Antoine Catel – Incendie Blanc

RENTRÉE LITTÉRAIRE HIVER 2023

Premier roman

vagabondageautourdesoi.com - Antoine Catel -

Un texte au scalpel pour décrire l’addiction, Antoine Catel propose avec Incendie Blanc un hommage du narrateur à sa sœur qui s’est perdue, trop jeune, trop fragile et trop entière dans le nuage de la cocaïne.

La couverture de ce premier roman est d’une grande élégance à l’image de ce texte exigeant et émouvant. Roman d’amour dédié à une sœur aimée pour la vie mais brûlée par l’explosion de rails de cocaïne.

Deux cures de désintoxication, deux psychiatres en même temps, et pourtant dans l’appartement de Frédéric, « la petite sœur pour toujours » et overdose s’écrivent ensemble ce jour-là.

Alors, le narrateur, frère si proche, si semblable, remonte le temps, décrit les rapports avec « la petite sœur pour toujours », son vécu dans le passé, ses perditions et ses essais pour s’en sortir. La famille est présentée avec ses forces et ses failles : le grand frère Francis, la sœur Sophie, le couple parental avec la mère qui gère son malaise par l’alcool et surtout, l’échec des adultes à protéger l’enfant plus fragile, plus sensible mais aussi plus exclusif, plus demandeur…

Seulement, au cours de la lecture, je me suis trouvée en décalage complet avec Antoine Catel dans l’interprétation du malaise de cette sœur, chère au cœur du narrateur. Car, pour moi, un trouble psychique fonde complètement les symptômes d’addictions et non l’inverse !

Il n’empêche ! Antoine Catel décrit formidablement bien cette descente, naît de la nécessité « de plus » pour se sentir vivre, se sentir libre pour oublier la peur qui attire comme un gouffre qui fait mal. Et, avec des êtres hors normes, c’est à hors normalité, il y a toujours un moment ou à un autre, la culpabilité de l’entourage qui se manifeste.

En chapitres courts, Antoine Catel gère les retours en arrière et décrit bien les délires de l’addiction et le passage de la fête à l’enfer ! Le leitmotiv produit son effet pour conter ce récit d’amour inachevé.

Un premier roman à la sincérité évidente et au style maîtrisé ! À découvrir

Remerciements

@calmann_levy et @EditionsFayard pour #IncendieBlanc de #antoinecatel

Puis quelques extraits

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

Contre la possibilité pour son sourire de s’éteindre.

Comme si les attristés ne méritaient pas le ciel.

En réalité, elle est malade. Si malade. Je ne le réalise que maintenant. Il était plus facile de penser que c’était de sa faute.

Elle savait pertinemment qu’elle était la plus sensible d’entre nous, donc la plus intransigeante.

Pour la simple et bonne raison que son futur resplendissait de l’ivoire des promesses.

Les mots sont le carcan des vies humaines.

C’est comme ça, finalement, que tout commence pour la petite sœur. Par cette mélancolie que rien ne rattrape.

Et même s’il y a l’horizon du matin qui vient trancher la plénitude, la petite sœur- jeune et convulsée – veut se convaincre qu’il y a, dans ces plaines d’amour s’étendant à perte de vue, ne serait-ce qu’une part infime du réel.

Ici en bref

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

vagabondageautourdesoi.com - Antoine Catel -
Un extrait

Questions pratiques

vagabondageautourdesoi.com - Antoine Catel -

Antoine Catel – Incendie Blanc

Twitter : @antoine_catel Instagram :

Éditeur : Calmann-Lévy

Twitter : @calmann_levy Instagram : @calmann-levy

Facebook

Parution : 4 janvier 2023

EAN : 9782702185926

Lecture : Janvier 2023

Littérature contemporaine

Littérature générale

Auteurs commençant par C

Chroniques littéraires

8 commentaires

    • Oui le sujet peut rebuter. Pourtant, il est très bien écrit. Un bel hommage 🙂

    • Oui, même si je ne suis pas trop d’accord sur ce lien entre addiction et troubles psychiques qui pour moi entraînent l’addiction. N’empêche, c’est un texte sensible, construit avec recherche et qui touche beaucoup !

  1. Merci pour la découverte ! Beaucoup de livres de psychologie et de psychiatrie traitent de ce sujet avec un regard technique mais c’est bien que la littérature apporte un autre point de vue, plus émotionnel, plus humaniste ! Bonne journée

    • Oui je suis tout à fait d’accord. La fiction ( film. livre …) aide à dépasser les représentations négatives et les appréhensions. Bon week-end

  2. Ce sont des drames difficiles à gérer et culpabilisants pour toute la famille. Je suis d’accord avec toi sur le rapport entre troubles psychiques et addictions. Bonne journée

    • Cela m’a gênée dans ma lecture alors que le texte est très beau et abouti. En tout cas, une déclaration d’amour filial très émouvante…

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.