Joachim Schnerf – Le cabaret des mémoires

RENTRÉE LITTÉRAIRE 2022

vagabondageautourdesoi.com - Joachim Schnerf - Le troisième roman de Joachim Schnerf, Le cabaret des mémoires, regroupe les interrogations d’un nouveau père avec son passé et la questions de sa transmission à la troisième génération, d’après le génocide de la seconde guerre mondiale.

Brins d’histoire

Samuel est seul pour la dernière fois, une nuit, avant le retour de sa femme Léa et son petit. En endossant son costume de père, encore trop apprêté, cette nuit de solitude est habitée des inquiétudes devant ce nouvel envol. Les angoisses du passé reviennent en mémoire avec ses images inracontables que la mémoire familiale ne cesse de lui renvoyer.

Et, celles qui le hantent le plus, ce sont des images d’une génération perdue et des survivants et notamment du cabaret de la Grand-tante Rosa, enfouie aux USA dès son retour des camps. Celle dont la voix chaque soir, abritée derrière un personnage chaque fois différent, raconte les mêmes mots, ceux de l’indicible.

De plus, ce spectacle insolite se termine toujours par l’énumération de l’insoutenable par la voix de la dernière rescapée du camp d’Auschwitz. Et, au Cabaret de Shtetl city, Rosa, la sœur de son grand-père, tient sa dernière représentation.

A travers cette composition qui raconte l’enfance habitée du souvenir de cette tante et son nouveau rôle de père, Joachim Schnerf, à travers son narrateur, pose la question de la transmission de la mémoire familiale devenue Histoire du monde.

Alors

Les derniers rescapés nous quittent. La génération qui a vécu la peur et la souffrance n’a pu parlé à son retour. Il s’agissait rapidement, ou simplement en apparences, de se reconstruire et de tenter d’oublier.

Leurs enfants n’ont pu, sans ouvrir des blessures mal fermées, en parler sans faire souffrir leurs parents. Il a fallu que certains survivants, sentant la fin proche, se mettent enfin à parler pour que la génération suivante s’en imprègne, en l’apprivoisant en jouant aux héros, comme le narrateur.

Mais, surtout en reconstruisant un devoir de mémoire débarrassé de la culpabilité d’être né porteur d’une religion maudite par l’Histoire.

Mais, que fera la troisième génération ? Joachim Schnerf se demande ce que le fils du narrateur trouveras pour faire vivre ce devoir de mémoire. Car, il est urgent de ne jamais oublier pour ne jamais laisser la place aux négationnistes de tous bords. Là, est la teneur principale de ce court roman !

Que transmettons-nous de notre histoire à nos enfants et qu’en feront-ils ? Tout reste à écrire !

En résumé

En développant cette métaphore propre au Cabaret des mémoires, Joachim Schnerf permet cette réflexion universelle, encore plus d’actualités pour les victimes des exactions antisémitiques du milieu du XXè siècle, de la transmission familiale. Cette voix d’un père solitaire pour la dernière fois émeut et emmène loin vers la réflexion, tout en nous contant une histoire plaisante et facile à découvrir. La fiction pour soutenir la réflexion !

Remerciements

à @editionsgrasset et @NetgalleyFrance pour #Le cabaretdesmemoires de @jchnerf

Puis quelques extraits

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

Chaque soir dans une tenue différente, Rosa aux identités infinies liste sans raconter, elle nomme, martèle, pour qu’on ne puisse jamais nier.

Qu’il entende son nom en la sachant en vie. Sinon, comment nous croiront-ils ?

Il fallait trouver des moyens de raconter autrement, la troisième génération devait être capable de s’affranchir du silence imposé par ses parents et chercher la façon la plus juste de prononcer imprononçable.

Puis notre bébé était né et les craintes s’étaient envolées, jusqu’à ce soir et la solitude de cette dernière nuit à les attendre. Comme s’il pouvait leur arriver quelque chose loin de moi. Comme si je craignais de ne pas me réveiller pour les accueillir. Comme si je n’étais pas prêt à me dire : je suis père.

Les craintes de la guerre et de la déportation ont laissé place à l’espoir qui s’éclipse entre chaque note, sous l’immensité de la voûte céleste. Je courais, à bout de souffle, et les paroles frappaient contre mes tempes, pour me dire que j’étais vivant, elles me rassuraient en me chuchotant que demain viendrait la lumière.

Et encore,

Jamais je n’oublierai la fragilité de leur corps quand il était temps de baisser la voix ; c’était sans doute cela le plus difficile, laisser place au silence et à l’inconnu de l’héritage après avoir parlé des camps.

Qui sommes-nous quand les aînés ne sont plus là pour désigner le passé ?

..) j’ai moi-même donné la vie sans avoir pu échapper à la lumière de nos morts, ni à celle de nos tout derniers survivants. Ni à Rosa.

Raconter jusqu’à qu’il se souvienne et qu’à son tour il transmette, pour que toujours revienne la lumière.

Ici en bref

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

vagabondageautourdesoi.com - Joachim Schnerf -
Incipit
vagabondageautourdesoi.com - Joachim Schnerf -
Premier petit extrait
vagabondageautourdesoi.com - Joachim Schnerf -
Puis dernier extrait

Du côté des critiques

Le Monde

Du côté des autres blogs

JoellebooksTrouble BibliomaneSur la route de JosteinMa voix au chapitre

Questions pratiques

Joachim Schnerf – Le cabaret des mémoires

Twitter : @jschnerf Instagram @jschnerf

Facebook

Éditeur : Grasset

Twitter : @EditionsGrasset Instagram : @editionsgrasset

Facebook

Parution : 24 août 2022

EAN :9782246828921

Lecture : Septembre 2022

Littérature contemporaine

Littérature générale

Auteurs commençant par S

Chroniques littéraires

8 commentaires

    • Mais, il y a NG qui a donné accès à un certain nombre avant leur sortie littéraire …

    • Oui, Joachim Schnerf pose vraiment la question du devoir de mémoire pour cette nouvelle génération :

  1. Nos lectures se suivent et se ressemblent. 😉 il y avait un beau choix dans cette rentrée littéraire, mais malgré tout, on doit se montrer raisonnable au risque de faire déborder nos PAL. 😀 En tout cas, c’est avec grand plaisir que je suis ta sélection pour cette période. 😘

    • Oui j’ai mis le lien de la chronique sous la mienne ! On a du faire paraître presque en même temps ! Très gentil mais nous nous aidons mutuellement pour découvrir les pépites de cette rentrée . 🙂

  2. Encore un livre que je ne saurais manquer. Ta sélection de la rentrée est vraiment top. Un grand merci. Bonne soirée

    • Oui, la rentrée de Grasset était quand-même d’un haut niveau … Mais, à part un seul roman, je n’ai rien lu de la sélection du Goncourt 🙂

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.