Laurent Gaudé – Paris, mille vies

  • Présentation

vagabondageautourdesoi.com

 

Comme une déambulation méditative, Laurent Gaudé propose dans Paris, mille vies une ballade pour la vie.

Lorsqu’un homme agité, aux paroles confuses, hurle en le croisant, sans le voir, « Qui es-tu? « , le narrateur décide de suivre ce fil tendu vers la nuit et au travers de la ville lumière, Paris et plus particulièrement ce 14ème arrondissement .

« Parle » et enfin, les morts sortent ! Et, tout en suivant ce chemin qui semble fou, le narrateur reprend pied dans sa vie. En mettant la mort de son père en mots, il peut accepter la perte, en reconnaître le terrible hasard, et s’ouvrir à d’autres souffrances.

Son errance continue à travers la ville. L’ombre l’embarque dans différents coins du quartier où les différentes plaques rappellent l’histoire. En lui signalant les décès de l’histoire survenus sur le pavé parisien, le narrateur leur redonne sens dans notre présent. Du coup, ces « retournements des morts », Laurent Gaudé leur donne voix par l’écriture.

 » La mort a faim » ! Et, Laurent Gaudé ramènent les morts à la vie. Les résistants autour de Rol-Tanguy cachés attendent le signal. Les danseurs oublient leur semaine de travail au Bal Bullier qui a servi d’hôpital pendant la Commune. Rilke est agité. Mais, aussi la Libération de la capitale. Etc. Puis, arrive l’injonction « Vous voulez vivre ! ».

Paris, mille vies, permet de suivre Laurent Gaudé pour ramener les morts vers le présent. Qu’ils dansent un peu dans la farandole de la vie. Avec ses mots, nos mots, mais aussi nos émotions et nos souvenirs, et ceux qu’on fabrique depuis qu’ils ne sont plus.

Laurent Gaudé livre une magnifique ode poétique à la vie et à la ville de Paris, à son histoire, aux magnifiques grands hommes et à l’armée d’anonymes qui font son histoire. Courte, trop courte, certes ! Et, tellement poétique cette prose !

  • Extraits

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

L’ombre m’invite à la tombe pour que je retrouve le passé, le serre dans mes bras, le presse sur mes lèvres, l’anime de mes mots, le fasse vivre puis le repose doucement. Est-ce cela ? Au. Morts! Pour que tout revive…

Le monde a toujours eu peur des garçons de seize ans qui voyagent les mains dans les poches dans le fond des wagons, les yeux tournés vers des lumières nouvelles.

Soirées irrévérence et de promesses que l’on se fait à soi et aux autres de toujours garder grand appétit du monde.

Laissez-moi, maintenant. Tout est dit et je ne peux plus prêter ma bouche. Il y a trop d’ombre. Il y a trop d’ombres et d’histoires. Paris est un amoncellement de tout : tristes défaites, dessins heurtés, héroïsme anonyme et vies de rien. Que faut-il dire ? J’oublie tant d’entre eux qui mériteraient qu’on les tire de la nuit, qu’on évoque une fois pour qu’ils sentent l’œil du présent sur eux. Laissez- moi…

Pour chaque homme dont on se souvient, il y a une foule à raconter.

C’est cela qu’elle attend de moi. Que j’entame le chant des milles vies.

Il ne faut pas essayer de semer la mort. (…) Il faut l’inviter à danser.

Mille vies à compter, à consoler. Je m’arrête ici mais je continuerai. A travers l’écriture. Mille vies me traversent et je leur prêterais mes mots.

Vivre. Vivre avec densité. Comme une course à n’avoir pas le temps de tout embrasser.

  • Brèves

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

 

 

 

 

 

Extrait 1 -vagabondageautourdesoi.com
Extrait 2
Extrait 1 -vagabondageautourdesoi.com
Extrait 2
  •  Critiques

Pages des libraires

France Inter

  •  D’autres blogs en parlent

La parenthèse de Céline

Mangeur de mots

  • En conclusion

Laurent Gaudé – Paris, mille vies

Éditeur : Actes Sud

Parution : 7 octobre 2020

EAN : 9782330140830

Lecture : Octobre 2020

Littérature générale

16 commentaires

  1. Bonjour Matatoune. J’aime beaucoup son idée de faire revivre les morts en racontant leur histoire. J’avais lu de lui et apprécié « Eldorado ». Je l’emprunterai à la médiathèque. Bonne journée

    • Oui c’est une belle déambulation dans ce 14è arrondissement et l’idée est très belle ! Bonne soirée Brigitte

    • Oui et non. Il faut accepter que le narrateur se laisse hypnotiser par cette ombre errante. Mais, le style de Gaudé est là pour aider le lecteur. Pour quelqu’un de rationnel, ce livre n’est pas forcément pour lui !

    • J’ai beaucoup aimé celui-ci, aussi. Il est venu le présenter à l’émission de France Culture « Par les temps qui court »qu’on peut écouter en podcast. Bonne soirée et prends bien soin de toi

  2. Merci pour cette belle description de la déambulation de Laurent Gaudé et pour le petit rappel 😉
    Nous partageons le même point de vue sur ce magnifique livre !

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.