Axel Sénéquier – Le bruit du rêve contre la vitre

vagabondageautourdesoi.com Les nouvelles écrites lors du confinement par Axel Sénéquier sont regroupées sous ce titre magnifiquement poétique Le bruit du rêve contre la vitre. Avec cette pandémie, nos rêves se sont bloqués sur un monde qu’on a du précipitamment mettre en sommeil.  Est-ce que nos rêves ont fait du bruit en se cognant contre cette réalité ? Vont-ils en faire d’autres ? Axel Sénéquier nous livre avec brio sa vision optimiste de notre monde plus adaptable que nous l’avions imaginé.

Douze nouvelles sont présentées comme les douze mois d’une année tellement particulière où le rythme effréné du monde s’est arrêté net. Elles décrivent l’emprise, l’engagement, la charge mentale, la crise de la quarantaine, le monde du travail mais aussi le comas ou la nature préservée, etc.

Douze nouvelles qui racontent au fil des pages un aspect auquel nous avons été confronté de près, de loin, mais sous un angle particulier : Une SDF est riche de sa faculté d’observation. Une vilaine arriviste va devoir accepter l’échec. Un père comprend ce qu’est la charge mentale. Des réunions en visio s’abotent une carrière. Etc.

Axel Sénéquier prend la noirceur du monde mais d’un twist final ou d’un pas de côté la transforme pour donner un message d’espoir. C’est savoureux, très souvent drôle mais aussi très émouvant ! Car, Axel Sénéquier sait s’amuser et tricoter nos peurs et nos inquiétudes pour les transformer et nous les rendre supportables.

Décidé à regarder le monde avec son regard d’humaniste, Axel Sénéquier oblige son lecteur à découvrir avec humour différentes situations que cette pandémie aura révélé. En décrivant des rebondissements et les adaptations trouvées, Axel Sénéquier ouvre la voie de la réconciliation avec cette période hors norme.

Pour moi, une belle découverte !

Remerciements à Axel Sénéquier d’avoir su me convaincre de lire Le bruit du rêve contre la vitre, moi qui d’habitude refuse toutes sollicitations.

Puis quelques extraits

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

Comme si la tristesse était un pays qu’on pouvait suivre.
Les réseaux sociaux ont ceci de tragique qu’ils sont des trépanations virtuelles. Ils permettent d’ouvrir le crâne de ses amis et de voir ce qui se passe dans leur vie. Et parfois, ce n’est pas joli.
La guerre, drapée dans ses hymnes patriotiques fait briller les pupilles jusqu’à ce qu’il faille enfoncer la baïonnette dans le ventre d’un gamin flottant dans un uniforme trop grand pour lui.

 

 

Ses enfants l’avaient prévenu . Facebook était démodé. C’était, désormais, un réseau social de vieux, une sorte d’Ehpad virtuel où les quarantenaires échangeaient des coups de gueule ridicules assortis de formules mêlant chantage et menaces voilées (…)

Facebook était cette nana moyenne avec qui on sort pendant des années simplement parce qu’on n’a pas le courage de rompre.
Les parents éduquent, l’école instruit, et chacun demeure à sa place.

Ce n’était pas le dévoilement de leur secret qui la heurtait,ni d’imaginer les hordes de passants qui allaient perturber la sérénité des animaux, c’était son exploitation, ce besoin de mettre les moments sous cloche.

Quand Victor inaugura la classe à la maison, au 118 rue de Vaugirard, le premier lundi du confinement, c’est bien simple, la logique plus ses affaires et partit sans dire au revoir.

Ici en bref

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

vagabondageautourdesoi.com
Un premier extrait
vagabondageautourdesoi.com
Puis un second
vagabondageautourdesoi.com
Puis le dernier

Du côté des Critiques

Une interview de l’auteur à lire sur le blog de Françoise Guérin

Le bruit du rêve contre la vitre. Interview d’Axel Sénéquier pour Mot compte Double

D’autres blogs en parlent

Alex Mots à MotsLa culture dans tous ses  étatsLe blog de KrolCarnet de lectureSur la route de Jostein

Questions pratiques

Axel Sénéquier – Le bruit du rêve contre la vitre

Éditeur : Quadrature, L’édition nouvelle

Parution : 5 avril 2021

EAN : 9782931080122

Lecture : Mai 2021

Littérature contemporaine 

Chroniques littéraires

17 commentaires

    • C’est grâce à ta chronique et mon commentaire qu’Axel Sénéquier m’a proposé ses nouvelles parait-il …

  1. Je te rejoins totalement, Axel Sénéquier est un humaniste, beaucoup de poésie et de tendresse dans son recueil. Même quand il traite de sujets difficiles, il arrive à apporter de l’optimisme. J’ai adoré son recueil moi aussi ! Très bon weekend Matatoune 🙂🌞

  2. Je ne connais pas cet auteur, mais tu en fait une très belle présentation et tu donnes envie de le découvrir, même si je lis très rarement des nouvelles. Bonne journée

    • Moi non plus, je trouve qu’on reste facilement sur sa faim ! Seulement là, non seulement on n’a pas le blues de la fin de la nouvelle mais on recommence une autre avec envie ! Bonne soirée

  3. Le confinement est un thème intéressant. Il a dû inspirer beaucoup d’auteurs depuis l’année dernière. Ca peut engendrer toutes sortes de situations dramatiques ou comiques…

    • Oui et le regard d’Axel Sénéquier est plein de tendresse et d’humour..Lecture très agréable !

    • Dommage, moi aussi j’avoue que les nouvelles ne sont pas ma « tasse de thé ». Mais celles-ci sont bien réussies ! Bonne continuation

  4. Un chouette recueil. Moi aussi je réponds très peu au sollicitations et là encore, même si je connaissais l’auteur à travers son recueil précédent, j’ai hésité avant de le demander. Je n’ai pas regretté.

    • Oui, je suis contente d’avoir découvert son ton et sa façon de voir le monde !

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :