Medusa -Bijoux et Tabous – MAM

Bijoux et tabous

Musée d’Art Moderne

Commissaire : Anne Dressen
En collaboration avec Michèle Heuzé et Benjamin Lignel, conseillers scientifiques.

vagabondageautourdesoi-medusa-wordpress-01.JPG

 

Tout comme le visage de Méduse dans la mythologie grecque, le bijou attire et trouble celui qui le conçoit, le regarde ou le porte. Objet au statut ambigu, à mi-chemin entre parure et sculpture, il reste l’une des formes d’expression artistique les plus anciennes et universelles bien qu’il ne soit pas nécessairement considéré comme une œuvre d’art. Il est en effet souvent perçu comme trop près du corps, trop féminin, précieux, ornemental, ou primitif.

Pouvez-vous nous parler de la diversité des bijoux exposés ?

Michèle Heuzé : L’exposition réunit plus de 400 bijoux : réalisés par des artistes (Anni Albers, Man Ray, Meret Oppenheim, Alexander Calder,  Louise Bourgeois, Lucio Fontana, …), des bijoutiers d’avant-garde et de designers (René Lalique, Suzanne Belperron, Line Vautrin…), mais aussi des bijoutiers contemporains (Gijs Bakker, Otto Künzli, Karl Fristch…) ou encore des joailliers (Cartier, Victoire de Castellane, Van Cleef & Arpels, Buccellati…), ainsi que des pièces anonymes, plus anciennes ou non-occidentales (de la Préhistoire, du Moyen-Age, des bijoux amérindiens, du punk et du rap au bijou fantaisie…). Il y en a pour tous les goûts et les époques !

++++++++++++++++++++++++++++

Sans climatisation et au premier sans fenêtre, l’air était irrespirable! Et, pourtant, ce jour là ce n’était pas la canicule!

Alors, oui, une collection de pièces rares et précieuses que je n’ai pu vraiment pleinement apprécier! Dommage…

Alors juste pour le plaisir des yeux …

++++++++++++++++++++++++++++++

xc

Pourquoi avoir choisi l’affiche avec la bouche de Salvador Dali ?

Michèle Heuzé : L’affiche présentant la reproduction de Henryk Kaston d’une broche « Ruby Lips » en forme de bouche, réalisée par Dali est pertinente car c’est un bijou d’artiste particulièrement reconnu et le bijou est à la fois attirant et repoussant reflétant parfaitement le sous-titre de l’exposition « bijoux et tabous ». Sitographie de l’exposition.

vagabondageautourdesoi-medusa-wordpress-02.JPG

 

vagabondageautourdesoi-medusa-wordpress-3.JPG
Collier serpent – Cartier- 1968
vagabondageautourdesoi-medusa-wordpress-6JPG.jpg
Plus près et sorti de sa vitrine …Mieux quand-même

On découvre aussi la double fonction rattachée à un bijou, par exemple garantir l’authenticité d’un document (le sceau égyptien), ranimer les femmes ayant perdu connaissance dans leur corset trop serré (la bague vinaigrette), enregistrer les activités de jour comme de nuit (le bracelet connecté) ; un bijou que ne connaissait pas la Salomé du tableau de Gustave Moreau, qui clôt le parcours de cette « inestimable » exposition. Télérama

vagabondageautourdesoi-medusa-wordpress-4 JPG.jpg

vagabondageautourdesoi-medusa-wordpress-45JPG.jpg

400 créations d’artistes contemporains et d’avant-garde, pour démanteler les tabous et poser un nouveau regard sur le bijou. Vogue

vagabondageautourdesoi-medusa-wordpress-5JPG.jpg
Trois colliers de chien dans l’expo. En voici un !
vagabondageautourdesoi-medusa-wordpress-7JPG
Ornement de nez – Colombie – Vers 800 -1200
vagabondageautourdesoi-medusa-wordpress-8JPG.jpg
Bracelet ruban – Van Cleef et Arpels – 1959
vagabondageautourdesoi-medusa-wordpress-9 JPG.jpg
Faux-ongles en diamant!  1953

vagabondageautourdesoi-medusa-wordpress-10 JPG.jpg

La nouvelle de Maupassant, La Parure, illustre l’image dangereusement séductrice du bijou. L’héroïne, Mathilde Loisel, parisienne issue d’un milieu désargenté, emprunte le précieux collier d’une de ses amies qui vaut une petite fortune. Seulement, une fois la fête terminée, Mathilde constate que le collier a disparu. Elle n’ose rien dire à son ami et rembourse la somme pharaonique de la parure, en travaillant et en vivant dans la misère pendant dix années de sa vie. La chute est cruelle, puisque son amie avoue finalement que le bijou était de pacotille. Les Inrocks.

 

 

 

 

 

 

Un petit mot ...