La rivière de l’oubli – Cai Jun

vagabondageautourdesoi-larivièredeloubli-wordpress-1220180817En 1995, un jeune et brillant professeur de lycée est assassiné. Avant, celui-ci menait une vie tranquille, un beau mariage à venir, des compétences reconnues. Mais, avec le meurtre d’une de ses brillantes et belles élèves et l’enquête qui l’a soupçonné un temps, sa vie est devenue un cauchemar. Il perd sa fiancé, son emploi et son logement. Croyant que son censeur est le véritable assassin de la jeune fille, il le poignarde peu avant d’être assassiné.

Puis, le récit reprend en 2004. On retrouve la fiancé qui est mariée à un autre mais est toujours dans l’enseignement. Lors d’une inspection, elle découvre un enfant qui connait par cœur le vers d’un poète que son brillant professeur et amoureux lui avait laissé.

L’intrigue est posée ! Sauf que ce récit se passe en Chine et décrit une culture que j’ai découverte tout au long du roman en nous menant gentiment à accepter le principe de réincarnation, outil peut-être d’une vengeance diabolique. C’est pas le plus drôle des paradoxes pour nos habitudes occidentales car il y a aussi le tutoiement,  de rigueur même envers un inspecteur, l’habitude d’appeler oncle et tante toutes personnes plus âgées pour un enfant, etc.

Mais ce qui est le plus troublant dans ce roman, c’est l’absence de description d’émotions ou de sentiments. Cai Jun énonce que des faits, rien que des faits ! Auteur connu et reconnu dans son pays, il livre là une enquête atypique et décalée.

Heureusement qu’au début de « La rivière de l’oubli », une liste des personnages est établie. Car, le lecteur encouragé à croire aux fantômes s’y perd un peu dans ces croyances, alors que ces ingrédients sont classiques. Mais, je n’en dirais pas plus.

Ce roman est mon premier polar chinois avec une enquête singulière par son environnement culturel et social mais classique par ses mobiles. Pour un dépaysement garanti, remonter « La rivière de l’oubli ».

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

Si quelqu’un se souvenait de vous après votre mort, vous n’étiez pas vraiment mort. Vous continuez à vivre en lui.

Si l’âme existait, je pourrais quitter mon corps et regarder mon cadavre. Je pourrais voir aussi mon assassin et me venger en devenant un esprit malfaisant.

Tout homme doit mourir un jour. Dès qu’il est né, ne doit-il pas attendre la mort ? Mon attente avait seulement été très courte.

Jusque-là, je n’avais jamais cru les vieux livres qui prétendaient qu’il fallait, après la mort, franchir la porte de l’enfer et  traverser les sources Jaunes avant d’atteindre le pays des Morts. Il fallait encore traverser la rivière de l’oubli en franchissant le pont sur les eaux tumultueuses pour être réincarné. Une vieille femme nommée Mengpo attendait à l’entrée du pont qu’on ne pouvait franchir qu’après avoir absorbé la soupe qui permettait d’oublier la vie antérieure. a noter

 

#LaRivièreDeLoubli  Merci #NetGalleyFrance

La rivière de l’oubli

Cai Jun

Parution Septembre 2018

Éditeur : Xo Éditions

ISBN : 2845639481
Lecture Août 2018

 

 

 

16 commentaires

  1. Bon là je fais l’impasse car franchement ma tablette est pleine mais je le note quand même sur ma liste. on verra plus tard. Bisous et merci au fait as tu lu pour que tu n’oublie pas de Karen Rose, lu et beaucoup aimé mais c’est un pavé plus de 600 pages! Bisous

  2. Bonjour Matatoune. Je le lirai peut-être un jour mais pas dans l’immédiat. Découvrir la civilisation chinoise me plairait mais j’aime les livres avec des émotions. Bonne journée

    • Pas de souci ! Le lecteur est roi : ne pas lire, lire quelques pages et reposer ou lire en sautant des pages, etc! Bonne journée.

  3. un polar chinois!
    j’ai un peu de mal à aborder la littérature chinois (Xinran est la seule que je connaisse) , une vieille rancune avec l’occupation du Tibet et le régime… alors pourquoi pas par le biais du polar

    • Et, apparemment très connu ! Pour moi, c’était le premier et sans l’opportunité donné par Netgalley, je pense que je serai passer à côté!

        • Inscription sur Netgalley France puis dans le catalogue, choix de livres et l’éditeur accepte ou pas. Si accord, pendant une durée déterminée le livre est disponible en e-book. C’est l’occasion de découvrir des livres gratuitement à condition que nos choix s’accorde avec le profil ciblé par l’éditeur ou les tranches qui lui reste.

  4. Merci pour cet article! Je ne connaissais pas du tout l’auteur et j’avoue ne rien connaître de littérature / polar chinois(e)! Il semblerait que tu aies trouvé d’autres codes ( peu de descriptions, rien que des faits …) intriguant en tout cas 😉
    Belle nuit!

    • Je crois qu’on s’impressionne tout seul par la forme, car le fond du livre est un polar ordinaire. Merci noisette! Bonne journée!

  5. Avec un polar, une belle façon d’aborder un pays qui reste fascinant à mes yeux d’Occidentale. Je me régale toujours de decouvrir les richesses de ce pays aux us et coutumes si différentes des notres. Merci pour cette découverte !

Un petit mot ...