Gilles Caron 1968 – Michel Poivert

Gilles Caron 1968 – Michel Poivert

Éditeur : Flammarion

Hors collection – Photographie

ISBN : 9782081426894

Mai 2018

vagabondageautourdesoi-gillescaron-wordpress-1070227

vagabondageautourdesoi-gillescaron-wordpress-13.jpgCe livre est présenté dans le cadre de l’exposition qui a lieu du 4 mai au 28 juillet 2018 à l’Hôtel de Ville de Paris. Plus de 300 photographies constituent cette exposition et sont reprises dans ce livre commentées et analysées par Michel Poivert, historien de la photographie. Ce sont des femmes que la Mairie de Paris a choisi de mettre en avant sur son affiche (manifestation de la CGT du 23 mai).

Né en 1939, Gilles Caron a commencé des études de journalisme puis après la guerre d’Algérie il va commencer une carrière de photographe et fera partie de l’Agence Gamma. Il s’affirme comme le « Capa à la française ». Il rend notamment compte de la guerre des 6 jours en 1967.

Mai 68 le prendra au bas de chez lui et il photographiera ses événements comme il photographie la guerre au Biafra la même année.

Au cœur d’un photojournalisme, les clichés exposés et reproduits dans ce livre n’ont jamais été mis en lumière et raconte jour après jour son déroulé.

En 1970, c’est le reportage de trop : voulant raccrocher pour être au plus près de ces deux filles, il accepte un dernier reportage au Cambodge. Il disparait avec deux autres français.

vagabondageautourdesoi-gillescaron-wordpress-12.jpg
Jane Birkin tourne Slogan – Juillet 1968

Mais au fond, ce qui fait de Caron « le » photographe des « années 68 », c’est surtout sa profonde compréhension de l’acteur social et historique en train de naître dans la culture occidentale: la jeunesse. Michel Poivert

C’est le sens semble-t-il de ces photos de people réalisées.

Les idées révolutionnaires de Mai 68 vont s’entrechoquer, dans le climat de l’après-guerre d’Algérie, avec les idées réactionnaires et néocoloniales sévissant à l’époque.  Celles-ci sont incarnées par un homme omniprésent mais vieillissant : De Gaule que Caron suivra à deux reprises, lors de son voyage en Roumanie puis en Turquie.

vagabondageautourdesoi-gillescaron-wordpress-15
Voyage en Roumanie – Mai 1968

C’est cet homme, âgé et auréolé de prestige de libérateur, paternel et plein de l’idée qu’il incarne à lui seul la France, que Gilles Caron photographie abondamment durant l’année 1968. Michel Poivert

vagabondageautourdesoi-gillescaron-wordpress-24

On a pris la parole comme on a pris la Bastille. Michel de Certeau

vagabondageautourdesoi-gillescaron-wordpress-2018062
Bidonvilles -Avril 1968

Il lui a suffi de sortir du campus pour pénétrer dans le bidonville de Nanterre, de se retrouver avec des enfants en guenilles, les enfants peut-être de ceux que son régiment de parachutistes traquait durant la guerre d’Algérie, de se poser derrière les barbelés et de faire des images de Nanterre de ce point de vue là: celui d’une France qui est très loin de se regarder en face. Michel Poivert

vagabondageautourdesoi-gillescaron-wordpress-19.jpg

Gilles Caron comprend vite que Daniel Cohn-Bendit est une figure majeure de cette période. Le photographié et son photographe vont jouer un pas de deux consenti par  chacun.

 

vagabondageautourdesoi-gillescaron-wordpress-2018062 (5) - Copie

 

 

Tout au long des photographies du livre, ce sont les jeunes femmes qui apparaissent et  prendre des places auxquelles on ne les attendaient pas. Gilles Caron a compris leur importance à venir.

vagabondageautourdesoi-gillescaron-wordpress-018062 - Copie

En attendant, le spectateur attentif des foules de Caron y trouve très souvent un point d’ancrage, un visage qui a attiré le photographe, une beauté expressive, parfois un regard pensif, comme empreints d’une grâce qui tranche avec l’effet d’anonymat de la foule.Michel Poivert

vagabondageautourdesoi-gillescaron-wordpress-18062 (2) - Copie

vagabondageautourdesoi-gillescaron-wordpress-18062 (3) - Copie
Bd Saint Germain – 6 mai 1968

Caron est soit du côté d’une autorité qui s’exerce, soit de celui d’une contestation qui s’exprime. Michel Poivert

Par ses clichés, il interroge sa place, et donc celle du spectateur, dans les événements.

vagabondageautourdesoi-gillescaron-wordpress-20.jpg
Lanceur de pavé – Rue Saint Jacques – Paris – 6 mai 1968

Symbole d’une jeunesse révoltée, cette photographie révèle par l’opposition entre solitude et groupe de CRS au fond une harmonie dansée du corps où l’objet (le pavé) crée un pont entre les deux.  Ne nous trompons pas Caron, alors âgé de 29 ans, rend compte de tous les aspects des événements, photographiant autant les étudiants que les salarié et que les policiers.

vagabondageautourdesoi-gillescaron-wordpress-018062 (2) - Copie
Manifestation à l’appel de la CGT – Rue du Havre – 29 mai 1968
vagabondageautourdesoi-gillescaron-wordpress-2018062 (4) - Copie
Manifestation syndical- Place de la Bastille- Février 1967

Ce que Caron, qui possède une solide expérience de la guerre du Vietnam l’année précédente, découvre et donne à voir dans le cadre familier de sa propre ville, c’est une guérilla urbaine. Michel Poivert

vagabondageautourdesoi-gillescaron-wordpress-22

vagabondageautourdesoi-gillescaron-wordpress-18062 (4) - Copie - Copie
Entrer une légende

Impossible ici de ne pas relier l’acte d’observation de Caron à son vécu durant la guerre d’Algérie. Certaines lettres du photographe à sa mère rappellent à quel point les violences à l’égard des civils commises par l’armée française ont eu sur lui un caractère traumatique. Michel Poivert

vagabondageautourdesoi-gillescaron-wordpress-18062

Qu’elles sont ces images et pourquoi continuent-elles, cinquante après, de choquer ? Peut-être tout d’abord, parce que ces actes gratuits sont faits en toute impunité, non seulement devant des passants, mais sous les objectifs des photographes présents parfois en nombre. Michel Poivert

vagabondageautourdesoi-gillescaron-wordpress-18062 (5) - Copie - Copie

vagabondageautourdesoi-gillescaron-wordpress-18062 (6) - Copie

On le comprend, les petits matins forment un terrain de jeu photographique où peut s’écrire par de multiples situations le ressenti de la majorité silencieuse. Michel Poivert

L’été arrive. Tout le monde part en vacances. Caron repart en reportage dans le monde. Et, l’information mondiale intéresse créant un nouveau terrain de jeu.

vagabondageautourdesoi-gillescaron-wordpress-18062 (8)
Soldat du Biafra  – Novembre 1968
vagabondageautourdesoi-gillescaron-wordpress-18062 (7) - Copie
Mort du mercenaire belge Marc Goosens – Novembre 1968

Car, c’est bien ceci, de Mai 68 au Biafra, que le photographe comprend: la victime est une actrice de l’histoire et non la conséquence des conflits. En travaillant longuement les portraits d’enfants démunis, en captant les regards qui, malgré les corps squelettiques, sont pleins de dignité humaine, Caron déplace les codes de la compassion pour ériger la plus fragile des figures en mouvement. Michel Poivert

vagabondageautourdesoi-gillescaron-wordpress-14.jpg

 

 

6 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s