Toutânkhamon – La renaissance – Halle de la Villette –

L’exposition « Toutânkhamon, le Trésor du Pharaon » célèbre, à la halle de la Villette, le centenaire de la découverte du tombeau royal de Toutânkhamon dans la Vallée des Rois par l’archéologue britannique Howard Carter, le 4 novembre 1922. Cette partie est consacrée à la renaissance du pharaon après sa mort. La première racontait son passage et la dernière son immortalité.

Plan du tombeau

Les égyptiens pensaient que tout individu se composait de sept éléments: le corps, le nom, shout (ombre), le cœur, l’akh, le ba et le ka. Les termes de Akh, Ba et Ka désignent les composantes de la partie spirituelle des hommes.

Le est l’énergie de communication, de transformation et de déplacement de chaque personne. Il est représenté avec un oiseau à tête humaine. Son visage est celui de la personne décédée. Le jour, il peut quitter le tombeau et s’envoler, invisible, vers le monde des vivants. Et à chaque nuit, il revient au tombeau pour s’unir de nouveau à la momie.

Le réside dans la momie en se tenant immobile, étroitement enveloppé de bandelettes. Le mot appartient a une racine qui signifie ‘nourriture » et dont le hiéroglyphe s’écrit à l’aide de deux bras levés. A l’opposé du Ba, élément dynamique, la Ka représente un élément statique. Celui royal de Toutânkhamon résidait aussi dans ses statues. Sa subsistance est assurée par la nourriture et les prières que les prêtres récitaient.

Représentation de la religion de l’Égypte ancienne- Musée canadien de l’histoire

Akh (puissance vitale) est souvent traduit par « transfiguré » faute de mieux. Ce mot est apparenté à une racine égyptienne qui signifie « lumineux » ou « utile ». Pour matérialiser cette idée on utilisait le hiéroglyphe représentant un ibis à aigrette dont le plumage vert foncé avait des reflets métalliques. Ce principe lumineux et immortel faisait partie des éléments invisibles de la personnalité. Il est lié au principe de puissance créatrice utilisé en magie.

Dans l’Égypte ancienne, la mort représente un passage vers autre chose. Après la mort, l’Akh trouve sa place dans le ciel tandis que le Ka et le Ba ont encore besoin de l’enveloppe corporelle (le djet) pour y retourner chaque nuit. C’est la raison pour laquelle ce dernier est conservé grâce à l’embaumement après la mort .

Après 70 jours, la momie est prête. Elle est transportée du lieu d’embaumement vers un hypogée (tombe souterraine creusée dans le roc de la montagne thébaine), sur un bateau.

Reproduction de bateau sans mât en bois peint utilisé par Toutânkhamon pour voyager et comportant une cabine à deux étages et deux pagaies.

Viens donc, entre par cette porte de cette salle des dieux Maâts, puisque tu nous connais.

Formule 125 – Livre des morts

Eventail dit de la « chasse à l’autruche » en bois doré. Toutânkhamon s’illustrait, semble-t-il, à cette pratique.

Toutânkamon devait être bien équipé pour déjouer les maléfices de toutes sortes et repousser les démons et les animaux surnaturels du monde des morts pour entrer dans l’éternité, Dieu lui-même reconnu.

Massue de cérémonie en bois doré
Toutânkhamon – Dompteur de lions

Toutânkhamon porte la couronne royale à plume, l’Adef, et tient la queue de deux lions. Le lion, comme animal surnaturel le plus puissant des animaux, représente les forces du désert qui entoure l’Égypte. Ainsi en affichant ainsi sa force sur les animaux, le pharaon témoigne de sa capacité à régner sur son pays.

Bouclier cérémonial en bois représentant le roi sous les traits du Sphinx piétinant les ennemis nubiens.
Détail du bouclier
Arc, carquois et flèches
Boomerangs –

les boomerangs (même si ceux-ci ne peuvent revenir au lanceur) étaient présents pour permettre au pharaon de pouvoir dans l’au-delà y jouer encore. Mais, aussi pour que le roi puisse combattre les forces du mal qu’il pourrait rencontrer. Les boomerangs servaient à chasser les oiseaux dans les marécages.

Statuette en bois doré de Toutâmkhamon chevauchant une panthère noire vernie

La capacité du roi à dominer la panthère lui permettra d’être transporté en lieu sûr dans les méandres des ténèbres du royaume des morts.

Détail de la statuette

Les anciens égyptiens écrivaient des prières et des formules sur des rouleaux de papyrus, sur les parois des tombeaux et sur les murs du sarcophage. Ces formules avaient pour but de guider aussi le défunt dans le monde des morts. Le pouvoir de ces formules protégeait aussi le pharaon du mal.

Figurine prostrée et chaîne en or

La minuscule figurine d’Amenhotep III, grand-père de Toutânkhamon, assure sa protection.

Poursuis ta route et puisses-tu être aussi puissant qu’un Dieu, toi qui succède à Osiris.

Formule 422. Textes des Pyramides

Photos de@vagabondageautourdesoi.com

Partie I : Toutânkhamon – Le passage

Partie III : Toutânkhamon – L’immortalité

Sources :

Blog Histoire Géo

Dossier pédagogique de l’exposition

Questions pratiques

Du 23 mars au 15 septembre 2019

Toutânkhamon-Le trésor du pharaon

Halle de la Villette – Paris

10 commentaires

    • Oui, je pense que c’est une expo incontournable en ce moment. Il faudra attendre que tous ses objets reviennent au Musée égyptien qui va bientôt ouvrir pour les voir … Merci ! Bon WE

Un petit mot ...