Ibon Martin – La valse des tulipes

  • Présentation

vagabondageautourdesoi.com
Couverture

Un polar ibérique au cœur de la Biscaye donne la parole à Ibon Martin pour son premier roman policier traduit en France La valse des tulipes.

Le 18 novembre 2018, nommé depuis peu dans « la plus belle la région où tout le monde se connait », il laisse vagabonder son esprit au volant de sa locomotive . Et, c’est à sa femme Natalia qu’il pense, auquel il est marié depuis vingt-cinq ans, Lorsqu’il s’accroche à retrouver son visage l’accident est inévitable: son train percute celle-ci assise attachée aux rails, un bouquet de tulipes entre ses mains.

Ibon Martin commence ainsi son roman qui met en scène une sous-officière au cœur de l’Ertzaintza, la police indépendante du territoire basque espagnol. Ane Cestero mène l’enquête avec sa nouvelle unité spéciale d’homicides notoires et son tatouage dans le cou et aussi ses piercing dans le nez et les sourcils.

Cependant, l’enquête recherche un assassin connecté qui se révèle être un tueur en série dont les motivations sont liées aux violences faites aux femmes et à la maltraitance subie par leurs enfants. Mais La Valse des Tulipes dénonce aussi la puissance des congrégations religieuses.

Les personnages crées par Ibon Martin sont attachants. Tout d’abord, sa cheffe d’équipe accumule les irrégularités, ne sait pas fonctionner en équipe, s’éloigne souvent du chemin qu’on lui trace et n’écoute personne sauf son propre chef qui est aussi son ex. Son équipe évolue avec cohésion pour plus d’efficacité.

L’intrigue est bien construite, les rebondissements nombreux et l’identité du tueur bien préservé. Seulement, le roman s’installe lentement, trop lentement et cela peut lasser

La valse des tulipes semble être un premier polar d’une série à venir. Ancré dans la modernité avec des personnages bien trempés, Ibon Martin fait une entrée remarquée en France.

  • Extraits

    cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

Le rêve : laisser toutes ses enquêtes au fond d’un tiroir quand elle a fini son service. 

Elle aura besoin de temps pour pouvoir se pardonner d’avoir bien fait son travail.

Son esprit fonctionne à plein régime . Plaire au prêtre par un geste auquel elle ne croit pas, ou rester fidèle à ses principes.

On est un bien mauvais marin, si on laisse la mort vous changer la vie. Il faut la regarder en face.

Je ne crois pas qu’il se soit passé un jour où je n’ai failli lui demander pourquoi elle m’avait eu, si elle n’avait eu l’intention de m’aimer. Mais je n’ai jamais osé lui poser la question. Je redoutais une réponse encore plus douloureuse que la question elle-même.

C’est la punition des enfants des parents violents. Pas de temps pour l’enfance, ni pour l’adolescence, ils n’ont droit qu’à une maturité à laquelle personne ne les a préparés.

  • BrèvesD'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

 

 

  • Un petit détour vers les critiques

Place des libraires

Le Monde

  • D’autres blogs en parlent

Actu Du Noir (Jean-Marc Laherrère)

La viduité

Livresse du noir 

Encres vagabondes

  • En conclusion


Ibon Martin – La valse des tulipes

Traduction : Claude Bleton

Éditeur : Actes Sud

Parution : 2 septembre 2020

EAN : 9782330139506

Lecture : Novembre 2020

Romans policiers

5 commentaires

    • Oui, une page se tourne ! Et, avec l’arrivée des vaccins, cel devrait s’améliorer grandement ! Bonne soirée

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.