D’argent et de sang – Fabrice Arfi

 

vagabondageautourdesoi -dargentetdesang-wordpress-

La rencontre est  improbable :  Un fils de « bonne famille » du  16ème arrondissement,  Arnaud Mitran, un golden-boy au charme fou, s’accoquine avec deux petits loubars de Belleville, issus de la vague d’immigration juive de Tunisie des années 60, Marco Mouly et Samy Souied,  pour monter une escroquerie extra-ordinaire.

Imaginez une escroquerie de près de 1,6 milliard d’euros à partir  de ce qu’on a appelé « le droit à polluer », la fameuse « taxe carbone »! Le plus gros échec écologique d’un état préoccupé mais légèrement amateur !

Pour limiter l’émission des gaz à effets de serre, l’État français crée en 2007 un quotas carbone pour chaque entreprise afin de calculer leur impact pollution.   Si certaines entreprises dépassent leur quotas, elles peuvent acheter à celles, qui sont en dessous, une sorte d’avoir pour arriver à respecter leur norme. Une bonne idée en somme : la solidarité des entreprises pour le bienfait de l’humanité !

Pour plus d’efficacité, l’État décide, dans sa grande générosité, d’appliquer le quotas carbone à toutes les entreprises, quelle soit polluante ou non, sans mettre en place de contrôle éventuel. Quand on a une bonne idée, autant en faire profiter tout le monde !

Pour inciter encore plus les entreprises à jouer le jeu, l’État français se charge d’avancer la TVA à chaque transaction… Et, voilà, la porte est ouverte pour une arnaque aisée et simple, sans trace pendant quelques mois.  Ce procédé est connu par les petits malfrats depuis longtemps.

Pour la taxe carbone, c’est le casse du 21ème siècle ! Un casse sans violence avec presque l’accord  du Crédit foncier puisque la banque s’est bien aperçue des détournements et a averti de qui de droit, mais, il faudra du temps, beaucoup de temps … Nos trois compères détourne quand-même 283 millions d’euros.

Mais le casse du siècle va flirter dangereusement avec le monde du grand banditisme! Fabrice Arfi démontre comment l’ancien trader, acculé par des dépenses aux tables de jeu et  dans les hippodromes, contracte des dettes énormes. Condamné en appel en 2017 pour séquestration et enlèvement, d’autres procès sont en cours…

Ça c’est la partie visible de l’iceberg ! Car Fabrice Arfi démontre des liens avec des crimes non encore élucidés mais aussi des liens plus troubles avec des policiers de haut-rang et des membres de la politique française mais aussi mondiale.

Arnaud Mitan est un vrai joueur capable de jouer sa vie à la roulette russe. On pourrait éprouver une certaine fascination pour ce genre d’individu, si, comme Robin des Bois, il volait aux riches pour donner aux pauvres. Fabrice Arfi nous met en garde : aucun combat politique. Rien que de l’enrichissement personnel !

D’un émail reçu, l’auteur s’est vu embarquer dans une enquête qui a duré plusieurs années et pour laquelle il a fait paraitre un certain nombre d’articles dans Médiapart, son journal employeur. Enfant des années 80, Fabrice Arfi fait voyager pendant ce « roman vrai » de film en film, de « Wall Street » au « Grand Pardon » en passant par « Heat ».

Ce qui commence comme un thriller politico-judiciaire qu’on dévore avec plaisir, se transforme vite en un affreux sentiment de dégoût lorsque l’on saisit qu’il ne s’agit pas d’une fiction mais de la réalité jugée et reconnue. En recherchant sur internet au fil des pages à connaître les visages, à relire les articles des journaux qui ont couverts les procès, j’ai mesuré combien j’étais loin du polar !

Fabrice Arfi conclue que, « en prison ou dehors, ‘ils restent encore insaisissables ». Et, le malaise est bien là!

Par cet essai clair et argumenté, Fabrice Arfi nous emmène dans le monde de l’arnaque de grande ampleur. Comme indiqué, lire ce « roman vrai » ressemble à un polar, même si rapidement, on se sent genre « dindon de la farce ». Mais, rencontrer l’auteur au cours de sa présentation à la librairie Folie d’Encre d’Aulnay, fut aussi un excellent moment car, bigre, qu’est-ce qu’il raconte bien ce journaliste ?

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877bLe Brooklyn de Saoud et Moult, c’est Belleville. Un royaume familial et communautaire, leur territoire puis la cage qu’ils rêvent de quitter pour des horizons plus dorés. Sans diplôme ni piston, ils vont adopter une vie hors la loi, épouser une existence Impatiente et inquiète. Avec la vanité de ceux qui n’ont pour le moment pas grand-chose d’autre à partager que leurs rêves, ils savent qu’un jour ils auront tout pour eux.

Pour s’en sortir, Marco a juré sur procès-verbal : » Je ne mettrais jamais un costume avec des Timberland. »

Il n’y a rien de pyramidal dans ce système, même si Samy affirme de plus en plus une autorité naturelle. Il s’agit plutôt d’une nuée d’archipels dont les intérêts propres convergent, puis divergent, convergent à nouveau, etc.

Une fois, le procureur présent à l’audience, Patrice Amar, lui rétorque :  » Peut-être que vous ne savez ni lire ni écrire, mais vous savez compter. »
Marco Mouly n’a pu réprimer un sourire.

Et, à chaque nouveau marché, les escrocs guettent.

D’un côté, il y a l’enfant des faubourgs qui est devenu millionnaire à force d’escroqueries et peut désormais rêver de la responsabilité qu’apporte l’argent. De l’autre, le gamin privilégié qui, a trop avoir tout pour lui, frôle les lignes rouges, attiré par les sueurs froides. Et, pour tous les deux, il existe cette même malédiction du jeu qui transforme ses adeptes en esclaves consentants d’où qu’ils viennent, d’en haut ou d’en bas de l’échelle.

Comme l’écriront des juges spécialistes de l’arnaque ,  » la marge commerciale est alors gracieusement fourni par l’État . »

Voilà la vérité, je la crois telle, de ce dossier: la gloire des escrocs n’aurait rien été dans la déraison de l’État qui, par arrogance, enfermement idéologique et mépris de ses plus vaillants serviteurs, a perdu un peu de ce qui doit pourtant le tenir , Son honneur.

a noter

vagabondageautourdesoi -dargentetdesang-wordpress-20181024

vagabondageautourdesoi -dargentetdesang-wordpress-20181024_ (2)

vagabondageautourdesoi -dargentetdesang-wordpress-20181024_

D’argent et de sang- Fabrice Arfi

Le vrai roman de la mafia du CO2

Éditeur ; Seuil

Parution: Septembre 2018

ISBN : 978202135444X

Lecture : Octobre 2018

4 commentaires

  1. j’ai suivi « l’affaire » de loin, cela me paraissait complexe et surtout révoltant!
    alors, si le livre explique bien pourquoi pas 🙂

Un petit mot ...