Félix Fénéon

Félix Fénéon – Les temps nouveaux,

de Seurat à Matisse –

Musée de l’Orangerie

@vagabondageautourdesoi

A Paris, l’année 2019 restera l’année Félix Fénéon. Deux expositions sont proposées pour connaître tous les aspects de la personnalité complexe de cet homme à la fois critique d’art, découvreur de talent et féru de littérature.

@vagabondageautourdesoi
Masque – Bobo -Haulte Volta – Artiste inconnu

En 1920 en publiant un texte fondateur, Félix Fénéon a posé les bases du Musée du Quai Branly actuel en permettant aux « arts lointains » (terme inventé par lui et préféré à « art nègre ») d’entrer au Musée du Louvre.

L’ exposition du Quai Branly a rendu hommage au galeriste découvreur de talents qu’était Félix Fénéon, à la fois concernant les arts océaniens et africains mais aussi les artistes du néo-impressionniste jusqu’à Matisse.  Il s’est attaché à les faire connaître lorsqu’il était employé par la galerie Bernheim-Jeune et rédacteur de la « Revue blanche ».

Celle de l’Orangerie s’attache à montrer un Félix Fénéon en chroniqueur politiquement engagé, désireux de faire connaître les  talents de son époque et de les rendre accessible.

@vagabondageautourdesoi
Portrait de Félix Fénéon – Maximilien Luce – 1903

Le titre de l’exposition « Les Temps nouveaux » fait référence à une revue anarchiste fondée en 1895 qui tour à tour a pris le nom du « Révolté » ou de « La Révolte » qui a duré jusqu’au début de la première guerre mondiale avec Jean Grave, en rédacteur en chef. C’est autour de 1880 que se développe l’Anarchie révolutionnaire.

@vagabondageautourdesoi

Pour pallier le déficit budgétaire constant de la revue « Les Temps nouveaux », Jean Grave fait appel  à ses amis artistes. C’est en grande partie grâce à leur don d’argent ou d’œuvres que la survie matérielle du journal a été assurée. Néanmoins, Grave et Félix Fénéon  pensait sincèrement que l’art pouvait aider à la transformation de la société, en dénonçant la misère, en attaquant les institutions, pour préparer la venue de temps meilleurs.

Italien, Félix Fénéon arrive à Paris en 1881. Il a 20 ans. C’est l’époque de la 3ème république. Le premier gouvernement de Jules Ferry est installé depuis presque un an et déjà, l’enseignement devient obligatoire et gratuit pour tous et le principe de laïcité commence à s’affiner.

En même temps qu’une conscience ouvrière s’éveille, des groupes plus radicaux se sont rassemblés après la guerre de 70 et la Commune de Paris avec ses 30 000 parisiens tués par les troupes de Thiers.

Des groupuscules anarchistes se retrouvent. Deux points de vue s’affrontent, violence et / ou pacifisme. Félix Fénéon croyait au progrès scientifique qui aide au changement social pour combattre déterminisme et inégalités

@vagabondageautourdesoi
Jules Vallès – Mazas – 1894

Félix Fénéon commence alors, grâce à des amis écrivains, à écrire des petits textes qu’il fait paraître dans différentes revues. Champion des « nouvelles en trois lignes » , sortes de  » brèves », il s’impose rapidement dans le milieu de l’édition.

« Suicide. Un ouvrier saute du quatrième étage en laissant une veuve, trois orphelins et la fenêtre ouverte. »

« Mondier, 75 bis, rue des Martyrs, lisait au lit. Il mit le feu aux draps, et c’est à Lariboisière qu’il est maintenant couché. »

La mode est aux pseudo de toutes sortes. Impossible d’en comprendre la raison. Mallarmé et Apollinaire en étaient aussi férus. F.F (signature habituelle) en abuse aussi, des féminins ou masculins, au gré de son imagination.

@vagabondageautourdesoi
Au temps d’harmonie: l’âge d’or n’est pas dans le passé, il est dans l’avenir. 1896 – Paul Signac . Le peintre choisit de représenter l’anarchie comme un nouvel Age d’or, une ère de paix et d’harmonie. Conservée à la Mairie de Montreuil en Seine- Saint-Denis. Une mignature est présentée ici.

Fonctionnaire serviable et compétent pendant trente ans au ministère de la guerre, Félix Fénéon est perçu comme un employé modèle. C’est au début qu’il se crée une apparence physique proche du dandy que peindra Signac et sa manière lente et singulière de parler. Mais, son anarchisme le marginalise, alors qu’il lui permettait de développer de nombreuses amitiés dans le milieu culturel.

Cet homme froid, distant, excessivement raffiné, s’adresse donc à l’ouvrier, le tutoie.

@vagabondageautourdesoi
Portrait de Félix Fénéon – 1980 – Paul Signac

@vagabondageautourdesoi

Motif de kimono qui a sans doute inspiré Paul Signac.

En 1893, les services de police recensent 2 400 anarchistes, dont un tiers de membres actifs considérés comme dangereux.

@vagabondageautourdesoi

Le 4 avril 1894, Paris. En pleine instruction du procès d’Emile HENRY, une bombe explose au restaurant Foyot. L’écrivain libertaire Laurent Tailhade qui se trouvait là par hasard, perd un œil dans l’explosion. L’anarchiste Louis Matha sera soupçonné d’être l’auteur de l’attentat, mais aucune preuve ne pourra être retenue contre lui. Félix Fénéon aurait en fait, été l’auteur de cet attentat (qui ne sera jamais puni).

@vagabondageautourdesoi
Liste de l’état des anarchistes connus des services de la police au 31 décembre 1887

@vagabondageautourdesoi

Le procès s’ouvre le 6 août, vingt-neuf prévenus sont présentés pour « association de malfaiteurs » dont Fénéon. Ayant refusé de parler lors des interrogatoires préliminaires, il devient l’attraction avec son sens de la répartie. 

Si ce restaurant a été choisi, c’est évidemment parce qu’il passe pour le plus cossu du quartier, et que sa clientèle est essentiellement bourgeoise. Les anarchistes, le quartier étant désert, les sénateurs en vacances, y pouvaient préparer à loisir leur odieuse besogne. Et, en effet, ils ont eu le temps de placer leur engin, de l’assujettir, de le coiffer d’un pot de fleurs et de se retirer sans être inquiétés. La Dépêche.fr

Le milieu littéraire choisit de le soutenir largement. Son avocat dit de lui «  Ami sûr, fils modèle, cœur enthousiaste ». Le verdict est l’acquittement pour tous

De 1883 à 1893, Félix Fénéon s’inscrit dans la critique d’Art avec un style complétement différent de Mallarmé, de Baudelaire ou de Huymens. Il veut s’attacher « à rechercher la pensée derrière l’œuvre et en décrypter l’univers scientifique. Il entend rester objectif et mettre en valeur les artistes. « Isabelle Cahn (Conservatrice du Musée d’Orsay)

@vagabondageautourdesoi
Un dimanche à la Grande Jatte. Georges Seurat – 1884/1886

Peinte par Monet, Van Gogh ou Sisley, l’île de la Grande Jatte inspire à Seurat un de ses chefs d’oeuvre. Durant deux ans, il travaille à cette oeuvre en composant une trentaine de dessins et autant d’esquisses à l’huile. Sa technique du divisionnisme se perfectionne : en passant de la chimie à la peinture, la tehnique permet de juxtaposer des points de couleurs que l’oeil et le cerveau va fusionner. Un courant né issu des impressionnistes qu’on nomme Pointillisme, divisionniste et que Fénéon appelera néo-impressionniste.

@vagabondageautourdesoi

Le cercle chromatique est une représentation ordonnée des couleurs, utilisée en peinture, en teinturerie, en design industriel, en mode, en arts graphiques.

Fénéon rencontre Seurat par l’intermédiaire de Signac. Et, c’est grâce à ce dernier qu’il réunit des informations pour rédiger son manifeste. A la mort de Seurat, il organise la première rétrospective dans les locaux de la Revue Blanche en 1900.

@vagabondageautourdesoi
Le cirque -ESQUISSE – Georges Seurat – 1891

Avec Le cirque, Georges Seurat veut  faire un sujet social à partir d’une attraction populaire. La représentation des spectateurs illustre la diversité sociale.

@vagabondageautourdesoi
Concarneau. Pêche à la sardine. Paul Signac. 1888

L’amitié pour Signac fut durable et profonde pourtant ses deux caractères étaient opposés. Fénéon remarque ce jeune peintre de 26 ans au Salon des indépendants de 1884. Il présente une première biographie dans son « Les hommes d’aujourd’hui ». Signac est tellement ému de la justesse du propos  qu’il décide de le peindre. C’est le portrait qui figure au début.  Fénéon lui organise une première exposition en 1907 à la galerie Bernheim-Jeune.

@vagabondageautourdesoi
Un dimanche. Paul Signac 1888

«Le peintre anarchiste n’est pas celui qui représentera des tableaux anarchistes, mais celui qui, sans souci de lucre, sans désir de récompense, luttera de toute son individualité contre les conventions bourgeoises et officielles par un apport personnel. Le sujet n’est rien ou, du moins,qu’une partie de l’œuvre, pas plus important que les autres éléments, couleurs,dessin, composition… Quand l’œil sera éduqué, le peuple verra autre chose que le sujet dans les tableaux, quand la société que nous rêvons existera, quand, débarrassé des exploiteurs qui l’abrutissent, le travailleur aura le temps de penser et de s’instruire, il appréciera toute les diverses qualités de l’œuvre d’art.» Signac – 1891 – Les temps nouveaux

@vagabondageautourdesoi
Détails d’Un dimanche de Paul Signac

Ce tableau « Un dimanche » est d’une force incontestable tant elle évoque l’ennui et l’enfermement.

Félix Fénéon est réputé pour avoir une vision décloisonné de l’art et une curiosité intellectuelle rare. Ses goûts le portent vers l’estampe japonaise, puis vers les arts africains et océaniens en lien direct avec les premiers marchands. Il a constitué l’une des plus belle collection d’Art Africain. Paul Guillaume inaugurera sa première galerie en 1914. Guillaume Apollinaire commence aussi une belle collection.

@vagabondageautourdesoi
Caricature de Félix Fénéon – Toulouse-Lautrec –

@vagabondageautourdesoi
Portrait de Jeanne Hébuterne – Modigliani – 1918

Pour moi, cet accrochage est une révélation. L’attrait pour les arts océaniens et africains fait que la similitude de représentation entre les oeuvres réalisées pendant cette période est flagrante !

A partir de 1907, Félix Fénéon organise plusieurs exposition à la galerie où figurent plusieurs tableaux de Matisse. Une première rétrospective est organisé avec plus de 7à oeuvres en 1910.

@vagabondageautourdesoi
Intérieur à la fillette – La lecture- Henri Matisse – 1906/1907

Félix Fénéon quitte son travail au ministère pour devenir rédacteur dans La Revue Blanche.

« Après ce premier groupe d’artistes rattachés au néo-impressionnisme, on distingue aux Temps nouveaux des artistes proches de la Revue blanche, revue littéraire favorable aux idées libertaires dont Félix Fénéon fut le conseiller littéraire de 1894 à1903. N’oublions pas que c’est dans cette revue que Paul Adam a écrit en 1892 au sujet de Ravachol, l’auteur d’attentats: «Un saint nous est né.» Je vous cite quelques noms parmi ces artistes anarchistes de cœur: Van Dongen, Vallotton, Roussel, Roubille, Maurin, Kupka. Leur style moderniste, souvent d’avant-garde, ne cache en rien leur révolte contre la société bourgeoise ». Aline Dardel

Son influence auprès des écrivains fut très importante: Il contribue à faire connaître Stéphane Mallarmé, Arthur Rimbaud, Guillaume Appolinaire, Jules Laforgues et même Jean Pailhan.

@vagabondageautourdesoi
La lecture – Théo Van-Rysselberghe – 1903

Dans ce tableau le peintre représente son ami, Emile Verhaeren,  dans son appartement de Saint-Cloud entrain de lire à ses amis des passages de son dernier livre. Gide est là la tête appuyé sur son bras et Maurice Maeterlinck, les yeux dans le vague. Fénéon est accoudé à la cheminée. Mais, c’est un montage du peintre pour représenter les personnes importantes qui fréquentent son salon car ses illustres amis n’appartiennent pas au même groupe de visiteurs.

Plus tard, le 25 novembre 1938, dans une émission sur Radio Paris, Thadée Natanson explique « ce que fut La Revue blanche », « dévouée aux Impressionnistes, encore plus qu’au symbolisme. Révérant à la fois Zola et Mallarmé, Rousseau et Stirner, personne plus que Stendhal. Tolstoïenne, dreyfusarde, naturellement ; curieuse et respectueuse de la Commune, ardente contre les bagnes, surtout les bagnes militaires ; allant jusqu’à faire campagne avec Victor Barrucand pour le “pain gratuit” ». On y côtoyait Jarry, Léon Blum, Oscar Wilde, Gide, Valéry, Apollinaire, les peintres Bonnard, Vuillard, Toulouse-Lautrec, Vallotton, Van Dongen… Paris-luttes.info 

Une exposition des futuristes italiens à Paris en 1912 est organisée par Fénéon qui leur ouvre les portes de sa galerie alors qu’ils sont décriés en Italie.

Cette dernière piéce de l’exposition est étonnante car ce fut une belle découverte.

@vagabondageautourdesoi
La révolte – Luigi Russolo – 1911

En 1924, Félix Fénéon se retire en continuant à collectionner. « Il y avait des tableaux partout, même dans un couloir étroit où il était impossible de,les voir alors que d’autres étaient empilés les uns sur les autres dans une pièce vide de tout meuble ». John Rewald

Peu de temps après sa mort, sa collection sera complétement vendue et dispersée par Drouot. Néanmoins, le public comprend  l’importance de cet homme pour l’art d’Avant-Garde qui souhaitait par dessus tout « s’effacer derrière l’oeuvre ».

@vagabondageautourdesoi

Photographies de vagabondageautourdesoi.com

Sources :

Conférence autour de l’exposition L’Art social à la Belle Epoque 14 janvier 2006 – Abbaye Saint-Germain – Auxerre. Les illustrateurs des Temps nouveaux. Aline Dardel -Historienne d’Art

France Culture :

Questions pratiques :

Musée de l’Orangerie@vagabondageautourdesoi

Exposition d’octobre 2019 au 27 janvier 2020

Commissaires
Isabelle Cahn, conservatrice générale au Musée d’Orsay
Philippe Peltier, conservateur au musée du Quai Branly-Jacques Chirac

Cette exposition est organisée par les musées d’Orsay et de l’Orangerie, Paris, le musée du Quai Branly-Jacques Chirac, Paris et The Museum of Modern Art, New York.

Elle sera présentée au MoMa de 22 mars au 25 juillet 2020 sous le titre « L’anarchiste et l’avant garde, de Seurat à Matisse et au-delà« .

 Musée du Quai Branly – Jacques Chirac, du 28 mai au 29 septembre 2019.

17 commentaires

    • Bonsoir, Oui malgré son physique très dandy, Félix Fénéon semblait être quelqu’un de très discret qui souhaitait faire connaître ses coups de cœur pour le plus grand nombre. Bonne soirée

    • Oui je connaissais certains tableaux . J’ ai été impressionnée par les futuristes italiens ….D’ ailleurs, je me suis aperçue que je n’en avais photographié qu’un seul …tellement qu’ ils m’ ont captivé. Bonne fête de fin d’ année

  1. Bonjour Matatoune. Je je ne connaissais pas du tout Fénéon. J’aime son côté « puiseur de merveilles »moins son côté anarchiste, auteur présumé d’attentat.

  2. quel beau voyage! je ne connaissais pas Fénéon (mes notions en peintures sont limitées mais j’essaie de me perfectionner!)
    j’aime beaucoup Seurat, je connais un peu moins Signac
    joyeuses fêtes 🙂 🙂

  3. Il n’a jamais aimé être mis en lumière, eh bien il l’a merveilleusement été au travers de deux belles expositions qui ont permis de mieux l’aborder et le connaître. Non seulement il fut passionné par l’art, mais il s’est révélé être un excellent conseillé dans ce domaine. Sans oublier qu’il fut (entre autres casquettes) galériste, marchand d’art et un grand collectionneur . Un homme de goût et de convictions assurément. En tous les cas, merci pour ce très bel article, fort bien illustré. Passez de très belles fêtes de Noël Tatoune 🙂

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.