Renaud

Renaud

« Putain d’expo ! »

Cité de la Musique

Philharmonie de Paris

Présentation générale

En visitant cette expo Renaud, putain d’expo, très réussie au demeurant, le visiteur est replongé dans la légende Renaud depuis ses débuts. Ici, les murs sont de couleur rouge et noire pour insister sur le côté engagé et présupposé anar du chanteur. De plus, elle rend compte du parcours de l’artiste jusqu’aux tournées de 2007 et 2016 assez rapidement évoquées.

Néanmoins, sont passées volontairement sous silence les longues périodes où sous l’emprise d’addictions, l’artiste s’éloigne et se perd. Les commissaires Johanna Copans, David Séchan et Gérard Lo Monaco ont pris le parti de montrer sa force créatrice

 

Introduction de Renaud, Putain d’expo en juin 2020

C’est pas un Olympia pour moi tout seul, mais une « putain d’expo ! » juste pour mézigue que vous allez zieuter… Et en plus, au Musée de la musique, s’il te plaît ! Finalement, moi qui connais trois accords de guitare je trouve ça zarbi, mais bon, j’dis rien. En fait, ce s’rait une sorte de rétrospective de ma vie de chanteur, y paraîtrait. Ainsi, un pote m’a dit que ça « sentait le sapin » mais j’m’en tape un peu, j’aime cette odeur qui me rappelle les doux Noëls de mon enfance.

Et, Renaud continue

Finalement, une expo de son (mon) vivant – ou ce qu’il en reste – c’est franchement pas ordinaire, faut bien dire. Aussi c’est beaucoup d’honneur pour un chanteur énervant qu’a pas encore tout à fait calanché et qui compte bien ne jamais arriver à ce manque de savoir-vivre, comme disait ce bon Alphonse… « Le temps d’apprendre à vivre il est déjà trop tard », déclarait le poète, et c’est un peu cet exercice agité, livré à ses enthousiasmes et à ses désenchantements, que mes gentils apologistes ont voulu mettre en avant dans cette exposition qui porte le nom du plus vieux métier du monde pour honorer le plus beau de tous : le mien !

Présentation de Renaud, « Putain d’expo ! »

L’enfance

Présentation du mythe Renaud

Ainsi, auteur, compositeur et interprète, Renaud Séchan est né en 1952 dans le 15ème arrondissement d’un père professeur d’allemand, écrivain et traducteur et d’une mère ouvrière devenue femme au foyer pour élever les huit enfants.

Dans la famille, David est le faux jumeau de Renaud et Thierry son frère ainé, écrivain, journaliste et parolier français, décédé en 2019. Vers l’adolescence, Renaud découvre  que certains enfants sont ceux d’un premier mariage de son père. De plus, ce n’est qu’à soixante-quatre ans que Renaud apprend l’existence d’une autre demi-sœur, décédée enfant d’une maladie infantile.

Politiquement, la famille paternelle est ancrée vers la gauche socialiste. En ce qui concerne le grand-père maternel, mineur, fut membre du PCF jusqu’en 1937. Mais ce qui est passé sous silence dans l’exposition c’est qu’Il rejoint plus tard le PPF, parti d’inspiration fasciste en France et fait un an de prison à la Libération pour des faits de collaboration.

Renaud devant la machine à écrire de son père vers 1955

vagabondageautourdesoi.com
Prix des deux Magots

Cependant, Olivier Séchan, le père, remporte le prix des Deux Magots en 1942. Et, son grand-père paternel, Louis Séchan, est un helléniste français renommé, professeur à la faculté des lettres de Paris.

Dans l’exposition, les commissaires insistent sur ce lien fort entre ce père écrivain et Renaud qui gamin essaye lui aussi d’écrire.

vagabondageautourdesoi.com
Cahier d’écolier de Renaud – 1958

L’adolescence

A l’entrée de Renaud au collège, la famille emménage dans le 14ème. Renaud n’a pas obtenu son BEPC. Mais, il semble se déscolariser de plus en plus. Malgré tout, son père le fait entrer dans son lycée. Pas sûr que cela ait été une bonne solution. Car, Mai 68 est là et Renaud va connaître d’autres intérêts.

vagabondageautourdesoi.com
Dessins de Renaud. Les CRS – 1968 – Renaud reproduit les différents uniformes de l’époque.
vagabondageautourdesoi.com
Dessins de Renaud « Flins pas flics » 1968 Un des slogans de 68 reproduit sur les murs de l’école des Beaux-Arts. Il rappelle le moment où les ouvriers de Renault Flins ont décidé de rejoindre le mouvement étudiant.

Le début de sa vie d’adulte

A la rentrée de septembre, son père tente de lui faire reprendre ses études et l’inscrit au lycée Claude Bernard dans le 16ème arrondissement. Mais, déjà Renaud s’est trouvé son look en s’inspirant d’un autre chanteur. En avril 1969, il arrête ses études , quitte le domicile familial et devient autonome en trouvant des petits boulots.

vagabondageautourdesoi.com
Dessin de Renaud – Hôtel Gay Lussac -1968

« J’ai vu pousser des barricades,

J’ai entendu des grenades

Tonner au petit matin.

J’ai vu ce que tu faisais

Du peuple qui vit pour toi

J’ai connu l’absurdité

De ta morale et de tes lois. « 

Société tu m’auras pas – 1975

vagabondageautourdesoi.com
Manuel du combattant de rue-1968

Mai 1968

En septembre 1968, suite à son expérience du printemps, Renaud rédige ce manuel. Voici des extraits :  « Avant de construire une barricade, il faut s’assurer de sa position stratégique »…  » Le meilleur moyen de ne pas être pincé par les flics et de ne pas prendre de coup de matraque est de courir vite « …

Dans une interview en 1968, il précise:  « Nous vendions Action et l’Enragé dans les rues que les automobilistes commençaient à déserter, que les piétons se réappropriaient ».

De 1971 à 1974, l’artiste s’essaye au théâtre et rencontre la troupe du Café de la Gare.  En même temps que l’artiste prend des cours d’art dramatique, il enchaîne les petits boulots. Finalement, il commence à chanter dans les rues et les cours d’immeubles du côté de la porte d’Orléans, rejoignant un copain accordéoniste, Michel Pons, fils du patron de son bistrot favori le « Bréa ».

A ses débuts, l’artiste chante le Paris populaire qu’il affectionne à travers les chansons de Bruant principalement ou de simples bals musette, très apprécié par sa mère. Il faut noter que son répertoire s’élargit avec ce qu’il écrit et compose lui-même.Et puis, l’idée est de faire revivre la tradition des accordéonistes qu’il avait vus faire la manche dans son enfance.

Pour le premier spectacle de Coluche au Café de la Gare, le chanteur décide de se présenter aux spectateurs qui attendent. Paul Lederman est dans la file et lui propose de jouer en première partie au Caf’conc de Paris. Après, deux autres producteurs l’accompagneront pour enregistrer son premier disque.

Sa carrière de chanteur

vagabondageautourdesoi.com
Chanson Crève salope 1975
vagabondageautourdesoi.com
Période titi parisien

Changement de look

Avant tout, cette époque marque le renoncement à son image de titi parisien et le début du look loubard : pour son deuxième album, il troque sa casquette de marlou et les chemisettes pour des santiags et un Perfecto en cuir.

 

vagabondageautourdesoi.com
Dans son fief proche de la Porte d ‘Orléans

En 1977, le chanteur sort son deuxième album Laisse béton. Cependant malgré le soin employé, le disque Laisse béton se vend modestement mais la chanson-titre devient vite un tube dans les premiers mois de 1978. Le grand public découvre le chanteur Renaud.

vagabondageautourdesoi.com
Enregistrements aux studios de Boulogne Billancourt 1975

vagabondageautourdesoi.com

 

La suite

Voir la chronique « Renaud la suite »

vagabondageautourdesoi.com

Questions pratiques

Accueil

Du vendredi 16 octobre 2020 au dimanche 2 mai 2021

Une exposition conçue par le Musée de la musique – Philharmonie de Paris
en partenariat avec Universal Music France

Commissaires  de Renaud, « Putain d’expo ! »

David Séchan
Directeur de la société d’édition musicale Encore Merci et vice-président de la Sacem, David Séchan est son frère jumeau. Initié à la photographie par son père dès l’adolescence, il immortalise l’artiste avant même qu’il ne devienne célèbre ! Son œil photographique, conjugué à la complicité qui le lie à son frère, lui a permis de saisir les moments les plus forts de la vie du chanteur.

Johanna Copans
Agrégée de lettres modernes et normalienne, et férue de l’artiste depuis son enfance. Cette passion l’a convaincue de consacrer sa thèse au chanteur : Le Paysage des chansons de Renaud : une dynamique identitaire (L’Harmattan, 2014).

Le scénographe :
Gérard Lo Monaco
Gérard Lo Monaco a créé les décors de scène des mythiques concerts au Zénith, de nombreuses pochettes de disques et d’autres produits dérivés du chanteur. Il conçoit pour l’exposition une scénographie poétique et immersive tout en couleurs et en volumes.

CHRONIQUES CULTURELLES

18 commentaires

    • C’est sûr que les titis de Poulbot ont dû se rhabiller ! J’aime la dernière photo, il y a de la tendresse… peut-être qu’après, Renaud s’est plus abîmé …. à voir la suite !

    • Oui, il a fait sauté tous les stéréotypes de la chanson et il avait un réel talent d’écriture de prendre le sens de l’époque

    • Époque d’ouverture et de possibles illimités difficile de rendre compte de cette époque! Nos enfants prennent cette génération pour des fous et des irresponsables ! C’était quand même un peu vrai …

  1. J’aime bien ses premiers albums, mais j’ai vite décroché, je lui trouve quelque chose de très artificiel.
    Bon dimanche

    • Difficile de dire ce qui lui arrive ainsi à s’abimer autant ! Surtout lorsque arrive un certain âge, les démons doivent s’apaiser …Renaud est excessif même là ! Bonne fin de journée

  2. Bonjour Matatoune, merci pour ton billet sur Renaud. La situation ne permettant pas d’aller à Paris, j’ai lu avec plaisir cette belle documentation. Il y a quelques années, je suis allée l’écouter à l’Arena à Genève. Ce fut une belle soirée.
    Bises et bon dimanche 🙂

    • Renaud devait travailler sur un nouvel album après sa Corona Song de cet été. A suivre donc! Car si album, peut-être nouvel tournée ! Bonne fin de soirée Denise

  3. Bonjour Matatoune. Cette exposition sur ce chanteur que j’apprécie me tenterait bien mais quand pourrons nous revenir à Paris, sans attestation, juste pour le plaisir ? Bon dimanche

    • Désolée, Brigitte, je ne peux te répondre ! Mais, déjà juste aller se promener en toute liberté ! Bonne soirée

    • La suite arrive ! Oui sacré personnage trop quelque chose pour une vieillesse apaisée

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.