Juliette Gréco

Merci Madame Juliette Gréco

@vagabondageautourdesoi
France, Paris, 1972

Qu’est-ce qu’elle a cette génération à abandonner la place en ce moment ? L’automne est à peine débarqué et déjà son lot de départ s’annonce lugubre et lancinant.

En 2011

Annie Cordy, la Tata Yoyo !

Michael Londsdale et son visage christique.

Piccoli s’est enfui au printemps et aujourd’hui, c’est la Juliette qui s’éloigne.

@vagabondageautourdesoi
Gréco et Piccoli à Rome

Juliette Gréco – Paris 2004

Lui, le casanier qui savait prendre soin des femmes, du moins de celles qui avec leurs failles aimer sa protection. Romy le savait bien. Il nous avait habitué à des rôles de petits salauds manipulateurs, lâches et étriqués. Et, avant de s’éclipser, Habemus papam est servi comme un pied de nez du vieillard redevenu enfant espiègle.

Jouannest fut celui qui réussit à garder la belle rebelle le plus longtemps, certainement entre les notes de son piano.

@vagabondageautourdesoi
Gréco avec Jouannest

Car, elle, le papillon, voletant au gré de ses envies et amours, libre comme une plume, apeurée et étonnée d’avoir été tant aimée et en redemandant encore et encore jamais satisfaite du manque de l’enfance.

@vagabondageautourdesoi
Juliette libre

Juliette Gréco et de sa voix feutrée, de ses rires de jeunes filles, de ses traits d’humour, le plus souvent caustiques, ce sont ses mains qui attiraient les regards. Se promenant partout, sur son corps d’abord, autour de son visage peint comme au théâtre No et d’un coup, ça partait au delà du micro et se mettait à tournoyer comme un ballet classique, là tout là-haut.

Sartre, Queneau, Vian, Lafforgue  devenu art populaire avec tant d’autres !

@vagabondageautourdesoi
Prévert et Gréco

si tu t’imagines
si tu t’imagines
fillette fillette
si tu t’imagines
xa va xa va xa
va durer toujours
la saison des za
saison des za
saison des amours
ce que tu te goures
fillette fillette
ce que tu te goure (…) Raymond Queneau

C’est évidemment nous qui vous disons merci, Madame Juliette Gréco !

Bric à brac

Comme une amie de mon enfance

 

13 commentaires

  1. Magnifique ode à Juliette qui s’en est allée vers les esprits. Je m’incline face à cet hommage que je n’ai pu faire de mon côté, à regret.
    Une pensée aussi pour Annie, Michael, Michel et aussi Manu et Christophe qui se sont éteints cette année. Quelle triste année 2020.

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :