Les inequitables – Philippe Djian

Diana promène son mal être comme sa jambe atrophiée: avec une béquille! Celle-ci, c’est Marc, son beau-frère, qui la lui procure. Toujours présent et prenant soin d’elle au jour le jour depuis le décès de son mari. Cet événement lui procure encore des idées de suicide malgré le temps qui passe! « Les inéquitables », le nouveau roman de Philippe Djian permet de cheminer à leurs côtés.

De plus, trois sacs de drogue retrouvés par hasard sur la plage font que le roman devient polar avec une brute sensible, une femme sensuelle et une autre infirme évoluant tous en eaux troubles, comme le temps de Biarritz, un lieu encore près de l’eau. Djian, « Of course ! »

Ce roman parle aussi des femmes, de celles qui sont abimées et brutalisées par la violence des hommes. Elles sont magnifiquement décrites par l’auteur ! Et, le portrait de Diana n’y échappe pas. Ayant réussi à surmonter les horreurs qu’elles ont vécus, elle n’en demeurent pas moins déterminées et sensibles! Et, Marc devient le double de l’auteur pour les protéger.

Avec cet auteur, pas de description exhaustive ! Djian sait garder de grandes zones d’ombre qui permet aux lecteurs de faire vivre les personnages en toute autonomie ! Quelle est la profession de Marc ? Quelles sont les activités illicites dans lesquels d’autres personnages vont tenter de le faire plonger ? Comment le mari est-il décédé? Etc. Chacun aura ses réponses !

C’est un style brut, sans fioriture, sans ponctuation inutile, que nous offre encore une fois Philippe Djian ! Le titre nous rappelle que le monde n’est jamais juste mais que nos actions, même si elles flirtent avec l’illégalité (et Djian aime être borderline), tentent à en rétablir un pseudo-équilibre dont il faut profiter rapidement, car on ne sait ce que sera l’Après ! Alors, goûtons notre plaisir avec ce court roman qui parle encore et toujours d’amour, d’amitié, en fait de tranches de vie !

A l’aube – Philippe Djian

vagabondageautourdesoi-alaube-wordpress-1070280


cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

C’était rassurant quelquefois de tomber sur des gens qui avaient des principes, faisait preuve de savoir-vivre, qui pouvait vous faire sentir combien la vie pourrait être facile, attirante, délectable même, si l’on y mettait les formes.

-elle se retenait parfois de la frapper avec sa canne, mais la jambe n’était pas coupable de ce gâchis, la jambe n’aurait pas compris.

Un silence aigu se mit à siffler aux oreilles de Marc et dans la décision son sexe se recroquevilla, se réduisit à rien, tandis que Diana baissait la tête, effleurant d’une main indécise l’anse du panier en osier.

Une chose était de l’accepter, une autre de l’approuver.

L’indicible fraîcheur qui sauvait un homme de la tourmente.

Il fallait qu’il s’occupe les mains afin de se libérer l’esprit.

Les femmes avaient quand-même le don, elles avaient l’instinct, pas besoin de les briefer pendant des heures, songeait-il, elles savent reconnaître un homme blessé.

… il donna un nom de femme à chacune des bûches qui se consumait devant lui et il les accompagna l’une après l’autre, jusqu’au bout, dans leur lumière, dans leur splendeur, dans leur infinie puissance, dans leur agonie triomphante.

Les femmes avaient quand-même le don, elles avaient l’instinct, pas besoin de les briefer pendant des heures, songeait-il, elles savent reconnaître un homme blessé.

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

Les inéquitables- Philippe Djian

Éditeur Gallimard- Collection Blanche

Parution : 18 avril 2019

ISBN : 2070143228

Lecture : Fin avril 2019

18 commentaires

  1. génial de découvrir de nouveaux blogs comme le vôtre, j’aime lire mais j’avoue que je suis déconnectée depuis quelques mois mais vous m’avez donné envie de m’y remettre!
    belle journée et je me suis abonnée!

    • Ravie de vous avoir redonné le goût de lire …Plaisir indispensable à la vie ! Pour l’abonnement, je ne vois pas le retour ? Si cela ne fonctionne pas par email (déjà signalé à WordPress), il faut passer par WordPress directement. Bonne journée

  2. On sent la fan de Djian. Ces derniers temps, je n’ai pas toujours aimé ce qu’il a écrit mais je pense que je lirai tout de même celui-ci.

    • J’ai relu tes chroniques sur Marlène et A l’aube sur ton blog ( » le blog de Krol » ). Pour les mêmes raisons qui te font émettre des réserves moi j’aime! J’adore cette façon de laisser le lecteur suivre un chemin qu’il croit découvrir par lui-même alors qu’il est manipulé du début à la fin . Et, dans A l’aube, ce personnage de prostituée qui aurait dû me révolter m’a littéralement subjuguée ! Idem dans celui-ci , mais je n’en dis pas plus ! J’avais été fan il y a longtemps et lorsque je l’ai de nouveau lu ces derniers temps, j’avais peur de ne pas retrouver mon attirance d’alors… comme quelque fois! C’est un plaisir différent mais, je ne peux le cacher, un vrai moment de plaisir de lecture ! Alors, j’attends avec impatience ta chronique !

    • J’avais fait moi aussi l’impasse ! Mais , A l’aube et celui-ci m’ont permis de renouer avec cet auteur, que j’apprécie ! Très bonne journée, aussi !

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.