Les pêcheurs de sable – Serge Nicolo

vagabondageautourdesoi-lespecheursdesable-wordpress-1100892

Un jeune homme est retrouvé mort sur une plage au Maroc. Le médecin dépêché sur les lieux conclut à un accident de surf.

Au même moment, une mère inquiète de la disparition de son fils, jeune adulte, tente d’alerter la police. Le lien se fait rapidement entre les deux événements. Mais le lecteur apprend très vite que le jeune homme enquêtait sur un trafic de sable et comme sa famille, on a du mal à croire à un accident surtout qu’il ne savait pas nager !

Sa mère et sa sœur, Marion,  décident de faire appel à un détective privé, Antoine Mesabki. Marion va, elle aussi, se lancer dans l’enquête à ses côtés, sans conscience du danger.

Serge Nicolo est un habitué du roman policier puisqu’il participe à l’organisation  du festival Toulouse Polar du Sud, chaque année. Du coup, son livre en contient tous les ingrédients : une enquête avec suffisamment de tiroirs pour garder le suspens jusqu’à la fin, des personnages bien campés et des meurtres. Oh, évidement, ce n’est pas un thriller haletant ! Ce n’est pas l’intention de l’auteur !

A chaque début de chapitre, la page de droite raconte la réalité de l’exploitation industrielle du sable, ses conséquences sociales, environnementales et économiques.  C’est la seconde ressource naturelle la plus utilisée du monde après l’eau.

Du coup, cela fait des envieux vu qu’il n’y a qu’à se baisser pour le ramasser. La consommation est si importante qu’en certaines régions du globe, les plages disparaissent. La mafia s’est depuis longtemps engouffrée dans une telle manne mondiale.

C’est aussi d’actualités sur les plages françaises. Puisqu’en 2015, Manuel Vals et Emmanuel Macron, à l’époque Ministre de l’économie, ont signé une concession pour une entreprise  afin de puiser une dune sous-marine au large de Lannion. La même chose pourrait se produire dans l’estuaire de la Gironde.

Serge Nicolo situe son intrigue au cœur de ses exploitations industrielles. De plus, profondément ancrée dans sa région, il en décrit sa ville, Toulouse, sa gastronomie et son art de vivre. Il répond ainsi parfaitement à l’intitulé de la collection « Du noir au sud » des éditions Cairn.

Serge Nicolo signe son premier roman au cœur d’une intrigue politico-sociale et environnementale. Son polar est bien ficelé même si au hasard de la lecture quelques points sont « légers ». Qu’importe ! Ça fonctionne et en plus, j’ai découvert un futur problème environnemental. Tout ce que j’aime !

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

Dans certains endroits, les plages ont complètement disparu et ailleurs, on les voit reculer à une vitesse incroyable. C’est un phénomène de dégradation visible dans une vie d’homme. (…) en une génération, les hommes détruisent ce que la planète a mis des millénaires à créer.

Il s’était pourtant juré de ne plus s’intéresser à de pareilles histoires. l’État français et ses entreprises multinationales jouaient un sale jeu en Afrique : quand on y mettait le nez, on était souvent déçu et, quelques fois pire…

Le sable, c’est vraiment le problème. C’est la deuxième ressource naturelle la plus consommée, après l’eau et loin devant le pétrole. Il n’y en a jamais assez, alors tous les moyens sont bons.

a noter

 

 

 

 

vagabondageautourdesoi-lespecheursdesable-wordpress-1100896

vagabondageautourdesoi-lespecheursdesable-wordpress-1100896

 

indexCe livre m’a été offert en service de presse par Masse critique. Remerciements aux éditions Cairn et Babelio. Ceci est mon avis en toute honnêteté et sans pression, comme d’habitude.

Les pêcheurs de sable – Serge Nicolo

Éditeur : Cairn

Parution : Octobre 2018

ISBN : 2350686566

Lecture : Octobre 2018

8 commentaires

  1. J’avais déjà entendu parler de cette surexploitation du sable, mais je ne savais pas la France engagée dans ce processus. Un sujet d’actualité très intéressant et un polar en plus, voilà de quoi titiller ma curiosité. Merci du partage.

    • Le 22 juin 2018, l’état a suspendu l’extraction du sable coquillier en baie de Lannion. Des négociations sont ouvertes entre l’entreprise exploitante et les pouvoirs publics pour trouver accord …A suivre donc ! Bonne soirée .

  2. J’en ai déjà entendu parler de ce livre complètement d’actu d’ailleurs parce que si on regarde au Sénégal et d’autres pays ces pratiques on bien lieu….La planète est écumée des ces richesses sans aucun souci de l’écosystème c’est grave Bisous

Un petit mot ...