Mickaël Jackson on the wall – Grand Palais

Le Grand Palais se met aux couleurs de la Pop musique en proposant une exposition sur Mickaël Jackson et son influence culturelle au XXè siècle. Quand je dis Pop, il faudrait que j’ajoute disco, funk, hip-hop, RnB, rock, hard rock, soul, urban, etc. Et, quand je parle de son talent de musicien, il faut que j’ajoute aussi chanteur, danseur, compositeur, producteur, acteur, chorégraphe. « The King of Pop » ( 1958- 2009) est donc redescendu à Paris où son impact sur les artistes contemporains est exposé.

A Mickaël Jackson Alphabet – Donald Urquhart (1963 ) Grande Bretagne

Premier artiste noir à acquérir une renommée internationale, Mickaël Jackson a influencé la musique, la danse, clip vidéo et cinéma et mode. Le Grand Palais nous les présente et plus particulièrement son influence sur la création contemporaine à partir de 1980.

P.Y.T – 2009 – Appau Junio Boakye-Yiadom (1984) Grande-Bretagne

Cette installation reprend la figure « Freeze » où Mickaël Jackson se tient en équilibre sur ses pointes des orteils. Le dégonflement régulier des ballons et leur emplacement invite à prendre conscience du travail nécessaire de l’artiste pour se tenir toujours au top de son art, comme le souhaite le public.

Le parcours est construit suivant un double axe : chronologique et thématique et témoigne de l’aspect esthétique, culturel, social et politique suscité chez les artistes.

VIA – 2018 – Vidéo – Raphaëlle Delaunay (1976) – France- Jacques Gamblin (1957) France

Raphaëlle Delaunay introduit dans sa chorégraphie sur la « Marche pour la cérémonie des turcs » de Lully avec les mouvements de Mickaël Jackson.

Michael Jackson – Billie Jean (30th Anniversary Celebration)
Dara Birnbaum – MJ 1987- The way you make me feel – 2017 –

Dora Birnbaum a travaillé à partir de polaroids de la prestation de l’artiste sur sa chanson. Sa silhouette, un doigt pointé ou un claquement et d’autres choses exprimaient la particularité de Mickaël Jackson.

Mickaël Jackson Rolling Stone (2017) – Graham Dolphin (1972) Grande-Bretagne
Untitled – 1984- Keith Haring – (1958-1990) Etats-Unis
Mickaël Jackson – 1984 – Andy Warhol (1928-1987) États-Unis
Poupée (Mickaël Jackson dans le costume des Grammy Awards) 1984 –
Who’s bad ? – 1984- Faith Ringgold (1930) États-Unis

L’œuvre représente Mickaël Jackson dans une allée New-Yorkaise du clip réalisé par Martin Scorsese en 1987 pour le film Bad. En encadrant son tableau des noms de Mickaël Jackson, Rosa Park, Martin Luther King, Nelson Mandela ou Malcom X, Faith Ringgold dénonce les discriminations raciales.

Dancing on the air – 1989 – Emma Amos – (1938) États-Unis
Cosmic speakers – 2015 – Todd Gray – (1954) États-Unis

Todd Gray superpose des clichés de Mickaël Jackson avec des documentaires du Ghana. Il commença à travailler pour l’artiste à partir de 1974 et fut son photographe officiel de 1979 à 1983.

Michael – 2002 – Gary Hume ( 1962) Grande Bretagne
The king of Pop – 1998/2018 – Mark Ryden – (1963) États-Unis
La béatification- 2004-DavidLaChapelle-(1963)
Archange- 2004-DavidLaChapelle-(1963)
Looking (2015)- Sam Lipp – (1989)
Wind – 2009 – Isa Genzken – (1948) Allemagne
The first and the lastof the modernists (2010)- Lorraine O’Grady – (1963)
Mickaël Jackson in Paris

Mickaël Jackson in the wall- Grand Palais

Novembre 2018 – 14 février 2019

10 commentaires

    • Oui, et heureusement qu’elle est finie car je pense qu’avec les nouvelles révélations concernant ses agressions sexuelles sur mineurs cela aurait été difficile d’apprécier ce qui était organisé ! Bonne semaine

  1. Merci beaucoup Tatoune pour ce très bel article, fort bien documenté, sur un artiste hyper talentueux et en effet, inoubliable. J’ai beaucoup aimé !

Un petit mot ...