Sérotonine – Michel Houellebecq

Une remarque de mon libraire m’a quelque peu énervée : « Comment parler d’un écrivain dont on ne connait pas l’écriture ?  » Pas faux ! Alors, j’ai acheté le livre, premier des ventes en ce début d’année 2019, « Sérotonine » de Michel Houellebecq.

Et, j’avoue avoir été surprise, très surprise par son écriture, fluide, agréable, très facile à lire ! Je m’y suis donc plongée ! J’ai souvent souri aux traits de certaines réparties…

Michel Houellebecq choisit de nous présenter la vie de Florent-Claude Labrouste, ingénieur agronome, au moment de ses vacances avec sa femme. Mais, Florent – Claude décide de la quitter. Et, pour absorber le choc de cette séparation volontaire, il va s’aider des pilules du bonheur prescrites par un médecin, se trouver un hôtel avec, encore, des chambres fumeurs, un resto-cantine à deux pas de là, etc. De chambre d’hôtel à une maison d’hôtes d’un de ses amis, Florent – Claude partage ses réflexions, sa vie, tout !

Seulement, voilà, Florent- Claude est un personnage houellebecquien ! Désespéré et dépressif ! Alors, plus blasé que lui, tu dois mourir ! Et, pourtant par rapport à ce héros de pacotille, il y a la vraie mélancolie, profonde, cruelle tellement elle fait souffrir et plombe tout quotidien !

Florent – Claude n’est pas ce genre d’individu ! Nombriliste par manque d’ouverture à l’autre, aigri d’être trop seul et sans affection, fantasmant sur une femme rencontrée quelques minutes dans une station d’essence comme un adolescent, remettant en cause toute son existence sur ce rêve, terriblement désabusé de regarder le monde derrière ses lunettes noires plutôt que de vivre sa vie, il promène son spleen comme un chien accompagnant son maître, sans distance ni recul.

Il lasse le Florent – Claude avec ses clichés misogynes et homophobes, ses descriptions de vidéos de pédophilie et sa zoophilie comme un blason pour prouver sa modernité…Et, puis ses placements de produits, ses odes aux hangars de la consommation et sa chambre d’hôtel d’un trois étoiles ne m’ont pas fait rêver !

Alors, j’ai posé le livre et j’ai décidé de le laisser … Pourtant, il a une sacré plume, le Houellebecq !

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

Enfin je m’égare, revenons à mon sujet qui est moi, ce n’est pas qu’il soit spécialement intéressant, mais c’est mon sujet.

De ma chambre on avait directement vue sur l’hôtel Novotel, situé à moins d’une encablure, et au-delà sur la majeure partie de Paris, mais cette vue ne m’intéressait pas, je laissais constamment les doubles rideaux fermés, non seulement je détestais le quartier Beaugrenelle mais je détestais Paris, cette ville infestée de bourgeois écoresponsables me répugnait, j’étais peut-être un bourgeois moi aussi mais je n’étais pas écoresponsable, je roulais en 4×4 diesel – je n’aurais peut-être pas fait grand-chose de bien dans ma vie, mais au moins j’aurai contribué à détruire la planète – et je sabotais systématiquement le programme de tri sélectif mis en œuvre par le syndic de l’immeuble en balançant les bouteilles de vin vides dans la poubelle réservée aux papiers et emballages, les déchets périssables dans le bac de collecte du verre. Je m’enorgueillissais quelque peu de mon absence de civisme, mais aussi je tirais une mesquine vengeance du montant indécent du loyer et des charges[.]

C’est un petit comprimé blanc, ovale, sécable.
Vers cinq heures du matin ou parfois six je me réveille, le besoin est à son comble, c’est le moment le plus douloureux de ma journée. Mon premier geste est de mettre en route la cafetière électrique ; la veille, j’ai rempli le réservoir d’eau et le filtre de café moulu (en général du Malongo, je suis resté assez exigeant sur le café). Je n’allume pas de cigarette avant d’avoir bu une première gorgée ; c’est une contrainte que je m’impose, c’est un succès quotidien qui est devenu ma principale source de fierté (il faut avouer ceci dit que le fonctionnement des cafetières électriques est rapide). Le soulagement que m’apporte la première bouffée est immédiat, d’une violence stupéfiante. La nicotine est une drogue parfaite, une drogue simple et dure, qui n’apporte aucune joie, qui se définit entièrement par le manque, et par la cessation du manque.
Quelques minutes plus tard, après deux ou trois cigarettes, je prends un comprimé de Captorix avec un quart de verre d’eau minérale – en général de la Volvic.
J’ai quarante-six ans, je m’appelle Florent-Claude Labrouste et je déteste mon prénom .

Plus spécifiquement, la sérotonine était une hormone liée à l’estime de soi, à la reconnaissance obtenue au sein du groupe. Mais par ailleurs elle était essentiellement fabriquée au niveau de l’intestin, et on signalait son existence chez de très nombreuses créatures vivantes, y compris les amibes. De quelle estime de soi pouvaient bien se prévaloir les amibes ? De quelle reconnaissance au sein du groupe ? La conclusion qui se dégageait peu à peu, c’est que l’art médical demeurait en ces matières confus et approximatif, et que les antidépresseurs faisaient partie de ces nombreux médicaments qui fonctionnent (ou pas) sans que l’on sache exactement pourquoi.

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

Sérotonine – Michel Houllebecq

Éditeur : Flammarion

Parution : 4 janvier 2019

ISBN : ISBN : 2081471752

Lecture : Janvier 2019

12 commentaires

  1. Quoi que l’on puisse dire sur Houellebecq c’est un écrivain que j’aime beaucoup lire parce qu’il est vraiment  » à part  » , direct même s’il choque, et à la fois on sent l’hyper sensible, l’écorché vif, ce qui le rend presque touchant malgré sa froideur et le cynisme de sa plume. Merci beaucoup Tatoune 🙂

    • Merci mais je ne comprends pas pourquoi ! Ah la technique … Espère que cela va rentrer dans l’ordre ! Bonne soirée, Renée

  2. Bonjour Matatoune. Merci pour ton ressenti et ces extraits qui ne m’incitent pas à le lire. Pour mes newsletters personne ne m’a signalé de problème. Je te vois parmi mes abonnés. C’est yahoo qui doit bloquer… Bonne journée

    • De rien ! D’autres beaux moments de lecture nous attendent ! Bonne fin de journée.

    • Sans bp m’avancer, je pense que tu as raison …Cela ne devrait pas te plaire . Bonne fin de journée

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.