La Vallée – Bernard Minier

@vagabondageautourdesoiVouloir de nouveau se confiner avec La Vallée, est-ce que ça peut être du masochisme ? Bien sûr que  non, car cela n’a rien à voir ! Pour ce dernier thriller, Bernard Minier nous demande de suivre son enquêteur hors cadre donc sans limite, le commandant Martin Servaz, mis à pied en attendant son second conseil de discipline. En décrochant en pleine nuit son téléphone, il entend l’appel au secours de Marianne, son ancienne compagne et mère de son fils Gustav atteint de AVB (atrésie des voies biliaires) dont il n’a plus de nouvelle depuis huit ans. Laissant celui-ci en urgence à un couple ami ,  Servaz débarque dans un monastère pyrénéen sur les traces de la mère de son enfant.

Au cours de son enquête, Servaz retrouve son ancienne équipière, Irène Ziegler (Glacée), elle-même préoccupée par deux meurtres inexpliqués aux corps horriblement suppliciés. Ils vont de nouveau faire équipe même si Servaz ne devrait pas à être officiellement présent. De plus, un éboulement va isoler la vallée, obligeant flics et autorités à gérer une situation complément inédite. Accident fortuit ou délibéré, lorsque d’autres crimes suivent, le doute n’est plus permis…

Le récit démarre le matin du vendredi et finit le mardi suivant 10 h au sein d’une vallée qui abrite le village d’Aiguesville dans les Pyrénées natales de l’auteur. Bernard Minier fait le le lien entre ses précédentes aventures en replaçant dans son théâtre romanrsque ses personnages habituels. Trois préludes signent l’horreur et la terreur inhérentes à l’enquête que Servaz et Ziegler doivent résoudre.

Le commandant Martin Servaz évolue vers une maturité qui lui sied bien. Du haut de ses cinquante ans, il s’implique toujours autant en suivant son intuition sans se préoccuper des dégâts collatéraux, avec comme toujours une difficulté avec  l’esprit d’équipe et ses dépassements éthiques réguliers.  Mais sa nouvelle compagne et son jeune fils semblent lui donner une certaine sagesse et lui permettent de devenir moins l’objet d’une violence aveuglée. Il s’arrête, réfléchit et anticipe même si proche du but, le naturel revient en force. 

Au fil de ce polar, je me suis demandée comment Bernard Minier travaillait pour l’écriture de ses romans.  A-t-il un mur remplit de post-its façon FBI des séries américaines ? Place-t-il des fils de laine entre les noms de ces personnages pour signifier les liens et les dates ?  Fait-il un immense calendrier qui court sur huit jours avec comme éphéméride les situations à décrire ? Tout ceci pour expliquer la complexité de son intrigue. Les éléments sont distillés au fur et à mesure au grès du récit.

Pour ce confinement forcé vécu par les habitants de la vallée, Bernard Minier analyse justement leur défiance vis à vis des élites, leur peur de perdre leur travail et le manque d’éléments des autorités pour faire baisser leur inquiétude.  Ses positions s’énoncent au fil des pages et dessine un auteur au ressenti social et politique attentifs.

La quatrième de couverture présente le (ou les) tueur(s) comme justicier suprême à la place de Dieu. Évidement, Bernard Minier répond en permettant à ses héros d’arrêter l’horreur et le mal. Des réflexions mystiques ponctuent les pages renforcées par la présence d’une abbaye et ses moines et du secret confessionnel. Son prieur s’interroge sur la non-reconnaissance du péché, la déresponsabilisation et la déculpabilisation sociales actuelles. Et, du coup, Bernard Minier nous susurre que ce que les gens d’église ne peuvent plus faire, la police en a encore les moyens à condition, peut-être, de ne pas être trop académique !

Le « Bookbuster » de l’après-Covid assume parfaitement son rôle. Bientôt devrait venir le film tellement le style se prête aux images. Bernard Minier utilise nos peurs et nos frayeurs en les malaxant pour nous embarquer dans La Vallée où l’horreur rattrape. Maître du thriller, Bernard Minier confirme sa position de leader français et même la sienne à l’étranger .

cite-56a4b9b45f9b58b7d0d8877b

 

On scrute des galaxies lointaines, on dépense des centaines de milliards de dollars dans l’industrie du cinéma, dans le sport, et on n’est pas foutus de guérir une putain de maladie ? Quel est le con qui a dit que la nature était bien faite.

ON AURAIT DIT que tout un pan de la montagne avait été arraché par les crocs d’un animal gigantesque.

Car, si Dieu existait, alors son amie était la plus belle créature née de son dessein. Mais Dieu était un putain de bricoleur du dimanche dans son atelier merdique. Et, il avait tout foiré, une fois de plus …

Qu’on ne ressort jamais indemne d’une telle vision. Personne ne le pouvait.

C’était désormais comme ça partout : a force de vouloir prévenir des critiques et tenir c de tous les avis, ne froisser aucun groupe ni aucune minorité et éviter tout commentaire négatif, plus personne n’osait bouger le petit doigt dans ce pays .

Léa éteignit la télé branchée sur une chaîne d’info, où un des tribuns soufflaient chaque jour sur les braises d’un pays déchiré éructait des mots creux et des phrases définitives.

Autrement dit, les gens de Facebook s’arrogeaient le droit de refuser » en toute bonne foi » une demande parfaitement légale. Aux yeux de Facebook, la loi de Facebook prévalait sur toute loi dans tous les pays où Facebook était présent et même sur les accords internationaux. Qu’en pensez les autorités judiciaires vers pays concernés ? se demanda Servane sidéré. Après tout, cela concernait la bagatelle de deux milliards et demi de personnes.

Une nouvelle fois, Servane sentit l’étreinte de ses propres terreurs, de ses propres cauchemars prendre corps au sein de cette vallée.

D'habitude, je ne partage pas mes lectures lorsqu'elles ne m'ont pas plue ! Mais, là, c'est le livre qui se vend à plus

La Vallée – Bernard Minier

Éditeur : XO Editions

Parution : 2 avril 2020

EAN : 9782374481913

Lecture : Juin 2020

19 commentaires

  1. Bonjour Matatoune. J’ai lu plusieurs bonnes critiques de ce nouveau roman de Bernard Minier, auteur que j’apprécie. Pour les avis Overblog a des problèmes en ce moment : non envoi des avis de parution, impossibilité par moment de s(abonner, et ne répond pas…Bonne journée

    • Merci pour ton retour sur l’hébergeur. Pas de souci pour La Vallée, je suis sûre qu’il te plaira. Bonne journée 😉

    • J’ai aimé renouer avec Bernard Minier dont je connaissais l’écriture. J’aurais plaisir à lire ton avis§

    • Moi je ne l’avais pas lu celui-là. J’avais sauté mon tour. En tout cas, j’ai pris plaisir à suivre à nouveau Servaz ! Bonne continuation, Gwenn

    • Moi je l’avais laissé un peu tomber mais j’ai eu plaisir à le retrouver! Bonne soirée Alex

  2. Je n’ai lu que Glacé de cet auteur mais là tu me fais très envie. Dommage que les journées n’aient que 24 h
    Bon am

Un petit mot ...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.