine

« En entrant, on trouve tout de suite le bureau, petite pièce rectangulaire prenant jour sur le quai et éclairée par une cloison de vitrage qui la sépare du couloir d’entrée.

C’est là que se tient le gérant. Fonctionnaire à la solde du patron qui, lui, dirige seulement son exploitation, car il possède plusieurs bateaux. »

vagabondageautourdesoi.com
Bateau – lavoir sur la Loire au début du XXè s

En ce qui concernaient les tarifs : 5 centimes l’heure,  la  1/2 journée, 20 centimes et la journée  40 centimes
Coulage: 1 drap, 10 centimes. (2 draps, 15 centimes)

Pour les paquets de linge, le garçon du lavoir les appréciait à vue d’œil, selon la grosseur, 10 c , 15 c , 25 centimes etc.  Les indigents avaient quatre places gratuites.

v
Pierre-Auguste Renoir-Bateau- Lavoir sur la Seine

les Séchoirs : Pour 24 h, 20 centimes les petits et 35 centimes les grands.
Les Fournitures : On trouvait à bord tous les produits et ustensiles nécessaires aux laveuses.
Les blanchisseuses préféraient les Bateaux-Lavoirs, où elles trouvaient de l’eau à volonté, tandis que on la rationnait  dans les lavoirs à terre.  

vagabondageautourdesoi.com
Bateau-lavoir Extrait du dessin de Jean-Baptiste Lallemand – Louvre

INA

HISTOIRES EN VRAC

BRIC A BRAC DE CULTURE EN VRAC

 

5 commentaires

  1. Je ne connaissais du tout ces bateaux. j’aime découvrir des pans méconnus de notre culture grâce à toi et je raffole de ces vieilles images que tu nous fait partager. Bon week end.

    • Tout un pan de l’histoire est dans ses lavoirs où on se retrouvait et donnait des nouvelles. D’ailleurs, certains bourgeois ne s’y trompaient pas en installant leurs lavoirs privés pour éviter que les lavandières bavardent trop ! Bon WE à toi aussi

    • Oui, peut-être celui de la photographie…. Je ne sais si quelques uns ont été conservés et rénovés pour la visite. A voir !

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.