Pedro Almodovar- Madres paralelas

https://www.spain.info/fr/destination/madrid/

Quel plaisir de retrouver Pénélope Cruz filmée par Pedro Almodovar dans son nouveau film, Madres paralelas, qui mêle la mémoire intime à celle collective de l’Espagne, mais que pour ce pays.

Pedro Almodovar confronte la vie de deux femmes éprises de liberté qui assument leurs grossesses, non désirées, seules, sans homme, ni père.

vagabondageautourdesoi.com Madres Parelas

L’histoire

Janis (Pénélope Cruz) est une photographe de talent. Elle travaille dans une agence dirigée par son amie Elena ( Rossy de Palma), originaire du même village. Suite à une relation épisodique avec Arturo, anthropologue, elle attend un enfant.

Ana (Milena Smit) est une adolescente traumatisée, triste et déboussolée. Son père l’a renvoyée, suite à l’annonce de sa grossesse, à Madrid chez sa mère, Teresa, une actrice qui commence tout juste à percer (Aitana Sánchez-Gijón).

Elles se rencontrent à l’hôpital avant leur accouchement. Janis est tellement radieuse qu’elle remonte le moral d’Ana. La caméra suit l’accouchement de la première au plus proche de son ressenti. Son émotion devient rapidement communicative. Pénélope Cruz illumine de sa sérénité ces premiers moments du film.

vagabondageautourdesoi.com Madres Parelas

Néanmoins, les réflexions d’Arturo, puis de son amie, vont effacer au fur et à mesure ce bel enthousiasme. Et, l’inquiétude et les silences vont encombrer son quotidien jusqu’à orienter vers des chemins qu’elle ne pensait jamais connaître.

Ana, grâce à Janis, se découvre une résilience dont elle ne se sentait pas capable. De l’adolescente fragile, elle se révèle mature et responsable. Néanmoins, un second traumatisme va la frapper qui va redistribuer les cartes entre ses deux femmes.

La scène où Janis transmet la recette de la Tortillas à Anna restera une scène d’anthologie. Car, au delà de la communication d’une recette d’un plat typique, c’est la transmission entre les générations qui pour Pedro Almodovar se perpétue par les femmes.

vagabondageautourdesoi.com Madres Parelas

A certains moments, j’ai eu peur que cela finisse mal, en crime par exemple, tant les situations deviennent tendues. Et, pour me rassurer, je me persuadais que Pedro Almodovar n’avait jamais fait de polar…

vagabondageautourdesoi.com Madres Parelas Pedro Almodovar interroge le lien maternel qu’il soit biologique ou affectif. Et cette belle affiche, refusée en premier lieu sur les réseaux sociaux, donne le ton des réflexions soulevées. Janis est bouleversante dans le rôle de la mère aimante mais qui sait que ce lien d’amour devra se couper.

 

Évidemment, le lien se fait avec les adoptions forcées du franquisme et celles du régime de Pinochet en Argentine.

La patrie, mère aussi ?

L’autre thème du film est en rapport avec cette histoire moderne que les espagnols ne peuvent dépasser.

Élevée par une dynastie de femmes, Janis avait promis à sa grand-mère de savoir ce qui était arrivé à son père lorsque les franquistes s’étaient installés au village et qu’il avait disparu. La rumeur imaginait qu’il avait été, avec d’autres du village, exécuté puis balancé dans une fosse improvisée en plein champ.

Pour faire la lumière sur cet épisode si habituel lors de la guerre civile, Janis va utiliser une nouvelle loi et l’aide d’Arturo.

vagabondageautourdesoi.com Madres Parelas

A la jeune Ana, qui n’est pas concernée par ces vieilles histoires, Pedro Almodovar par la voix de Janis lui rétorque qu’il faut savoir du quel côté on se place.

Du coup, le réalisateur semble répondre à tous le révisionnistes de son pays qui oublient ou transforment actuellement l’histoire. Ça vous rappelle quelque chose. A moi aussi !

Les scènes finales sont d’une grand beauté par l’émotion qu’elles dégagent.

vagabondageautourdesoi.com Madres Parelas

En bref,

Difficile de rester de marbre devant autant de maîtrise cinématographique qui entraînent autant d’émotions. Que les femmes sont belles filmées par la caméra de Pedro Almodovar ! Que les rides de Pénélope Cruz sont belles ! Elles rassurent sur la détermination et l’expérience qu’elles démontrent. Un moment de cinéma plaisir !

Secrets de tournage

vagabondageautourdesoi.com Madres Parelas

Pedro Almodovar a écrit le projet il y a plus de dix ans. Il en avait déjà parlé à Pénélope Cruz. Ensemble, ils ont appréhendé ce film « comme une pièce de théâtre, qu’ils ont répétée trois fois en entier avant de tourner ». Le film a été tourné en grande partie à Madrid entre février et juin 2021. Le confinement avait permis à Pedro Almodóvar d’avancer sur son scénario et la pré-production de ce nouveau projet.

++++++++++

L’excavation des fosses communes est une question urgente. C’est une dette morale qu’à la société espagnole envers les victimes et leurs familles– Pedro Almodóvar
Pedro Almodovar, note que « depuis quatre, cinq ans, l’Espagne a pour la première fois un parti d’extrême-droite ». « Avec intensité et de façon récurrente, il essaie de réviser l’histoire en fonction de son idéologie franquiste.
++++++++++
Pedro Almodovar se dit être toujours inspiré « par la réalité, par l’extérieur ». « Quelque chose qu’il a lu, qu’il a vu à la télévision, dont on lui a parlé. »
++++++++++

Plaza de las Comendadoras: c’est sur cette belle place du quartier de Conde Duque, où se trouve le couvent des Comendadoras de Santiago (ordre militaire et religieux de Saint-Jacques de l’Épée) dont elle tire son nom, que se déroule la plus grande partie du film. C’est là qu’habite Janis, le personnage interprété par Penélope Cruz. Plusieurs des conversations les plus importantes du film ont lieu à la terrasse du café Moderno, un établissement ouvert là depuis bien longtemps où il fait bon se détendre en prenant un verre aussi bien en terrasse qu’à l’intérieur. Tourisme de Madrid

Pour aller plus loin

Cinéma Jacques Tati – Twitter : @JacquesTati93 – Instagram : @jacquestati93

Du côté des critiques

Télérama

Des blogueurs en parlent aussi 

 MHF Le blog  – RoseleenLilylit

Questions pratiques

Pedro Almodovar- Madres paraleas

Genre : Drame
Réalisateur : Catherine Corsini
Acteurs : Penélope Cruz, Milena Smit, Israel Elejalde
Pays : Espagne
Durée : 2h01

Sortie nationale : 1er décembre 2021

Distributeur : Columbia TriStar Motion Picture Group

CHRONIQUES DE FILM

31 commentaires

  1. je n’ai pas aimé ce film , que j’ai trouvé plat et bourré d’invraisemblances.
    Alors qu’il y a un doute sur la paternité, elle ( Janis) fait un test de maternité. Le test est négatif mais elle poursuit le cours de sa vie comme si de rien n’était.
    Lorsque qu’Ana décide de « reprendre » son bébé, elle part avec sans qu’il n’ y ait aucune réaction de la part de Janis et sans que çà ne pose le moindre problème administratif…
    Et tout est à l’avenant dans ce film.
    Et quand on voit Penelope Cruz à l’écran, on s’attend à chaque instant qu’elle lance « parce que je le vaux bien ». Parce qu’on la voit si souvent égérie de marques de luxe, qu’on a du mal à croire qu’elle soit la photographe du film.
    La scène finale réussit à nous émouvoir , mais c’est bien bien tardif

    • Voilà qui est dit 🙂 Moi j’ai bcp aimé, je suis une inconditionnelle de Pédro 🙂

  2. J’ai adoré ce film. Ce qui m’a frappée à la fin de la projection, c’est le silence de la salle. Comme si tous les spectateurs étaient profondément touchés.

    • C’est vrai. Il y avait aussi une qualité d’attention et ça fait drôlement du bien 🙂 merci d’être passée ici !

  3. Je suis loin d’avoir vu tous les films d’Almodovar mais j’ai toujours aimé dans ceux que j’ai vu ce regard si particulier qu’il a, en particulier sur les femmes bien sûr.
    Article très intéressant, comme d’habitude.
    Joyeuses fêtes, autant que possible !

    • Oui, profitons du bonheur qui nous est proposé lorsqu’il est présent ! Et le moment des fêtes en est un …Pour Pedro Almodovar, celui-ci est de grande qualité pour moi.Il m’a bcp émue ! Belle fête de fin d’année !

  4. Coucou,
    Merci beaucoup pour les mots déposés sur mon blog suite à l’article concernant ma maman. je suis toujours très touchée par cette solidarité sur les blogs……
    J’espère qu’il passe a la TV une fois.

    Gros bisous

  5. J’apprécie beaucoup Pedro Almodovar (mais pas tous ses films ). Par contre ton article est tellement percutant, ainsi que le sujet et les actrices, entre autres, que je vais certainement aller le voir ! Merci pour toutes les infos…🙏🙏

  6. comment résister??? tu en parles si bien 🙂
    j’aime énormément Pedro Almodovar, que je suis depuis le début (je ne me lasse pas de revoir ses films) et pour Rosy de Palma et Penelope Cruz, je suis capable de prendre mon courage et mon pass sanitaire à 2 mains et entrer dans une salle de cinéma ce qui n’est pas arrivé depuis un certain temps 🙂

  7. pas vu mais rien que pour Pénélope que je trouve fabuleuse de part sa beauté (elle est de plus en plus belle) et un jeu qui n’en est pas un tellement elle incarne son personnage

    • Tout à fait d’accord. De plus Pedro Almodovar sait parfaitement la mettre en valeur !

  8. D’habitude je ne suis pas très cinéma mais ta chronique si travaillée et pleine d’une belle admiration, je ne peux plus ne pas voir ce film. Merci Matatoune !!!

  9. Excellent film en effet… j’ai failli en faire aussi un article, pour déroger à mes habituelles lectures. Mais votre chronique est superbe et donne envie pour ceux qui n’ont pas encore pu le voir !

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.