Bric à brac 13

Sous cette rubrique de Bric à brac, des chroniques différentes pour le plaisir, pour sourire, pour l’émotion, pour pleurer et même pour rire même, enfin tout plein de petites choses à partager. Merci pour vos retours !

++++++++++++++++++++++

Actuellement, sur Canal + passe le film « Roubaix, une lumière » d’Arnaud Desplechin sortit à l’été dernier avant que les Césars 2020 récompensent son acteur principal Roschdy Zem avec un prix d’interprétation. Beau portrait de flic tout en intériorité et humanité ! Ce film était avant un documentaire racontant un fait divers qui s’est produit à Roubaix en 2002, dans lequel un couple de jeunes filles toxicomanes ont tué une personne âgée. Dans le documentaire « Roubaix, commissariat central », datant de 2008, ces deux femmes avaient avoué ce crime…

« Comme le prologue du scénario l’indique : j’ai voulu ici ne rien offrir à l’imagination, ne rien inventer, mais retravailler des images vues à la télévision il y a 10 ans, et qui n’ont cessé de me hanter depuis. Pourquoi n’ai-je jamais pu oublier ces images ? C’est que d’habitude, je ne sais m’identifier qu’aux victimes. Je n’aime pas beaucoup les bourreaux. Et pour la première et unique fois de ma vie, chez deux criminelles, je découvrais deux sœurs. » Arnaud Desplechin

Ce qui m’a sans doute tant frappé lorsque je découvrais ces images à l’origine de mon film, ce sont ces visages de femmes. Coupables et victimes. Pour Daoud, le travail de la loi est de faire rentrer dans l’humain ce qui d’abord nous a plongé dans l’effroi. Daoud demande à Claude si son enfant est en foyer. Oui, répond-elle. C’est bien, conclut Daoud. Parce qu’il croit en la loi, au progrès, au pardon. Peut-être le foyer sauvera-t-il cet enfant. C’est ce pari fou de la loi qu’embrasse Daoud. Le crime n’est pas montré. Mais les deux meurtrières vont rejouer la scène, autour d’une absence. À Daoud, elles offrent leur témoignage, et reviennent ainsi parmi l’humanité. À la suite de Daoud, je veux offrir un visage à ces deux femmes, me reconnaître en elles, sans les juger. » Arnaud Desplechin

A voir ou à revoir !

 

5 commentaires

  1. il est à mon programme ce week-end : les avantages de my canal, on regarde quand on veut et surtout à l’heure qu’on veut!!!!!
    j’avais un peu qu’il ne soit trop violent, mais j’aime beaucoup Roschdy Zem, Léa Seydoux notamment et la griffe Arnaud Desplechin…
    merci pour ce partage 🙂

    • Merci pour ton retour. Non le film n’est pas violent, mais tu me diras ! Bon weekend 😉

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.